Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Affaire SNCF : développement du terrorisme sociétal

De Jean-François Daguzan, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique :

"il faut souligner que la crise financière, qui est partie pour durer, favorise ce type de comportement anticapitaliste. On s'attaque aux instruments de la déshumanisation. […] cette tendance, que j'appelle le «terrorisme sociétal», est latente depuis plusieurs années. Et croissante. […] En Europe, le «terrorisme sociétal» est apparu en 2003 en Italie avec «Aquabomber», un mystérieux personnage qui contaminait les bouteilles d'eau dans les supermarchés au nom de vagues revendications alter-mondialistes. Tous ces gens ont des objectifs très différents, mais il y a une forme de regroupement dans la détestation de la société actuelle. […] Un des exemples les plus marquants, ce sont les émeutes qui entourent les réunions du G8, comme à Gênes en 2001, avec le «Black Front». C'est un terrorisme qui prendra de plus en plus d'importance.
[…]

Ce qui est frappant, c'est aussi l'absence de raisons politiques. La «victoire» de la démocratie libérale a éteint tous les espoirs de changement politique radical. Jusqu'en 1981 en France, on pouvait croire au grand soir, dans les rues et même dans les urnes. Cette hypothèse n'existe plus.
[Ces groupes] sont plus spontanés, plus hétérogènes, moins structurés pour la prise de pouvoir par rapport à l'ancienne école. Ces groupes agrègent des post soixante-huitards avec beaucoup de gens en marge ou en conflit avec la société. […] On retrouve cette protestation violente dans des occupations d'usine avec des employés prêts à tout pour défendre leur entreprise menacée de fermer: explosions, rejet de substances toxiques dans la nature, séquestration de responsables du personnel…
[…] A force, ce ne sont plus des cas isolés. Plutôt les prémices de mouvements qui resteront erratiques, spécifiques, mais qui vont former une véritable catégorie. Et une vraie menace pour l'avenir"

Michel Janva

Partager cet article

2 commentaires

  1. Cet homme ne comprend rien, et il ne connaît pas les personnes dont il parle. Leurs raisons politiques sont innombrables, et justifiées. Leurs méthodes condamnables d’un point de vue chrétien. Cela n’ôte rien à la légitimité de la critique du capitalisme et du monde de la techniques postmodernes, lequel contient les vrais coupables.

  2. Le terme “terrorisme sociétal” est un peu fort!
    Bonne fin de journée, gael rédacteur pour http://www.bien-et-bio.com

Publier une réponse