Affaire Courjault : l’infanticide ce n’est pas si dramatique

De Caroline Parmentier dansPrésent :

"Ces trois tout-petits finalement qui s’en soucie, qui a parlé pour eux ? Ils ne vont pas faire appel.

Jugée pour « assassinats », Véronique Courjault a été condamnée à huit ans de prison. Avec sa préventive et les remises de peine, elle sortira dans un an, en libération conditionnelle. Cette condamnation, clémente, lui permet de calculer la date de sa libération en mois, alors qu’elle encourait théoriquement la perpétuité. Deux choses, essentielles, ont évidemment joué pour elle. Le doute autour du déni de grossesse et de la fragilité psychologique qui fait d’elle une malade et non plus une meurtrière. En effet, Véronique Courjault est « déséquilibrée ». La deuxième chose c’est qu’il est également schizophrène pour la justice de s’indigner trop fort devant la mort de trois enfants âgés de quelques heures dont  leur mère ne voulait pas, alors que presque tout dans la loi et la jurisprudence dit qu’un enfant non désiré, non « investi », sans « projet parental » n’est rien."

De l'avortement à l'infanticide, un pas vient d'être franchi.

19 réflexions au sujet de « Affaire Courjault : l’infanticide ce n’est pas si dramatique »

  1. Marc

    C’est terrible, mais c’est finalement logique : quelle différence réelle entre un infanticide et l’avortement ?
    Aucun.
    Ah, si : l’avortement concerne des enfants qui ne se voient pas.
    En réalité, il est hypocrite d’accepter l’avortement et de crier au scandale à propos de l’infanticide maternel.

  2. HB

    La justice ne condamne sévèrement que les plus faibles et les plus pauvres! Et on expliquera à ses enfants vivants que ce qu’elle a fait est normal, qu’elle n’est pas responsable!
    Il est bon d’être un criminel sous la cinquième république française!
    Elle recommencera ses crimes: son mari devrait acheter un congélateur plus grand.
    C’est immonde.

  3. AncillaDomini

    C’est décidé : je vis en ermite. La stupidité béate de nos concitoyens ne me regarde plus.
    (je dis ça, mais je sais pertinemment que je ne pourrai pas m’empêcher d’écoper avec ma petite cuillère pour tenter de sauver le navire…)

  4. tite

    Cette phrase que l’on prête à Bayrou, je l’ai effectivement entendu mais de la bouche de l’avocat. Si Bayrou l’a pronocé il aura franchi le rubicon en vendant définitivement son âme à …Il est vrai que seuls eux maintenant peuvent le faire élire président, c’est sa dernière carte.Ceci dit pour l’affaire Courjault, cherchez à qui profite le crime ? Relativisme de l’infanticide, donc de l’IVG, avec dans le même temps une loi qui autorise les sages femmes à procéder à l’IVG médicamenteuse et peut-être bientôt chirurgicale, belle vocation, il est vrai qu’une de leur plus grande représentante est une chienne de garde de 1ère aux ordres de qui vous savez…et bien sûr le débat de la bio-éthique s’ouvre PAR HASARD dans ce contexte comme c’est étrange, il ne reste plus qu’à faire un référendum, dans de telles conditions, les veaux que sont devenus les français ne manqueront pas d’aller dans le sens tout formaté et préparé par les hommes de l’ombre…

  5. trahoir

    @ Nabulione,
    Il est tellement chrétien qu’il a vu la Vierge qui lui a dit qu’il serait Roy de France d’après Pasqua (information de l’hebdo Challenges).
    http://www.challenges.fr/magazine/0172-020679/double_je.html
    Samedi 6
    Pasqua ne voit pas d’avenir à Bayrou, bien que celui-ci ait vu la Vierge En petit-déjeunant avec Charles Pasqua, on se réjouissait de rencontrer l’un des acteurs politiques des quarante dernières années les mieux dotés en anecdotes truculentes, servi par une mémoire d’éléphant et un impayable accent à la Raimu. Mais on ne se doutait pas qu’on allait évoquer deux sujets qui seraient, ce matin, en pleine actualité. On le questionne sur François Bayrou : «Bah, il manque de courage.» Et voilà qu’il nous conte par le menu une réunion très délicate, en 1994, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, pour rédiger la circulaire pour les enseignants sur le port du voile islamique à l’école, sujet que Barack Obama vient de relancer.
    «Balladur était perplexe, comme toujours. Et Bayrou [alors ministre de l’Education. NDLR] était vacillant. C’est finalement Simone Veil qui, comme d’habitude, était catégorique.» Pasqua poursuit : «Bayrou ? Une fausse valeur. Je ne lui vois pas d’avenir, bien qu’il m’ait assuré qu’il a reçu la visite de la Vierge et qu’elle lui a dit : «Vous serez roi de France.»» Voici donc l’origine du fameux buzz que Daniel Cohn-Bendit a repris en plaisantant ici et là – «Bayrou a été touché par la Vierge» -, ce qui a ulcéré le Pyrénéen, né près de Lourdes, au point de le faire déraper au cours de l’émission A vous de juger sur France 2. On le verra demain, le miracle se fait toujours attendre.

  6. jeffmoveone

    Effectivement aucun media ni homme politique ou de justice n’a évoqué la souffrance des nouveaux nés.Personne ne s’en est soucié!Tout le monde semble les avoir ignorés.C’est ecoeurant!Dire que l’abandon d’animaux est puni de 2ans de prison.

  7. philippe

    Le rapport à la mère est terrible. C’est la banalisation et l’aseptisation du non respect de la vie dans toute sa splendeur. Le problème général de notre époque est vraiment la conscience et en l’occurence, celle fondamentale du bien et du mal. Il me semble que cette histoire est symptomatique de ces femmes qui ont perdu le sens de leur vraie nature, elles même éduquées par des pères asexués ou absents. C’est le père qui donne le repère fondamental à sa fille notamment dans le processus oedipien. Cette femme a voulu se venger de quelque chose à travers ses enfants et je plains le mari qui a choisi de la soutenir inconditionnellement. Leur vie affective future portera à jamais le sceau du sang de leurs trois enfants innocents. A ce tarif et à n’en pas douter, l’Amour est mort.

  8. Journé Nicolas

    J’ai entendu le Professeur Israël (Nissan ?) de Strasbourg sur Radio Classique. Il a précisé qu’il n’avait pas rencontré Mme Courjault, donc il n’a pas donné d’avis définitif sur la question bien sûr, mais il m’a fait découvrir qu’il y avait une maladie psychique très grave qui s’appelle le déni de grossesse, dont il est parait-il un spécialiste. Cela n’a rien à voir avec la question de l’avortement.
    Dans ce cas précis, il faudrait comprendre que la maladie psychique de Mme Courjault lui retire toute responsabilité.
    Mais le mari est-il atteint d’une maladie similaire qui ne lui aurait permis de prendre conscience par trois fois que sa femme était enceinte ??

  9. dominique

    Je lis souvent dans les commentaires du salon beige, que j’apprécie par ailleurs, des propos qui me semblent manquer de charité et de miséricorde. Personnellement, cela me serre le coeur. Il faut toujours différencier l’acte de la personne.
    Ce n’est pas par ce que nous souffrons de la dérive de notre société que nous devons pour autant devenir aigris et vindicatifs.
    Restons fermes sur les principes mais surtout, ayons de la compassion pour les naufragés.

  10. Bourbonnaise

    Tout cela est infiniment triste pour cette famille, mais pourquoi traiter cette femme comme une criminelle pour une différence de quelques mois ? Si on accepte l’avortement, et surtout l’avortement de confort, comme quelque chose de légitime, voire de bon, pourquoi l’infanticide de nouveaux-nés serait-il répréhensible ?
    il y a là une logique qui m’échappe.

  11. Fontey

    Il y aura désormais une jurisprudence Courjault qui permettra d’être plus “souple” en matière d’infanticide… Quant à Bayrou, voilà ce que le démocratie chrétienne avariée a produit comme avatar…C’est ce qui attend madame Boutin

  12. tite

    chère Dominique,
    ne vous y trompez pas , beaucoup d’entre nous sont charitables, mais ne confondez pas angélisme et charité.”La vie est un combat pour une nation comme pour un homme” (de gaulle) ou alors “je vous envoie comme des brebis au milieu des loups” (matthieu,10), il ne s’agit donc pas de faiblir.

  13. Bartleby

    Pour Jean:
    Vous postiez: si on sait pleurer, on peut s’en tirer avec deux ans ferme pour meurtre.
    Vous vouliez peut-être dire “pour assassinat”, ce qui est évidemment pire.
    En fait, en suivant les argumentaires des “Lumières”(sic) Voltaire, d’Alembert, Helvétius, Diderot, l’homme n’est qu’un animal et même plutôt qu’une machine.(*)
    Il est alors logique d’exterminer qui l’on veut quand on veut.
    Bref, l’assassinat d’une personne de moins de cinquante ans = avortement tardif.
    et après cinquante ans = euthanasie précoce.
    Pourquoi pas ?
    (*)lire ou relire Xavier Martin

Laisser un commentaire