Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

A quoi servait donc le « sapin » moche de la place Vendôme ?

Une analyse sans concession (Figarovox) de Jean-Louis Harouel, professeur de droit à Paris II et auteur notamment de «La grande falsification; l'art contemporain», sur le "sapin" qui a pollué visuellement la Place Vendôme ces derniers jours. Il y voit la preuve de la «vacuité de l'art contemporain». Quelques extraits :

[…] "D'ailleurs, de manière générale, les prétendus «artistes contemporains» sont des bouffons interchangeables, auteurs de bouffonneries interchangeables. Ceci pour une raison très simple: il n'y a en réalité pas d'œuvre, pas d'art. L'art contemporain repose sur deux dogmes: le remplacement de l'art par l'artiste sacralisé ; le remplacement de l'œuvre par n'importe quoi. On devrait parler de non-art contemporain (NAC).

[…] On veut légitimer le non-art contemporain en essayant de le mettre au même niveau que le grand art du passé. La confrontation repose sur le postulat d'un dialogue entre le prétendu «artiste contemporain» et les grands artistes de jadis. Or il n'y a aucun dialogue possible, mais une lamentable pollution des grands lieux du patrimoine artistique et historique. Tout cela cache une logique mercantile. Une invitation à Versailles, au Louvre ou place Vendôme constitue un grand coup d'accélérateur dans une carrière. Cela fait exploser la cote du bénéficiaire C'est tout ce qui compte.

Cette pollution des hauts lieux classiques profite à l'étroite classe mondiale des milliardaires incultes qui investissent dans les inepties de ces soi-disant «artistes». Ils ont tout intérêt à ce que les prix s'envolent, pour pouvoir revendre avec bénéfice les «œuvres» qu'ils détiennent. Le prétendu art contemporain joue le même rôle pour eux que, par le passé, les bons du Trésor américain: un placement à court terme dans une optique purement financière."[…]

C'est bien ce que nous pensions, le "sapin" moche de la place Vendôme ne servait à rien d'autre qu'à remplir les poches d'une poignée de gens.

Partager cet article

34 commentaires

  1. La transgression utilise la provocation pour avancer. Si ça marche, c’est l’institution artistique qui est remise en cause, ainsi de suite.
    Leur finalité, c’est tout détruire et on connaît le chef d’orchestre.

  2. Il faut ajouter que grâce à la complicité hypocrites des politiciens, cet « art par convention » est exonéré d’ISF….

  3. le NON ART CONTEMPORAIN soit le NAC
    plus vulgairement Nul A Chi.r
    A bon entendeur MERCI aux extrémistes
    condamnés par Mme HIDALGO.

  4. Complément de réflexion sur le sujet :
    Pendant toutes les études de mes enfants (primaire et secondaire), je me suis battu contre l’idée que c’est la vie de l’artiste qui raconte l’œuvre plutôt que l’œuvre en elle-même qui donne à voir ou plutôt à ressentir (on n’a pas besoin de commentaires éclairés et souvent idéologiques extérieurs pour cela).
    Sinon que dire des magnifiques peintures rupestres de la grotte Chauvet il y a 30000 ou 40000 ans ? Que sait-on de leurs auteurs ? Même à cette époque, il y a eu le meilleur et le pire avec des amulettes informes sans doute bien marchandées pour leur pouvoir magique…
    Ensuite, c’est le cadre historique, quand on en sait quelque chose, qui peut commenter l’œuvre.
    J’ai pensé à rapprocher ce débat de celui sur la dénaturation du mariage :
    En effet, faire l’apologie d’ « œuvres » au prétexte de la vie de l’ « artiste » et défendre ainsi l’idéologie dominante, la pipolisation et la décadence (KOONS puis MURAKAMI à Versailles, Niki de Saint PHALLE au Grand Palais ou dans la rue, l’urinoir de DUCHAMP, …) revient à défendre la capote géante sur l’Obélisque ou le Gode-Sapin vert place Vendôme mais aussi PissChrist, la simulation d’avortement Femen sur un autel d’église, ou un personnage qui défèque sur scène… Avec des arguments des Bobos de la mairie de Paris du genre : Il faut être ouvert et tolérants, vous comprenez… Puis, de toute façon, vous n’y connaissez rien !
    De même, accepter l’ « œuvre » politique décadente qu’est la dénaturation du mariage, c’est défendre les attaques contre les familles, ce qu’il y a de sacré dans l’humain, c’est permettre l’adoption pour tous, la PMA sur toutes ses formes, la GPA, la destruction de la filiation, donc des racines, de la généalogie, de l’histoire de l’Homme au profit du mercantilisme mondialisé… Mais que voulez-vous ? Puisqu’on vous dit que c’est de l’art !

  5. vous dites juste: « C’est bien ce que nous pensions, le « sapin » moche de la place Vendôme ne servait à rien d’autre qu’à remplir les poches d’une poignée de gens. »… ces mêmes gens qui s’achètent des enfants par GPA pour leur « Innocence » tel que décrit par le même Non-Artiste:
    http://www.galerie-vallois.com/artistes/paul-mccarthy.html++/image/mccarthy_06_innocence.jpg/

  6. a meltoisan
    Il faut savoir que Niki de Saint Phalle souffrit d’avoir été violée par son père :
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1243274-niki-de-saint-phalle-au-grand-palais-le-recit-de-son-viol-ou-l-art-comme-therapie.html

  7. Curieusement, les soi-disant artistes sont tous anglo-saxons ! Il faut savoir que la CIA fit tout ce qu’elle put pour favoriser en Europe l’art américain !
    Même au niveau des radios, il n’était plus possible d’écouter des chansons françaises. C’est François Mitterrand qui obligea à ce qu’il y ait au moins la moitié d’entre elles qui soient dans notre langue !
    Et que penser des feuilletons américains à la TV ?

  8. Comment allons nous pouvoir armer les jeunes générations?
    Hier mon petit fils de 6 ans m’a raconté la visite de l’ expo Niki de st Phalle organisée par son école (catholique Ste Elisabeth Paris 15eme) .
    Il était très  » remué  » par ce qu’ il avait vu
    Il est criminel de scandaliser les enfants .
    Niki de st Phalle a connu des horreurs dans sa propre famille et a passé sa vie à crier sa douleur (psychiatrie et  » œuvres » folles ) et il faut imposer cela â de jeunes enfants?
    Et en plus via une école dite catholique?

  9. Excellent! le Non Art Contemporain, le NAC, c’est l’art NAC!

  10. La meilleure parade serait peut-être de mettre sur la place publique -autrement dit le net – les photos de NAC en face du prix payé par les municipalités à coup de subventions aux frais des contribuables. .Cela « ferait tache » en regard de l’explosion des taxes locales sous couvert de crise et de réduction de dotation globale de fonctionnement allouée par l’état…Vive la transparence!

  11. Merci Obélix.
    Il faut diffuser le lien que vous proposez pour qu’un maximum de gens apprenne de quoi ce Paul McCarthy est capable !
    Suite à votre message, j’ai tapé son nom sur un moteur de recherche (pas de pub) et ce que j’ai découvert est effarant !
    Il faudrait enfermer les gens de la Mairie de Paris et de la FIAC responsables de cette agression vis-à-vis des Parisiens dont je suis fier de la réaction.
    La « réaction » est nécessaire face à la provocation permanente, à l’inculture, à la bêtise, à l’ignorance crasse de ceux qui, prétendent nous gouverner.

  12. En général on parle plutôt de NAD (Non-art décadent)
    contemporain? N’oublions pas que cela a déjà 1 siècle (voir l’urinoir de Fontaine en 1917)
    Le terme « contemporain » est aussi une escroquerie
    Donc : NAD et non NAC

  13. Content de constater que tous les Français n’ont pas encore renoncé à faire usage de leur bon sens. Merci aux Parisiens qui ont sauvé notre honneur en faisant ôter cette chose.

  14. Le non art constitue du blanchiment d’argent.
    C’est un système de corruption mis en place uniquement dans le but de créer une économie parallèle permettant de mobiliser un argent considérable.

  15. Excellent article à diffuser: http://www.les-crises.fr/godemiche-vendome/ tout y est dit sur ce cinglé de non-artiste et des cinglés qui soutiennent: Pellerin/hidalgo/Julliard/ eolas…

  16. Pour ceux qui ont un doute sur le fait que la place de Paul McCarthy est dans un asile d’aliéné, ainsi d’ailleurs que ceux qui le traitent « d’artiste » ou ceux qui y voient « de l’art »
    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=ozubKHdprMI
    D’après Télérama :
    « C’est avec sa vidéo Painting, Wall Whip (1974) que ses œuvres se font plus crues et sexuellement explicites. Le plasticien s’y enduit le corps de mayonnaise, de ketchup et d’excréments, interrogeant le corps humain dans ce qu’il peut avoir de plus obscène et dérisoire. Cette tendance atteint son apogée en 2005 lors d’une soirée à Beaubourg, où, dans des vidéos hardcore, McCarthy va jusqu’à se sodomiser avec une Barbie.
    Comparé à ces performances, notre sapin (assez ambigu pour ne pas troubler les enfants) apparaît bien sage. Mais il relève toujours de cette volonté de l’artiste de rendre dérangeants les objets du quotidien, tout en sapant l’autorité et le caractère sacré des lieux via des œuvres pensées en fonction de l’endroit où elles sont exposées. A l’image de ces sculptures figurant des têtes de Pinocchio, où McCarthy joue avec le célèbre pantin et la forme équivoque du nez de ce dernier, le sapin-toupie de la Place Vendôme renvoie autant à la sexualité qu’au monde de l’enfance. Récurrents chez ce grand agitateur, ces thèmes participent d’une volonté d’interpeller, voire d’interloquer, en introduisant une confusion des codes et des registres. Car « à quoi sert l’art si ce n’est de troubler ? ». C’est avec cette question piquante que la directrice de la FIAC Jennifer Flay, attristée par les attaques d’hier, a répondu aux détracteurs de McCarthy. »
    Cela se passe de commentaires non ?

  17. cela fait du bien de constater que l’on est pas seul à refuser « le roi nu ». Qui fait recette grâce au snobisme apeuré de tous les gens « ouverts ». Depuis longtemps. Un homard en plastique dans la chambre de Louis XIV, des ferrailles déclarées « contemporain »,on en a assez!

  18. Le NAD, comme le fait justement remarquer scat, n’a pour fonction que de vous habituer à la laideur, à la provocation, à la subversion du beau, du bien et du vrai. Il est le produit du néant de l’homme moderne définalisé, détaché de son Créateur et Rédempteur, esclave du Démon.
    Bravo, à ceux qui ont réagit, il faudrait que cela soit systématique, ce serait le signe du retour de la bonne santé du peuple français.

  19. Cela me fait penser à cette pièce de théâtre où l’on s’ extasiait devant une toile blanche. Remarquable !

  20. Chers amis,
    c’est une honte, ce n’est pas de l’art c’est clair! Pour avoir travaillé ou disons cotoyé le milieu des galeristes, c’est en effet une affaire sous… Ils ont bien conscience de se moquer des gens, mais il y a toujours des imbéciles, pseudo intellectuels de gauche qui s’émousssent devant se genre de trucs
    Les inconnus avaient fait une vidéo sur l’art contemporain et je vous assure que c’est à peine exagéré (voire pas du tout)
    http://www.youtube.com/watch?v=1yKay8HDjPU
    Amusez-vous bien et détendez-vous devant cette video!

  21. Faute de talent…on provoque…surtout si c’est rentable.

  22. C’est vous LABOUS NOZ qui avait commis ce crime contre l’art contemporain ? Vous n’avez aucun sens de la culture moderne.

  23. « Le succès,1 % d’inspiration,99% de transpiration » disait Thomas Edisson.
    Cet artiste autoproclamé n’a pas dû beaucoup transpiré!!!
    Marre de toute cette dégénérescence voulue,le Grand Remplacement des vraies valeurs avance à grands pas!!

  24. Pas d’accord! Ces « oeuvres de non-art » ne servent pas à gagner de l’argent, ou à sacraliser la bouffonnerie, ce qui serait déjà agaçant, mais pas dramatique. Elles servent à DESTRUCTURER, à choquer, à scandaliser, en particulier les plus jeunes. Ce sapin-champignon, de l’aveu même des initiateurs de l’expo, était très ambigu dans sa signification. Et ce NAC est véhiculé auprès de nos enfants dans les cours d’art plastique; il devrait être dénoncé par tous les parents. Qui se contentent en général d’en rire ou de dire que ça ne sert à rien. Mais le sens des mots, le sens du beau disposent les intelligences au sens de la vérité. Ces gens ne sont pas des bouffons, ils sont des pervers, et c’est autrement plus grave.

  25. La bulle financière de l’ « art » contemporain finira par se dégonfler telle le sapin anal de la place vendôme.

  26. Les responsables du non-art : les conservateurs de musée et autres fonctionnaires. Ils n’ont pas appris l’art, mais la gestion d’un dossier. Aussi sont-ils entourés de fumistes qui s’autoproclamer artistes.
    Il serait indispensable de commencer par avoir étudié aux Beaux-Arts, et de connaître la peinture, pour être responsable des collections.
    Comme au temps des rois de France, où les responsables des œuvres d’art étaient des peintres sortis de l’Academie Royale, et non des gens qui n’y connaissent rien, seulement capable de passer des concours administratifs.

  27. Ces imposteurs de non-art cotemporain profitent aussi de nos impots car l’umps dégénéré en pourvoyeur prostitué de faux mécenat adore dilapider l’argent des contribuables pour acheter ces pseudo oeuvres à des prix astronomiques pour enrichir les potes sans talents ,et étaler leurs saletés « artistiques » dans les lieux publics pour offenser les passants .
    Si l’art reflète la mentalité reelle des fausses élites actuelles on peut en conclure que ces dégénérés sont des nuls ,moches et méchants pervers parasites qui salissent tout sciemment .

  28. Le relativisme qui a remplacé l’art a bientôt un siècle d’existence ! 1917 : l’urinoir de Duchamp.

  29. Carlos: il y a une demi-heure de chansons françaises sur Radio Courtoisie à 13 h 30.

  30. Merci petite Jeanne pour la video des Inconnus!

  31. C’est une illusion commune de penser que l’art contemporain n’a que le profit pour but. Certes, cette motivation est très importante, mais après tout, de nombreux artistes créant de la beauté dans les siècles passés étaient aussi intéressés par l’argent.
    La différence, avec l’art contemporain, c’est que non seulement les oeuvres sont laides ou insignifiantes, mais qu’elles ont, aussi, un but de subversion de tout ce qui est beau, bon ou noble dans la société et les moeurs.
    C’est tout à fait flagrant dans le cas qui nous occupe.

  32. L' »art » contemporain n’a pas le profit pour but.
    IL EST constitutif d’une économie parallèle et de blanchiment d’argent.
    Il permet à partir d’objets sans valeur (voir de détritus…) de mobiliser des sommes considérables…
    Le côté subversif et destructeur est annexe, il ne constitue que « la cerise sur le gâteau ».

  33. L’artiste, le contribuable et le chômeur: Le contribuable est le maillon principal de ces présentations publiques. Sous couvert de faire découvrir « l’art » à la foule d’incultes que nous sommes, les acteurs publics subventionnent des statues, des peintures, des objets divers..qui enrichissent toujours les mêmes artistes dits « engagés ». L’objectif est toujours le même: aider les copains du show bizz, qui le leur rendent bien.. et accessoirement planquer le grisbi de l’ISF. Que les œuvres soient de l’art est absolument accessoire…Idem en architecture..et cela défrise nos villes..Quant aux intermittents qui intermittent dans toutes les salles polyvalentes de nos villes et petites villes pour nous apporter « l’art », avec des spectacles affligeants, c’est aussi un magnifique business.
    Tout cela est-il encore décent quand il y a cinq millions de chômeurs!

Publier une réponse