Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Liberté d'expression

Allo, Valls ? Des antifa agressent des jeunes portant des sweats de la Manif pour tous !

Acte 1 : les soutiens d'Esteban Morillo – vous savez, celui qui est accusé d'avoir tué Clément Méric – prévoient de manifester aujourd'hui à Paris. La Préfecture de Paris le leur interdit. Du coup, la contre-manifestation des antifa parisiens présente moins d'intérêt.

Acte 2 : Il faut se recycler. A 10h30, ce matin, les antifa se rendent donc aux abords du centre IVG de l'hôpital Tenon, dans le 20e, où doit se tenir la prière mensuelle de SOS Tout-Petits. Antifa, pro et anti avortement sont dispersés. Un cagoulé annonce la suite du programme :

"Nous sommes ici pour défendre le centre IVG de Tenon régulièrement remis en cause par les anti-IVG. Ensuite, nous irons trouver les skinheads qui ont prévu de se réunir aujourd'hui"

BUIyHXmCUAI6Dlb.jpg large

Acte 3 : Pas de skinheads en vue pour l'instant. Mais une quinzaine de jeunes, dont certains portent des sweats de la Manif pour tous, attablés à la terrasse d'un café de la Motte-Picquet (15e arrondissement). Un photographe ayant assisté à la scène raconte :

"Un groupe de jeunes avec pour certains des sweats La Manif Pour Tous prenaient un verre en terrasse lorsqu’une vingtaine d’antifas sont arrivés en les prenant pour cibles. Connus pour leur engagement au sein de l’extrême droite, deux jeunes sont particulièrement visés. Les agresseurs, visages masqués et gants de combat sortis, ont fait voler en éclat toute la partie terrasse de ce café situé à La Motte Picquet Grenelle. Durant trente secondes, les débris de verre et de porcelaine ont été expulsés dans un rayon de 15 mètres, touchant aussi des passants. Des tables ont été renversées, et des coups de chaises ont été échangés entre les agresseurs et les victimes. La police (présente cinq minutes avant) est arrivée cinq minutes après, trouvant sur place des jeunes sous le choc et une terrasse dévastée."

Acte 4 : D'après cet article, six agresseurs auraient été arrêtés. Le gérant du café aurait déposé plainte.

De leur côté, les antifa marseillais appelaient à manifester aujourd'hui contre l'université d'été du Front national. Appel relayé par le journal Le Monde. Qui regrettera ensuite d'éventuels incidents ?

Partager cet article

22 commentaires

  1. Des pétitions demandent la dissolution des antifas et autres groupuscules d’extrême gauche :
    http://www.mesopinions.com/petition/politique/petition-dissolution-antifas-autres-groupuscules-extreme/10215
    http://www.france-petitions.com/signatures/add/325?key=8da73a11b79443e7ef09aeaba5891c2895155922&fields=aebc488fae074d40364fe31a619dea3a14543ddc%253A
    En août dernier, Wallerand de Saint-Just, candidat du Front National à la mairie de Paris, avait écrit à Valls
    http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/08/demande-de-dissolution-des-milices-antifa.html
    A-t-il reçu une réponse ?

  2. Allo valls le gazeur ?
    Elle est où ta police, elle chasse les poussettes ?
    Vous remarquerez qu’elle est là avant et après mais pas pendant ! Je constate que cette manière d’agir est très fréquente.
    Zéro, t’aurais pas un groupuscule à supprimer au lieu de te faire huer par les agriculteurs pas dupes de tes manigances !
    Avec des bouffons pareils au gouvernement, nous savons que nous avons du souci à nous faire !
    Mais quelle branlée ils vont prendre aux municipales et aux élections suivantes !

  3. RMC en a parlé ? Europe 1 ? France Inter ? TOUS les médias islamophiles qui soutiennent Al Qaeda en ont parlé ??

  4. Que ces voyous se prétendent anti fascistes est honteux.

  5. Oui à la dissolution des groupes d’extrême gauche !
    Si le gouvernement ne le fait pas, il faudra songer à trouver un autre moyen

  6. et plus 1% d’intentions de vote pour le F.N !

  7. Les antifa, un prétexte pour la gauche d’interdire la liberté d’expression, et un prolongement de la police politique pour tenir, avec des méthodes mafieuses, la rue. Les antifa, une digue de sable face au tsunami national qui s’annonce; si nous restons groupés.

  8. Dans les années 30, en Allemagne, les nervis du socialisme national se conduisaient ainsi… Hollande nous fait un remake.

  9. Les antifas sont le plus souvent, comme Méric, des enfants de bobos : leurs parents leur ont bourré le crâne de poncifs criminels, dont celui que le camp du bon droit (le leur évidemment) a le droit impérieux de s’imposer par tous les moyens et en faisant taire toute opposition qu’il faut bien sûr diaboliser pour justifier les actions violentes à leur égards. Ces minus ne se rendent même pas compte qu’ils sont manipulés par les capitalistes les plus cyniques qui soient et qu’ils prétendent pourtant combattre.

  10. Les “antifas” […]pratiquent sans modération les bastonnades chères au parti de MUSSOLINI sur toute espèce d’opposants ! Mais ceux-là, en plus sont des lâches qui avancent cagoulés ! […]

  11. Les contradictions de la gauche qui se vautre dans l’idéologie et la violence d’extrême gauche seraient amusantes si elles ne faisaient pas des victimes.
    Les antifas sont censés (?) lutter contre des fachos qui seraient violents, antidémocratiques, véhiculant des idées dangereuses et racistes.
    Mais quelles sont les méthodes de ces antifas se présentant comme des défenseurs de la liberté et de la démocratie (là je ne peux m’empêcher de rire tout seul en écrivant ces lignes) ?
    La méthode d’action privilégiée des antifas est la VIOLENCE et l’agression physique.
    Quand on est non violent on ne se “promène” pas visage masqué avec des gants de combat !
    Ensuite, ils sont tout sauf démocratiques puisqu’il agissent de manière TOTALITAIRE.
    En effet, ils ne sont investis d’aucune autorité légitime, mais cherchent à museler leurs opposants et à empêcher tout débat démocratique.
    Sur le plan de la dangerosité des idées, il suffit de faire référence aux fondements idéologiques de l’extrême gauche … L’Histoire suffit à prouver le péril extrême des démocratie face à l’extrême gauche.
    Enfin, je trouve que ces individus sont “RACISTES”. En effet, leur conception du monde les conduits à créer des classes idéologiques, d’idées, de positionnement politique… en déclarant certains individus inférieurs aux autres (ce qui est la définition même du racisme).
    Et si finalement les fachos n’étaient pas ceux que l’ont dit ?

  12. Visage dissimulé ?Interdit non?
    Pourquoi les antifa s’attaquent-ils aux anti IVG connus pour leur pacifisme!
    Pourquoi n’attaquent-ils pas des barbus Islamiques?Aux mosquées “modérées” qui prêchent le Jihad?
    Pourquoi le propriétaire du café ne s’est pas défendu comme le bijoutier de Nice?

  13. Le réel réécrit à la sauce AFP:
    http://fr.news.yahoo.com/militants-anti-fascistes-interpell%C3%A9s-apr%C3%A8s-%C3%A9chauffour%C3%A9e-062835231.html
    Les locaux de l’AFP devraient être installés dans le ministère de l’intérieur, cela serait plus simple.

  14. Comme disait Churchill : “les fachos d’hier sont les antifascistes aujourd’hui.”
    [Plus précisément : “Les fascistes de demain s’appelleront eux-mêmes antifascistes.”
    L.T.]

  15. Ces incidents sont intéressants car ils confirment ce que je dis depuis 30 ans.
    Première leçon : pour un gauchiste (et non un antifa comme vous le mettez, le vocabulaire est important), tout type de droite un peu réac et un ennemi qui doit être combattu et éliminé physiquement. Inutile d’utiliser la tactique des UMP et autre Barjot qui disent “je ne suis pas fasciste car les vrais fascistes c’est ceux d’extrême droite et je n’ai rien à voir avec eux” : ils subiront le même sort de la part des bolcheviques : l’anathème et le passage à tabac… La tactique qui consiste à insulter celui qui est plus à droite que vous en espérant se faire bien voir des bolchos ou des médias est une tactique perdante …
    Deuxième leçon que les nationalistes ont compris : l’avenir sera violent ! c’est facile à dire mais il faut en tirer les conséquences pratiques et les jeunes BCBG doivent passer plus de temps dans les salles de sports de combat… c’est bon pour la santé, et cela est fort utile.

  16. Inutile d’interpeller le maçon catalan, il a déjà choisi son camp. Moâ président, c’est tout le contraire de la république impartiale.

  17. Les antifa ont le soutien officiel de Manuel Valls.

  18. Les Antifas sont la Milice de Valls.
    Plutôt que de chanter sans cesse l’Espérance un chant sans réelle signification que chantent aussi bien les scouts juifs que les scouts laïcs, les jeunes Veilleurs feraient bien d’apprendre les techniques de combat les plus élémentaires : quand on se gargarise avec le mot résistance, il est fatal que cela attire les coups, et il faut donc se tenir ”Toujours prêts”.
    Il n’y a pas de refus de système totalitaire et de combat pour les libertés qui n’ait pas rencontré la violence.

  19. Où était la police à ce moment ? Je peux le dire : massée à Denfert-Rochereau pour éviter un rassemblement en faveur des prisonniers Esteban et Samuel. Au moins une quinzaine de camionnettes, la place entièrement bouclée par des crs sur chaque entrée. Au moins ils n’ont pas arrêté les touristes de la file pour les catacombes.

  20. A l’allure où vont les choses, les jours des responsables actuels sont comptés.
    Au vu de leur nocivité, ne peut-on envisager alors de les traduire systématiquement en justice, devant une cour spéciale pour ‘haute trahison’ pour les plus hauts fonctionnaires et responsables politiques?
    Cette idée me séduit beaucoup…

  21. Je suis d’accord avec A. Fumey…de toute façon l’arrivée au pouvoir de gens qui défendent le bon sens se fera nécessairement dans un certain climat de violence comme en 1944 lors de l’épuration.
    Il est évident que des magistrats gauchistes ou des préfets qui ont interdit des manifs du Docteur Dor au prétexte de risque de trouble devront être sanctionnés éventuellement en les radiant sans solde de la fonction publique (ce qui permettra de faire des économies budgétaires et de réduire le déficit de l’Etat).

  22. Les antifas sont un groupe paramilitaire proche du régime, comme on en a vus en Amérique du Sud aux pires époques des dictatures.
    Qu’ils soient relayés par l’organe de presse “Le Monde” n’a rien de surprenant.
    La police était là 5 minutes avant puis elle est revenue 5 minutes après: comme c’est curieux.
    Je ne pense pas que répondre par la violence soit une solution. Par contre tous ces actes doivent être mémorisés.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services