7 réflexions au sujet de « Apprendre la langue turque dès 6 ans »

  1. Le canard boiteux

    Il n’y a pas que le turc.
    Un enfant peut apprendre l’arabe et certaines langues africaines, mais aussi l’italien, le portugais, tout cela selon le pays d’origine de ses parents. Cela s’accompagne également d’un enseignement sur la culture du pays d’origine.
    Ce n’est pas toujours facile à mettre en place, suivant la commune, il faut avoir un professeur sous la main. Dans ma commune il manquait un professeur d’arabe.
    Mais l’école a su se débrouiller pour en trouver un, parait-il…
    La question derrière tout cela est évidemment de savoir ce que cherche vraiment l’école dans cet apprentissage!
    Notre société fait donc des différences entre les enfants, il serait logique que ce soit les parents qui payent de leur poche et hors de l’école pour les apprentissages aussi particuliers…

  2. Lisa

    Vouloir à tout prix que l’enfant garde la langue et la culture d’origine va l’empêcher de s’assimiler à nos valeurs. C’est sûr, puisque ce qui est loin est tjour mieux que ce qui est près près… “valoriser la culture d’origine”… au lieu de valoriser la culture du pays qui accueille. Si des familles turques veulent apprendre le turque à leurs enfants, c’est une affaire privée et on n’a pas à payer pour cela.

  3. AMarie

    Et parallèlement à cela,les mairies mettent en place une prise en charge -très onéreuse- de ces mêmes enfants pour pallier à leurs difficultés d’apprentissage du français ; difficultés aggravées en grande partie par ces cours de langues “du pays”.

Laisser un commentaire