Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Pays : Angleterre

Angleterre : annulation de l’avortement forcé pour la mère handicapée

Angleterre : annulation de l’avortement forcé pour la mère handicapée

Une cour d’appel du Royaume-Uni a cassé le jugement qui forçait une mère à avorter. Jeanne Smits indique :

La juge, Justice Nathalie Lieven, avait estimé vendredi que la jeune handicapée mentale souffrirait davantage de devoir être séparée de son enfant si celui-ci devait être confié à l’adoption que de l’avortement tardif (l’avortement est légal jusqu’à 24 semaines en Grande-Bretagne).

On a appris grâce à une militante pro-vie nigériane que Lieven avait elle-même travaillé plusieurs années au service du lobby britannique de l’avortement, plaidant pour des associations de Planning familial et impliquée dans les affaires d’avortement les plus connues passées dans les cours britanniques. Elle a été nommée juge à la fin de 2018.

La mère, une Nigériane catholique, sage-femme à la retraite, était disposée à s’occuper de l’enfant de sa fille.

La décision des juges McCombe, King et Jackson a été rendue dans des délais très courts ; ils ont d’ailleurs indiqué qu’ils la motiveront plus tard.

Partager cet article

6 commentaires

  1. Le vent tourne? Merci l’Esprit Saint.

  2. Nous vivons une époque formidable… Une décision de justice, un jugement donc, peut bous obliger à tuer un enfant innocent… Et ce juge porte le prénom de Justice ?
    Dieu merci il existe encore quelques personnes qui ont de l’humanité et un peu de bon sens ! Bravo donc aux juges de cette Cour d’appel !

  3. Si en plus la mère accepte de s’occuper de son petit-enfant, franchement où est le problème ! C’est du bonheur pour les trois, et voilà tout

  4. Comment cette affaire s’est-elle retrouvée devant la justice, avec une possible sentence de mort à la clé? Manifestement, la jeune mère handicapée mentale et la future grand-mère ne demandent rien.
    Sommes-nous entrés dans l’époque de l’avortement à la demande d’un tiers ou de l’État pour éliminer ceux qui n’entrent pas dans le cahier des charges ?

  5. Comment cette affaire s’est-elle retrouvée devant la justice, avec une possible sentence de mort à la clé? Manifestement, la jeune mère handicapée mentale et la future grand-mère ne demandent rien d’autre que d’accueillir cet enfant.
    Sommes-nous entrés dans l’époque de l’avortement à la demande d’un tiers ou de l’État pour éliminer ceux qui n’entrent pas dans le cahier des charges ?

  6. Il reste encore des gens normaux !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Aidez le Salon beige à financer son développement informatique pour agir le plus efficacement possible contre les dérives de la loi prétendument bioéthique.

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique