Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration

Paul Belien sur le Vlaams Belang : l’impact politique du vote immigré

L’essayiste* belge reproduit sur son blog, le fameux Brussels Journal, une conférence qu’il a donnée à Nicosie sur le mouvement sécessionniste flamand.

Les enseignements de cette conférence dépassent largement le cadre du VB. C’est pour cela que j’en traduis de larges extraits, au risque de proposer au lecteur un post un peu long.

Fondé à l’orginine en 1977 comme une scission sécessionniste-flamande de radicaux du parti nationaliste-flamand, […] [l]e parti a réussi à se transformer, à la fin des années 1980, en un parti conservateur traditionnel, comblant habilement le vide laissé par la dérive vers la gauche des libéraux et des chrétiens-démocrates. Le Vlaams Belang est également le seul parti euro-sceptique en Belgique et le seul qui rejette l’idéologie d’Etat officielle : le multiculturalisme. Le Vlaams Belang se dit fermement établi sur trois piliers : l’indépendance flamande, l’opposition au multiculturalisme, et la défense des valeurs traditionnelles occidentales.

Le parti diffère de trois manières des autres partis nationalistes européens.

D’abord, il a une direction collective, et ne dépend pas de dirigeants marquants, charismatiques et souvent impulsifs, tels que Jean-Marie Le Pen en France, Jorg Haider en Autriche ou feu Pim Fortuyn aux Pays-Bas. […]

Deuxièmement, bien que généralement décrit comme un parti islamophobe anti-immigration, le Vlaams Belang n’est pas un parti développant un thème unique, mais plutôt une coalition d’individus qui pour diverses raisons s’opposent aux partis et à la politique traditionnels belges.

Troisièmement, le parti est vu par l’establishment belge comme un ennemi mortel de l’Etat, non seulement parce qu’il rejette l’idéologie d’Etat (le multiculturalisme), mais d’abord parce qu’il veut démanteler l’Etat lui-même. […]

Le Vlaams Belang est un phénomène unique dont il est peu probable qu’il se reproduise ailleurs, sauf peut-être si l’Union Européenne devait se développer un jour en un véritable super-Etat fédéral. On pourrait alors facilement imaginer une sorte de Vlaams Belang pan-Européen, qui s’opposerait au multiculturalisme et à l’islamisation tout en visant à l’abolition du super-Etat européen et au rétablissement des anciens Etats-nations.

Paul Belien détaille la stratégie avouée de l’establishment belge consistant à submerger le vote VB grâce à des naturalisations massives et au droit de vote des étrangers.

En septembre 2000, Leona Detiège, alors maire socialiste d’Anvers, a déclaré à la presse […] : "le Vlaams Blok [prédécesseur du Vlaams Belang, NDHV] est actuellement sur-représenté, parce que les immigrés n’ont pas le droit de vote." […]

Lors des élections locales d’octobre dernier, le vote immigré a fait pencher la balance en faveur de l’établishment en place.** […] Les immigrés non-Européens votent en très grande majorité socialiste, parce que beaucoup d’entre eux ont migré vers l’Europe Occidentale attirés par les aides sociales de ses Etats-Providence généreux. Les immigrés sont devenus l’assurance-vie du socialisme européen.

Pour Paul Belien, ces évolutions, et les procédures en cours pour supprimer le financement public du parti, vont sonner le glas du VB.

Il fait peu de doute que le financement public du parti sera, en effet coupé. […]

Le parti se rend […] compte que sa capacité à continuer à gagner des élections dépend de la démographie. […] Filip Dewinter, qui dirige le parti à Anvers, a déclaré à la presse avant les [dernières] élections que son parti ne pouvait pas continuer à gagner. Il a déclaré : "Je suis un réaliste. Le nombre d’électeurs pouvant potentiellement voter pour notre parti décline d’année en année." […]

C’est pour cette raison que je pense que la croissance de la droite en Belgique, mais aussi dans la politique d’Europe occidentale en générale, sera finie d’ici la fin de la décennie, quand l’impact du vote immigré poussera la politique vers la gauche de manière spectaculaire. Les establishments sociaux-démocrates belge et européen sont en train de réussir, lentement mais sûrement, ce que Bertold Brecht conseillait aux régimes totalitaires : "dissolvez le peuple, et élisez-en un autre."

Henri Védas

* Erratum: une première version de ce post le qualifiait, à tort, d’universitaire (circonstance atténuante (?) : Mme Belien a été universitaire);  ** Evoqué ici.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Assez juste analyse, notamment sur ce qui concerne le vote immigré en Flandre aux dernières communales d’octobre 2006.
    Le Vlaams Belang, loin d’avoir été freiné, a augmenté partout (24% de moyenne) et même à Anvers où, avec 34%, il a gagné 1 point et 6000 voix par rapport aux dernières communales.
    Mais il est aussi vrai que le vote immigré à Anvers a empêché le VB de faire 45% des voix et de conquérir la mairie.
    Reste qu’avec des scores à 40% autour d’Anvers (Blankenbergue par exemple), le Vlaams Belang a encore la possibilité de renverser les choses, notamment aux prochaines législatives de 2009.

  2. Bien sur, le vote immigré est le piège des gauchiste pour se maintenir au pouvoir advitam eternam. Toutes les villes peuplés d’immigrés sont dirigées par des socialo-communistes.
    Et plus il y a de socialo-communistes plus il y a d’immigrés et plus il y a d’immigrés qui votent plus il y a de socialo-communistes.
    Le vote immigré, c’est une déclaration de guerre à la démocratie.
    Rappelons-nous que la Constitution parle des droits de l’Homme ET du citoyen, les gauchistes oubliant souvent la seconde partie.

  3. On peut rappeler aussi qu’en Hollande, on a appris que la veille des municipales les immigrés turques ont reçu un courriel de leur ambassade pour les appeler à voter socialiste.
    C’est une véritable ingérence étrangère.

  4. On voit à quel point les “élites” de nos pays socialistes sont toxiques, pretes à torpiller toute la nation pour pouvoir se maintenir au pouvoir et continuer leur politique horrible.

  5. Un article australien, en anglais :
    Limit Muslim migration, Australia warned
    http://www.smh.com.au/news/national/limit-muslim-migration-australia-warned/2007/02/15/1171405374552.html

  6. Le vote immigré est effectivement le plus parfait dissolvant des peuples européens de souche.
    Mais dans notre malheur, une consolation, c’est que les immigrés ne voteront pour les démocrato-libéraux-socialistes que de façon très temporaire, juste le temps pour eux de se créer des élites islamistes ou ethniques représentatives.
    […]

  7. Bonjour,
    Juste une remarque à prpos des 34% du VB à Anvers. En effet, le même jour avaient lieu les élections provinciales et le VB, sur Anvers y a dépassé le 40% ce qui tend à démontrer que si les seuls “blancs”* avaient voté le VB aurait eu la majorité absolue des suffrages… à méditer…
    En effet, aux municipales les étrangers ont effectivement voté, mais également les belges d’adoption naturalisés ou belges par le droit du sol, voire par le droit du sang puisque ce immigrés sont pésents en nombre depuis bientôt 40 ans…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]