Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Euthanasie

Acquittement dans une affaire d’euthanasie

La cour d’assises du Maine-et-Loire à Angers a acquitté un homme accusé d’avoir tué sa femme mourante. Morten Jensen, un Danois de 37 ans marié à une Française, comparaissait pour "homicide volontaire" pour avoir mis fin aux jours de son épouse qui était atteinte d’un cancer généralisé en phase terminale, en janvier 2003. Il était soutenu par des lobbys favorables à la dépénalisation de l’euthanasie. En fin d’après-midi, l’avocat général avait réclamé une peine de principe, deux ans avec sursis, alors que M. Jensen risquait jusqu’à 30 ans de réclusion.

Rappel opportun de l’Académie pontificale pour la Vie :

"A l’approche d’une mort désormais inévitable et imminente, "il est licite, en toute conscience, de décider de renoncer à des traitements qui ne feraient que prolonger la vie, de façon précaire et pénible" (cf. Déclaration sur l’euthanasie, IV partie), car il existe une grande différence éthique entre "donner la mort" et "permettre la mort" : la première attitude refuse et nie la vie ; la seconde en accepte la réalisation naturelle.

Les formes d’assistance à domicile – de plus en plus développées aujourd’hui, en particulier pour les patients souffrant d’un cancer -, le soutien psychologique et spirituel de la famille du malade, celui du personnel spécialisé et des volontaires peuvent et doivent transmettre la conviction que chaque moment de la vie et chaque souffrance peuvent être habités par l’amour et sont précieux aux yeux des hommes comme pour Dieu. L’atmosphète de solidarité fraternelle dissipe et vient à bout de l’atmosphère de solitude, ainsi que de la tentation du désespoir."

Michel Janva

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. “A l’approche d’une mort désormais inévitable et imminente, “il est licite, en toute conscience, de décider de renoncer à des traitements qui ne feraient que prolonger la vie, de façon précaire et pénible.”
    Cette définition ne s’applique t-elle pas à tous les cas de figures ? Je veux dire que tout traitement médical ne fait que prolonger la vie, le vaccin contre la mort n’étant pas encore inventé.
    Et la mort n’est-elle pas toujours inévitable et imminente ?
    Cela me rappelle les termes de la loi Veil et la notion de “l’enfant qui met la mère en danger”… on a vu ce que ça a donné.

  2. si on avait accéléré la mort de ma mère ou “abrégé” ses souffrances après trois mois interminables de soins palliatifs, elle ne m’aurait jamais confié le secret de ma naissance, ni “passé les consignes” pour prendre soin de notre père; ma soeur n’aurait pas pu lui dire qu’elle venait de faire un test de grossesse positif et qu’elle pouvait partir en paix. Nous avons vécu sa mort dans la paix et sans aucun remord. Elle a donné à son époux le meilleur d’elle même à la toute dernière seconde.

  3. @ Philippe
    Vous avez le droit de faire preuve d’intelligence lorsque vous lisez ce texte.
    Une crise d’appendicite vous menace certes de mort si vous ne faites rien. Pour autant, si les mots ont encore un sens, celle-ci n’est ni inévitable, ni imminente.
    Ne dites donc pas d’âneries s’il vous plaît, sur un sujet grave, la mort n’est pas tout le temps “imminament” inévitable.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services

Allons-nous laisser la culture de mort triompher ?

JAMAIS

Aidez le Salon beige à préparer les prochains combats pour la loi de bioéthique