Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Affaire Vincent Lambert : les questions de Me Paillot

L'avocat des parents interroge, dans les DNA :

P

Partager cet article

11 commentaires

  1. Il parle d’or.
    La preuve que l’alimentation n’est pas un traitement, c’est que tout un chacun doit se nourrir, même s’il est en bonne santé. C’est donc un soin de base que de permettre à quelqu’un de s’alimenter.
    Mais le bon sens gagnera-t-il ?

  2. N’allons pas, comme Kouchner, au Darfour fournir une alimentation orale à des enfants, c’est de la maltraitance.
    Je comprends son propos mais ne suis par contre pas d’accord avec l’avocat: l’alimentation entérale n’est pas un soin palliatif au sens où l’entendent la plupart des médecins actuellement. On peut être amené à avoir une alimentation entérale avant de recouvrer une alimentation orale, sans pout autant qu’il s’agit d’un soin palliatif effectué dans un service palliatif.

  3. L’alimentation n’est jamais un soin palliatif, l’avocat est dingue. Est-il pro-vie pour tenir et publier un tel discours si contraire aux valeurs défendues par les parents de Vincent Lambert???
    L’avocat met en danger tous les patients qui ne peuvent pas déglutir correctement en qualifiant leur alimentation entérale de “palliatif”… Au secours!
    Qu’il continue ainsi: il met en danger son patient et les autres: quelqu’un qui a une alimentation entérale le temps que son estomac soit refait, après une opération quelconque n’est pas quelqu’un devant aller dans un service de soin palliatif pour recevoir une alimentation considéré par Paillot comme un “palliatif”.
    Qu’il se forme cet avocat, qu’il rencontre des médecins pro-vie, des vrais pas forcément des Kariger qui plantent leur bannière PCD alors qu’ils ne le sont pas.

  4. Ses patents devraient demander, pour lui, l’asile politique à la Suisse.

  5. Je comprend pourquoi il faut s’opposer au droit à l’euthanasie pour tous qui serait une arme de destruction massive politique dévoyée comme cela l’est devenu pour le droit sans freins à l’avortement , mais est-ce aux gens ne connaissant pas Lambert de lui interdire l’arret de ses souffrances s’il veut lui l’euthanasie ?

  6. Comme je le disais dans un commentaire précédent ce n’est pas différent d’alimenter un bébé (incapable de nourrir seul) par des biberons et des petits pots ou un vieillard par des bouillies.
    Vouloir assimiler l’alimentation à un traitement est scandaleux.
    Tous les malades des hôpitaux ou des cliniques sont mis sous perfusion même pour des choses bénignes.
    C’est cette perfusion qui les maintient en vie par hydratation et alimentation en glucose qui permet d’éviter l’hypoglycémie…
    Si on les débranche tous la plupart mourront !

  7. @Maitre Paillot
    Un SOIN médical s’adresse à un MALADE
    Un SOIN PALLIATIF s’adresse à un MALADE qui est en phase terminale et qu’on ne sait plus soigner.
    On ne va donc plus essayer de le soigner mais s’occuper uniquement de son confort en lui évitant essentiellement la souffrance.
    L’alimentation s’adresse à des bien portants
    L’alimentation s’adresse à des malades recevant des soins
    L’alimentation s’adresse à des malades recevant des soins palliatifs
    Elle est donc indépendante du soin et de la maladie !
    Sans eau ou nourriture nous mourrons TOUS y compris Vincent Lambert !

  8. @magikbus
    1 – Le suicide est interdit
    2 – Que savez-vous des souffrances de Vincent Lambert ?
    Il ne souffre peut être pas ! En tous cas s’il souffre il ne peut l’exprimer. (Voyez le témoignage d’Angèle Lieby)
    En cas de souffrance on sait parfaitement administrer les calmants nécessaires.
    3 – Vouloir se suicider est répréhensible mais entrainer ses proches en les transformant en assassins est abominable ! Eux devront vivre avec cela !
    4 – Le fait de soutenir le suicide ou l’euthanasie alors que l’on n’est pas directement concerné est encore plus grave que de le pratiquer soyez en certain

  9. Ayant subi une laryngectomie totale, j’ai conservé néanmoins la fonction de déglutition qui me permet de me nourrir normalement. Tel n’est pas le cas pour tous ceux qui doivent subir cette mutilation de la voix. Ainsi, j’ai cotoyé dans un centre de soins de suite, après mon intervention chirurgicale, nombre de patients ayant subi une laryngectomie, mais privés de cette fonction de déglutition, qui étaient alimentés directement par gastrostomie (alimentation directement dans l’estomac. Ils n’étaient pas programmés pour être euthanasiés. Malgrè, leur situation peu enviable, ils étaient engagés dans l’ardent combat pour la vie.

  10. Tant que les médecins n’auront pas effectué une imagerie de l’activité cérébrale de Vincent Lambert alors qu’on lui parle, pour tester ses réactions et sa compréhension de phrases telles que “es-tu d’accord pour qu’on te laisse mourir de soif ?” ou “veux tu encore avoir la visite de ta maman etc ” on ne pourra prétendre qu’il est inconscient ou d’accord. Les sentiments exprimés par lui sur ces phrases se mesurent en activité et effets symptomatiques des libérations hormonales .

  11. S’il est reconnu par le conseil d’Etat queVincent Lambert reçoit un traitementqu’on peut arrêter. Cela signifie qu’alimenter quelqu’un qui ne peut pas le faire par ses propres moyens est assimilé à lui administrer un traitement qu’on peut arrêter si on trouve sa vie indigne. Donc nourrir les SDF devient de ce fait exercice illégal de la médecine. Cherchez l’erreur…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services