Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Affronter rationnellement les dangers, mais se libérer de la peur

Affronter rationnellement les dangers, mais se libérer de la peur

De Christian Vanneste :

[…] Si nous nous trouvons devant une situation économique angoissante, non seulement en raison de la panne imposée à une grande partie de l’économie mondiale par le confinement, mais aussi à cause du caractère de plus en plus factice de la prospérité fondée sur la création monétaire et la consommation qu’elle facilite, la peur ne semble pas la conséquence de la crise, qu’elle entretient, mais sa cause première. Or, cette peur n’est pas accidentelle. Elle est, sous différentes formes, la marque principale de notre époque. La peur de la mort, raisonnable, et transcendée par les croyances spirituelles, est devenue irrationnelle dans nos sociétés matérialistes. C’est ce qui explique que des responsables politiques du monde entier ont pu imposer des contraintes sans précédent face à une épidémie inquiétante, certes, mais qui n’égale pas, et de loin, certaines qui l’ont précédée. Dans les Etats de culture occidentale, dont la population est vieillissante, le virus a suscité une panique que n’a pas diminuée l’idée que la mort fauchait davantage des personnes que leur âge approchait déjà d’une fin inéluctable. En Europe, cette crainte a suivi celle qui était née du terrorisme islamiste capable à tout moment d’assassiner à la kalachnikov, au camion ou au couteau, n’importe qui, n’importe où. En France, la peur du désordre et des violences liés à des manifestations avait été, entre deux, entretenue savamment par le pouvoir, et sur la planète, mais toujours en Occident plus qu’ailleurs, c’est la frayeur écologiste identifiée désormais à Greta Thunberg qui sévissait depuis un bon moment, soutenue par des dirigeants politiques, des instances internationales, et de nombreux médias… Difficile d’avoir peur de la peur dans un monde qui passe d’une peur à une autre comme on change de mode…

Le résultat c’est la disparition de la confiance pourtant indispensable au bon fonctionnement d’une économie libérale et de pays démocratiques. La peur, loin d’engager à accroître la responsabilité des citoyens les conduit à se tourner vers l’Etat protecteur, à accepter les contraintes qu’il impose et bien sûr, non sans raison, à ressentir méfiance et suspicion devant l’inefficacité de ses dirigeants. La déception suscitée par les Etats engendre deux mouvements qui ne sont qu’en apparence contradictoires : déplacer les espérances de l’Etat vers les organisations non gouvernementales, réputées moins corrompues et plus éthiques, ou vers un gouvernement mondial, sauveur suprême. La vraie solution était celle de Roosevelt : ce sont les nations et leurs Etats qui doivent éteindre la peur et ils ne peuvent le faire que par l’exemplarité morale de leurs élus. […]

Quant à la responsabilité et à la confiance, elles ont laissé place à une infantilisation systématique du peuple français, sur lequel on va faire tomber des milliards pour faire oublier les pénuries causées par l’imprévoyance du pouvoir, mais que l’on va aussi surveiller et contrôler davantage, et dont on va museler la liberté d’expression !

« La seule réelle prison est la peur et la seule vraie liberté est de se libérer de la peur » disait Aung San Suu Kyi. Aux Français de méditer cette pensée et de se délivrer de ceux dont le règne les fait passer d’une peur à l’autre.

Partager cet article

7 commentaires

  1. Très intelligente analyse de la situation et excellente conclusion: “Aux Français de méditer cette pensée et de se délivrer de ceux dont le règne les fait passer d’une peur à l’autre.”. Mais comment y arriver sans violer le régime actuel faussement qualifié de démocratique?

  2. Prévalence de la peur c’est à dire surtout disparition du courage, caractéristique principale de notre Occident selon Soljenitsyne. C’est tellement vrai !

  3. Vous avez tort de ne pas avoir peur car hier 1757 personnes sont décedées dont :
    413 du cancer
    435 de maladies cardio-vasculaire
    189 du tabagisme
    92 de l’alcool
    22 de produits stupéfiants
    179 d’obésité
    96 du diabète
    180 de maladies infectieuses (dont 93 covid-19)
    48 d’accident domestique
    47 de broncho-pneumopathie chronique obstructive
    41 de suicides
    7 d’accident de la route
    4 d’accident du travail
    3 d’homicide
    1 de violences conjugales
    0 d’accidents d’avions
    0 de radiation
    (données statistiques corrigées des variations saisonnières)

  4. est-ce de l’humour noir ou avez vous oublié que nous sommes mortels ?

  5. Bonjour. Merci pour cette belle analyse. Ce qui empêche l’Amour, ce n’est pas la haine mais la peur. Bien à vous.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services