Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie / France : Politique en France

Abus sexuels : le Sénat remet en cause le secret de la confession

Abus sexuels : le Sénat remet en cause le secret de la confession

Dans un rapport rendu public le 29 mai, la mission d’information parlementaire sur les violences sexuelles commises sur les mineurs a estimé que la crise des abus au sein de l’Eglise catholique ne se résumait pas à des « dérives individuelles » mais revêtait « une dimension systémique » liée à son organisation et son mode de fonctionnement.

Saluant « l’ensemble complet et cohérent » des mesures prises depuis 2016 par l’Eglise de France et le Saint-Siège, la mission émet quatre propositions, sur les 38 du rapport :

  • «renforcement de la formation initiale et continue des ministres du culte sur la question des violences sexuelles et de la pédocriminalité » avec intégration de modules « portant sur l’obligation de signalement, les sanctions pénales prévues en cas de non-dénonciation »
  • les parlementaires invitent l’Eglise « à donner à la commission Sauvé une réelle capacité d’action, en lui assurant des moyens financiers adaptés aux besoins, en fondant ses travaux sur la rencontre avec des victimes et en favorisant l’accès aux archives dans l’ensemble des diocèses »
  • Dans sa proposition n° 30, la mission indique explicitement « soutenir la démarche engagée par l’Eglise pour garantir la reconnaissance et la réparation des victimes de prêtres, à travers la mise en place d’un mécanisme d’indemnisation financière ».
  • La quatrième proposition (n° 9) concerne le secret professionnel en général, et donc celui de la confession. La mission souhaite permettre aux professionnels tenus par un secret dans le cadre de leurs activités (médecin, avocat, prêtre…) de pouvoir s’en exonérer pour signaler une agression sexuelle confiée dans le cadre de ce secret. Les parlementaires vont même plus loin en proposant la possibilité « d’introduire dans le code pénal une obligation de signalement pour les professionnels de santé, les travailleurs sociaux et les ministres du culte ». Cette modification législative fera l’objet d’une « mission spécifique » dans les prochains mois, et sera confiée conjointement à la commission des lois et des affaires sociales du Sénat.

En complément de ce rapport, le groupe socialiste et républicain souhaite porter au débat certaines « propositions spécifiques qui n’ont pas été retenues par la mission à ce stade ». Il dénonce par exemple l’usage du secret de confession qui « a permis à l’Eglise de justifier de son silence ». Ses membres proposent donc « que le code pénal soit modifié pour revoir la définition et le périmètre du secret de la confession », dans le but d’obliger les prêtres à dénoncer les auteurs de crimes et de délits sexuels.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

21 commentaires

  1. Ces tarés ne savent pas que le secret de la confession est une obligation devant Dieu et qu’il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes. Un temps de persécution ouverte s’annonce car cela obligerait un prêtre à commettre un peche grave en rompant le secret de la confession. Vers un retour des prêtres réfractaires ?

  2. Les athées christianophobes qui nous dirigent cherchent par tous les moyens à persècuter et discriminer l’Eglise . En utilisant tous les moyens et pretextes.
    Ils ignorent, par exemple que le confesseur peut très bien refuser de donner l’absolution, sous condition d’aller ce dénoncer aux autorités. J’espère que la hiérarchie reprendra du poil de la bête, si un tel texte législatif état adopté, en interdisant et suspendant sine die tout sacrement , sur tout le territoire national. Ce qui est en leur pouvoir ! L’Etat français est christianophobe. Il veut la mort de l’Eglise. Il ne voit guère au delà de son bout de nez . Il ne peut savoir qu’Elle a les Paroles de Vie Eternelle et que le Xt Est l’ Α et l’ Ω, εt qu’Il Est avec Elle pour toujours. I’Etat a des yeux pour ne pas vour et des oreilles pour ne pas entendre.
    Mais , ns sommes aussi responsables, ns avons l’Etat que ns méritons.

  3. “Qui ne tente rien n’a rien”
    Allez vous faire voir.

  4. J’ai beaucoup de mal à comprendre comment les “catholiques” (?) “pratiquants” (?) votent majoritairement pour les ennemis de l’Eglise, d’après les sondages.

  5. Mais de quoi je m’occupe, et qu’est-ce qu’ils attendent pour s’occuper des rabbins et autres imams ainsi que de tous les pédophiles qui vaquent à leurs affaires dans la rééducation nationale. Et quand je vois que la pseudo droite la plus bête du monde se met de la partie, il est grand temps que les foudres du ciel tombent sur ce ramassis d’obsédés et disciples de satan. Est-ce qu’il y aura un évêque qui aura assez de gueule pour la leur faire fermer à tous ces tarés

  6. On ne lâche rien mais eux non plus, apparemment !

  7. C’est à l’Eglise de dire à l’Etat ce qu’il doit faire et non le contraire.
    Le problème c’est que les catholiques en général et les évêques en particulier, tout imprégnés qu’ils sont du soit disant « esprit des lumières », l’ont oublié.

  8. Un coup de gueule bien senti de la CEF s’impose dès maintenant sur le thème de mêlez-vous de vos oignons, pas des nôtres.

  9. Il s’agit bien évidemment de s’en prendre à l’Église et rien d’autre, l’argument étant parfaitement fallacieux.
    Si les agressions sexuelles devaient être dénoncées les fidèles cesseraient de s’en accuser en confession…
    Il n’y a pas la moindre once de bienveillance ou d’honnêteté dans leurs propositions sectaires et stupides.

    Et pendant ce temps ils vont continuer à cacher tout et n’importe quoi sous le secret défense…

  10. Il y a du martyre dans l’air. Quel prêtre digne de son engagement sacerdotal accepterait de passer outre le secret absolu et inconditionnel de la confession ? Violer les consciences me semble bien être une des “valeurs” de cette république qui me dégoûte de plus en plus.

  11. Fauchille vient de me couper l’herbe sous le pied avec sa faucille en disant en substance ce que j’avais l’intention d’ecrire.
    Je confirme que j’zi pzrle a des pretres qui m’ont indiqué que dans certains cas tres graves dont les agressions pédophiles ou pederastres (du grec qui aimes les jeunes gens) sur adolescent, il imposait comme penitence l’obligation pour le penitent de se livrer a la justice.en le prevenant que s’il ne le faisait pas il en refererait a l’Eveque comme d’ailleurs le prescrit Jesus lui-meme en substance si mes souvenirs sont bons:
    “Si tu sais que ton frere a commis un acte grave va le trouver et demandes lui de reparer, s’il ne le veut pas va alors avertir son superieur pour qu’il le reprenne…” je vous laisse trouver le chapitre et le verset , il est 1 h du matin.

  12. Fauchille, interdire et suspendre tout sacrement en France serait injuste : ce sont les catholiques et les catéchumènes qui seraient sanctionnés. Les ennemis de l’Église qui veulent mettre des limites au secret de la confession seraient ravis d’une telle décision !

  13. Méfiez-vous des sondages qui sèment le trouble, de ces demi-vérités assénées par les maîtres du mensonge.
    Que nos prêtres tiennent bon, que nos évêques rappellent les vérités de foi quant à nous fidèles au seul Christ témoignons et prions.

  14. Fauchille : Les athées christianophobes qui nous dirigent appartiennent essentiellement aux sectes maçonniques ou à leurs dérivés.
    Le problème est qu’ils ne détiennent pas que le pouvoir politique. Ils dirigent également la très grande majorité des médias, la “justice”, inspirent largement les intelctuels ou prétendus tels, etc.

  15. 80% des catholiques pratiquant sont des personnes âgées au système de pensée figé qui lisent encore “LaCroix”. Est-ce que cela vous éclaire ?
    On peut gueuler autant qu’on veut. C’est le catéchisme qu’il faut changer. Cela ira “mieux” quand tous les séminaires diocésains auront fermé. Triste à dire, non ?

  16. N.B : les “cours” de catéchisme aux enfants.

  17. Suspendre tout sacrement est tout à fait légitime et prévu. Ds les faits il n’est plus pratiqué. Le ” Jeûne du ou des sacrements est une bonne chose et nous évite de ns endormir sur nos bonnes consciences en évitant de ” chosifier ” les sacrements par routine. Ds le cas d’une agression christianiphobe les évêques pourraient poser un geste fort du jeûne sacramentel national. De plus , cela ne passerai pas pour négligeable, il ns faut poser des actes forts et prophétiques avec la radicalité du Désert !
    L’Etat est sèparé de l’Eglise , il ne peut pas intervenir ou interdire sur le champ ecclesial.
    Depuis qq temps la hiérarvhie laisse grignoter son autorité, le pantalon baissé.
    Relisez le texte de Gn1et 2 sur la dialectique de satan pour faire adjurer l’homme ds sa relation aux commandements de Dieu . Vous discernerer des analogies avec l’attitude actuelle de macron et de ses anges déchus du gouvernement.
    2) Les sacrements ne sont pas un “droit” !
    Il faut ns sortir du rapport ” self service avec ceux-ci, sorte d’automatisme religieux et se servir de certains faits ou évènements ( comme pour ce fameux secret de confession) pour réagir et poser fermement un Non Évangélique face â l’hégémonie étatique ! Sorte de protestation .
    Ce qui rassure c’est que la police pourra tjs attendre devant les confessionnaux d’éventuels pénitents. … ou bien les camps de rééducation pour les clercs…. en sommes nous si loin?

  18. l’éternel problème de la confession!
    déjà, les plaisanteries sur ce secret, que les hommes se transmettent sur les femmes, montrent une certaine curiosité : qu’en est-il réellement?
    croyons-nous que les criminels, quels qu’ils soient, vont aller raconter leurs turpitudes à n’importe qui, s’ils risquent la dénonciation?
    faisons le parallèle avec les médecins : une blessure par balle doit être dénoncée, donc celui qui en est victime,(et qui le peut), va se faire soigner par qui il faut, sans risque
    je suis toujours surpris par les pseudos athées : ils craignent les prières, les sorts, les invocations, tout ce qui est irrationnel, en bons superticieux et pourtant, ils n’y croient pas!!! au moment de la mort…..

  19. Très bon gazouillis du Père Pagès: “Depuis quand l’Etat est-il chargé de gérer la vie de l’Eglise ? Est-ce qu’un criminel qui ne veut pas faire pénitence ira se confesser ? Où l’on voit que l’Etat, une nouvelle fois, oubliant Dieu, entend prendre Sa place.”
    Trop de gens ont l’air de penser que l’absolution est automatique quasiment dès l’entrée dans ce qui tient aujourd’hui lieu de confessionnal. Bien peu savent qu’il n’y a “absolution” que
    1) si le pénitent reconnaît sa faute et en éprouve un sincère regret
    2) si le pénitent a la ferme résolution de ne plus recommencer.
    Je suis prête à parier que bien peu de prêtres ont entendu un pénitent s’accuser d’une agression sexuelle. Et dans ce cas, comme déjà dit, il n’y aura vraisemblablement pas absolution.

  20. Cette proposition de loi est inutile(supprimer le secret de la confession) car le confessé ne se serait pas confessé si le secret n’existait pas! Cela aboutira à ce que les péchés entrant dans un cadre juridique pénal ne seront plus confessés.
    C’est à Dieu qu’on se confesse. Le prêtre est un intermédiaire. La loi des hommes ne peut s’ingérer dans une pratique religieuse sans dénaturer celle-ci ou lui enlever son sens. Séparation des pouvoirs. C’est bien la séparation de l’Eglise et de l’état que tout le monde réclame à grands cris! mais apparemment seulement quand ça les arrange.

  21. En complètement de ce qui a été déjà commenté plus haut : pourquoi ces crimes seraient-ils les seuls qui ne seraient plus soumis au secret? Un crime de sang est moins grave? On voit bien que cette proposition n’est pas logique mais est la réponse à une émotion conjoncturelle, comme tout ce qui anime la politique depuis quelques années. Et après on parle d’intelligence collective…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services