Aller contre la liberté scolaire c’est aller contre la liberté de conscience

De Cyril Brun :

"[…] Vérité
et liberté vont de pair. Qui craint la vérité réduit la liberté. La
vérité rend libre, mais la liberté conduit à la vérité
. Or la vérité
doit susciter une adhésion libre que garantit, justement, la conscience.
Une conscience libre et éduquée, précisément par une vérité passée au
crible de la liberté. C’est pourquoi la liberté scolaire est fondée sur
la liberté de conscience. Aller contre la liberté scolaire en imposant
une pensée unique, c’est aller contre la liberté de conscience
. Mais
c’est aussi empêcher l’adhésion à la vérité et ainsi déconnecter vérité
et liberté. Or cette déconnection conduit à une perversion de la vérité,
dans la mesure où celle-ci n’est plus soumise au crible de
l’intelligence critique. Sans l’émulation que crée la liberté, la quête
de la vérité se dilue dans le nihilisme ou le relativisme
. Or, sans la
quête de la vérité et cette adhésion libre de l’intelligence, c’est la
croissance même du monde qui se trouve ralentie, c’est la dignité même
de l'homme qui se trouve abaissée, réduite au niveau d’un bestial
conditionnement. Imposer la pensée unique par le refus de la liberté
scolaire, c’est condamner l’homme au déterminisme de la pensée unique.

En
outre, l’Etat n’est pas là pour éduquer, mais pour favoriser
l’instruction qui doit nourrir la quête du Vrai et du Bien. C’est aux
parents qu’il revient d’éduquer non à l’Etat. L’Etat doit, en vertu du
principe de subsidiarité (Subsidiarité et démocratie),
aider les parents à ouvrir leurs enfants à cette quête du vrai, dans le
respect des consciences et cela passe précisément par cette concurrence
de la liberté scolaire
."

Une réflexion au sujet de « Aller contre la liberté scolaire c’est aller contre la liberté de conscience »

Laisser un commentaire