Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Afghanistan / Pays : Russie

Afghanistan : qu’en pensent les ex-soviétiques ?

Il semblerait que l'on commence à s'intéresser à ce que pensent les Russes du conflit afghan, eux qui ont indéniablement à la fois l'expérience de l'enlisement et de la sortie de crise. Jean-Dominique Merchet montre que les Soviétiques ont réussi à l'époque une sortie de crise que les Américains pourraient être amenés à envier :

Russes afghanistan "Tant décriés aujourd'hui, les Soviétiques ont pourtant réussi en Afghanistan ce que la coalition occidentale cherche à faire sous le nom d'"afghanisation", c'est-à-dire partir sans débandade en laissant derrière soi un gouvernement et une armée alliés, qui ont tenu plus de trois ans… jusqu'à la disparition de l' Union soviétique (…) Dans l’imaginaire collectif, hérité des dernières années de la guerre froide, l’armée soviétique a été chassée militairement d’Afghanistan par les moudjahidin soutenus par l’Occident. La réalité est un plus nuancée que cela (…)" (La suite ici)

D'anciens vétérans de l'Armée rouge en Afghanistan estiment d'ailleurs impossible de gagner la guerre dans ce pays et conseillent à la coalition internationale de changer de stratégie en mettant l'accent sur la reconstruction. Rouslan Aouchev, qui fut commandant d'un régiment soviétique en Afghanistan précise :

"Voilà neuf ans que la coalition est entrée en Afghanistan et rien n'a changé. Aujourd'hui, la situation est plus difficile. Les moudjahidine étaient plus modérés que les talibans, qui sont radicaux. Et à notre époque, il n'y avait pas de kamikazes (…)"

Le général Makhmout Gareev, ancien membre de l'état-major des forces armées de l'URSS déclare quant à lui :

Russes afgha "les Etats-Unis et l'Otan ne gagneront jamais car il est impossible de gagner la guerre contre un peuple (…) il faut changer de politique, trouver d'autres solutions, aider à la reconstruction du pays, accorder un soutien économique, financier et humanitaire"

C'est sans doute pourquoi, la Russie a annoncé vouloir participer davantage au développement de l'Afghanistan en reconstruisant ou rénovant des infrastructures datant de l'ère soviétique. Cette proposition pourrait être soumise aujourd'hui par le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors de la conférence internationale de Londres sur l'Afghanistan. La Russie pourrait ainsi apporter sa contribution sur 140 installations ou projets.

Partager cet article

6 commentaires

  1. C’est une faiblesse commune à tous les tyrans de croire qu’on peut gagner une guerre contre un peuple, c’est pourquoi ils entretiennent l’idée qu’ils ont l’appui d’un gouvernement legal à defaut d’être legitime.
    Deux cents ans apres l’aventure de Napoleon en Espagne, l’Histoire se rappelle à notre souvenir…

  2. Gagner la guerre contre un peuple est possible, des états totalitaires l’ont prouvé plusieurs fois. Cependant ce n’est pas l’objectif militaire des démocraties. Ces ex-Soviétiques ont gardé des réflexes d’école et on les écouterait!?

  3. Il faudrait commencer à définir ce qu’est “le peuple Afghan” dans un système tribal, et “ce que veut le peuple Afghan”, dans un système où règne la loi du plus fort. Autant de concepts qui n’obéissent pas à la logique occidentale, y compris celle du “spécialiste défense” de libération.
    Les soviétiques combattaient les États-Unis à travers les combattants Afghans, et les attentats suicide existaient avant la présence occidentale en Afghanistan, tout comme le fanatisme religieux violent et agressif de certains musulmans de la zone : c’est même pour cela que la “guerre” a commencé. Ne comparons pas deux situations totalement différentes sous prétexte qu’elles se passent au même endroit.
    Quitter l’Afghanistan ne résoudra pas le problème de l’islamisme radical. Sinon, le plan des occidentaux, en tout cas des Américains, c’est exactement ce qui est décrit par le Général russe.
    Après l’Afghanistan ce sera autre chose. Il faudrait peut-être comprendre qu’une partie de l’humanité s’est mise en tête de détruire l’Occident.

  4. Sinon, très bonne chose que les Russes prennent des responsabilités dans la zone. Cela montrera qu’il ne s’agit pas que d’une opération des méchants Américains

  5. Excusez moi de rire mais je ne peux m’en empêcher !
    Comparer l’intervention de l’Union soviétique communiste dans l’Afghanistan des années 80 soutenue alors par TOUT l’Occident et nombre de pays asiatiques ou arabes, avec les talibans d’aujourd’hui est un réelle erreur.
    Les soviétiques tuaient à bras raccourci : nous nous excusons même quand on tue des chèvres.
    Les Afghans contre les Soviétiques étaient aidés techniquement, matériellement, financièrement, etc…. par les services secrets de tout les pays les plus puissants du monde, dont la France, sans compter les convois et hopitaux d’aide humanitaire et autres frenchs doctors : Aujourd’hui qui aident les talibans de la même façon ?
    Les conscrits Soviétiques avaient 1 chance sur 10 de ne pas revenir, 1 sur 5 d’être blessés, malades voire capturés et torturés (et ça ne faisait pas la une de Libé comme quand 10 paras meurent) : les engagés occidentaux d’aujourd’hui ont beaucoup moins de chance de subir le même sort sans compter les évolutions fabuleuses de la médecine depuis !
    Les Soviétiques n’avaient aucunement les moyens sattelites d’écoute, de repérage et de télécomunications actuelles tant parce que ces technologies étaient inexistantes qu’en raison du coût de conception et d’utilisation de ses systèmes bien trop onéreux pour les Soviets de l’époque déjà en faillite.
    Bref, comparer les deux situations n’a AUCUNE pertinence ! C’est limite scandaleux ! La vérité est que nous chérissons l’Islam des banlieues et tremblons devant l’Islam afghan et ses possibles contacts chez nous. => On se ne bat pas, et on ne gagne pas en Afghanistan car on a bien trop peur de réveiller les abonnés aux DroitsDeL’HommeDeGauche et autres excités de l’islam radical.
    Cette guerre perdue n’est que le tesson “réel” à recoller aux peurs cachées de nos dirigeants qui sont bien au courant des réseaux qui menacent la France et pourtant, curieusement, la laissent en paix….tant qu’elle ne s’investit pas trop, ni ne tue personne en Afghanistan, pas même un âne.
    La “fin” de la guerre d’Afghanistan n’aura pas d’autres continuités que la “fin” de la guerre d’Algérie : la même chose, par d’autres moyens et pour très longtemps.
    De même la sortie des troupes israéliennes du Liban Sud n’a servi à rien, sauf à ridiculiser Eduh Bark, qui, il est vrai, se lancait justement en politique et voulait faire plaisir aux familles de soldats….A court terme, car les pertes occasionnées quand “il a fallu retourner” au Liban (de l’avis israélien) ont été presqu’aussi importantes que si Israel avait continué son occupation du Sud Liban, le ridicule en moins.
    Pour reprendre un sujet polémique qui m’a valu des remontrances içi : n’oublions pas que, à titre d’exemple, le colonel Schmidt, nommé général (2S) “en raison de sa grande connaissance des médias” s’étonnait du sort de sa fille et du traitement judiciaire de l’affaire. De même, Valeurs Actuelles, hebdomadaire de bonne droite militariste, s’étonnait des réactions des internautes suite à cette affaire.
    Quand les spécialistes militaires des médias et journalistes, eux mêmes réservistes (F. Pons,…), n’appréhendent pas ce qui se passe ici chaque jour, en terme d’insécurité, malgré leurs métiers et affectations, comment voulez vous qu’on comprenne ce qui se passe “là bas”….dans les mosquées de Kaboul et du 9-3 en terme d’islam révolutionnaire, bien plus présent et intelligent qu’on ne le pense, et qui ne nous fera aucun cadeau.

  6. Merchet, bien que documenté et intéressant à lire, est bien un homme de gauche : ce qu’il ne dit jamais sur ce conflit, c’est que si ce ne sont pas les occidentaux qui le réglent, ce seront les Chinois et/ ou les Russes qui le feront et domineront l’Asie centrale, ayant ainsi le contrôle indirect du Pakistan et de l’Inde, et à terme de l’océan Indien, donc de la Corne de l’Afrique et du Golfe.
    Soit l’Europe et les USA ont un rôle à jouer dans le monde, soit ils se retirent de toutes les zones géo stratégiques, au nom de la ”paix” : après Suez, c’est ce que nous avons déjà fait alors que la guerre était gagnée en Algérie ou gagnable au Liban, etc….
    On voit où cela nous a menés.
    L’idée que les Occidentaux font la guerre au peuple afghan est un mensonge, car la majeure partie du peuple afghan ne souhaite pas le retour des talibans ; de plus la vie sociale et économique de base reprend dans ce pays et les Occidentaux ont raison d’entreprendre de négocier avec ceux des talibans qui acceptent la paix civile, afin que les Afghans puissent envisager de sortir définitivement, si ce n’est des conflits internes qui ont toujours jalonné leur histoire, tout au moins de la guerre de conquête de l’islamisme pakistanais.
    C’est celui ci qui forme en France les courants de re-islamisation des banlieues. Déconnecter l’Afghanistan de notre sécurité est une erreur. Par contre juger que la guerre avait été mal engagée au début, ou que les forces armées françaises sont sous-équipées présente plus de pertinence.
    Les questions logistiques ou tactiques n’effacent pas le questionnement stratégique.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services