Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Institutions internationales

Après l’OGM voilà l’EGM « Enfant Génétiquement Modifié »

De Anne Girault, Présidente de Femina Europa, Représentante de l’Union Mondiale des Organisations Féminines Catholiques
(UMOFC) au Conseil de l’Europe et à l’UNESCO
:

"A Strasbourg, [hier], dans une course contre la
montre, plus de vingt parlementaires du  Conseil de l’Europe ont signé  un projet de déclaration contre la
création d’embryons avec trois parents génétiques
(au moins). “Les membres de l’assemblée parlementaire
affirment que la création d’enfants avec du matériel génétique de plus de deux
personnes géniteurs, proposée par l’Autorité d’embryologie et de fertilité
humaine du Royaume-Uni, est incompatible avec la dignité humaine et le droit
international.”" [voir le projet plus bas]

"Le Parlement britannique qui n’a pas ratifié la
Convention d’Oviedo sur la protection du génome humain veut autoriser dans les
prochaines semaines une technique appelée « remplacement mitochondrial » pour
soigner une maladie rare. Cette manipulation fait appel à l’ADN de trois
personnes et détruit un embryon sain pour en soigner un autre. Le droit à la vie
de l’embryon sain n’est pas respecté et la technique utilisée permet le clonage.

Les premiers enfants nés génétiquement modifiés ne seront pas garantis, car une telle procédure n’est pas maîtrisable, ce seront des cobayes à vie qui transmettront leur nouvel ADN à leur descendance.
La fondatrice de CORE « Comment on Reproductive Ethics » Joséphine Quintavalle a exposé les arguments scientifiques, juridiques et éthiques contre cette pratique eugéniste au cours d’une audition publique au Parlement. Les textes qui protègent la vie et l’embryon existent mais ils sont toujours remis en cause et affaiblis par des interprétations relativistes ou réductrices.
CORE a répertorié de nombreux cas de femmes « donneuses » d’ovules qui sont devenues stériles ou ont eu des difficultés à avoir des enfants après une hyperstimulation ovarienne. Un documentaire a été produit pour attirer l’attention sur leur sort et avertir les femmes vulnérables qui risquent leur santé et même quelquefois leur vie pour un peu d’argent.
Le Parlement Britannique sera-t-il sensible à la pression des parlementaires ? En Californie le Gouverneur Jerry Brown a récemment refusé une loi qui autorisait les chercheurs à acheter des ovules. Il a précisé que les risques pour la santé des femmes étaient trop élevés et que « tout n’est pas à vendre dans la vie ». Et comme disait un chercheur « je fais de la génétique mais pas de l’eugénisme »."

Projet de déclaration écrite de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) sur la création d’embryons avec du matériel génétique issu de plus de deux géniteurs

Considérant que la modification d’embryons humains précoces en vue de la procréation en agissant sur l’hérédité (ligne germinale) au travers de l’utilisation de matériel génétique externe à l’entièreté de l’information héréditaire des deux parents (leurs génomes) est une pratique eugéniste :
Considérant que :

(1) La déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l’homme de l’UNESCO indique, dans son article 24, que « les interventions sur la ligne germinale peuvent être considérées comme des pratiques contraires à la dignité humaine »

(2) La convention sur les droit de l’homme et la biomédecine du Conseil de l’Europe indique que :

Article 13 : Une intervention ayant pour objet de modifier le génome humain ne peut être entreprise que pour des raisons préventives, diagnostiques ou thérapeutiques et seulement si elle n’a pas pour but d’introduire une modification dans le génome de la descendance.

(3) La Charte des Droits fondamentaux de l’Union européenne indique dans son article 3 que « dans le cadre de la médecine et de la biologie, doivent notamment être respectés (…) l’interdiction des pratiques eugéniques, notamment celles qui ont pour but la sélection des personnes ».

Les membres signataires de l’Assemblée parlementaire ci-dessous affirment que la création d’enfants avec du matériel génétique de plus de deux personnes géniteurs comme proposée par l’Autorité d’embryologie et de fertilité humaine du Royaume-Uni est incompatible avec la dignité humaine et le droit international.

Partager cet article

6 commentaires

  1. toujours top … J’aime votre super sympa blog 🙂

  2. évident.

  3. La pétition One of Us signée par un million d’Européens n’avait-elle pas pour but justement d’empêcher cette dérive? Merci de m’apporter votre éclairage.

  4. Pour répondre à Justin, la pétition “One of us” concerne l’Union Européenne, ici il s’agit du cas du Royaume-Uni dans le contexte du Conseil de l’Europe qui veille depuis 1949 sur les Droits de l’Homme et dont l’Assemblée Parlementaire représente 47 pays. Il faut être vigilant à tous les niveaux. Les menaces sur l’embryon et la marchandisation des corps viennent de tous les côtés.

  5. Ça me fait penser aux Légos de mon enfance. On peut choisir le bas, le haut, la tête, la chevelure, les mains…
    Ça fascine quelques savants fous de faire ça sur l’Humain…

  6. qu’ils pensent aux recherches sur les maladies avant de vouloir faire des enfants parfaits
    que d’argent gaspillé !!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services