Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

A quand la création d’une structure de réflexion, une sorte de Terra Nova de la droite ?

Robert Ménard est interrogé sur Boulevard Voltaire :

Images-6"Avec votre union de la droite, ne seriez-vous pas un peu mono-obsessionnel ?

J’applique la méthode dite du pic-vert. Comme lui, je frappe sans cesse au même endroit avec les mêmes mots, espérant percer l’écorce des préjugés, des vieux réflexes, des excommunications. Je suis persuadé que nous y arriverons. Laissons les uns et les autres régler – ou tenter de régler – leurs problèmes internes. Même si nous savons d’ores et déjà qui sera aux manettes du côté des Républicains comme des frontistes… Et, de notre côté, continuons à travailler. À regrouper, à partir de la base, des élus locaux. À renforcer ce maillage militant, ces projets alternatifs que nous mettons en œuvre.

Un peu à la manière des communistes au lendemain de la guerre ou de l’Église catholique du temps de sa splendeur ?

Exactement. Les écoles hors contrat, les mutuelles municipales, les scouts quand ils ne sont pas de simples garderies, les associations caritatives, le Puy-du-Fou… les exemples ne manquent pas de cette « contre-société » du bon sens, du bien commun que nous devons construire parallèlement au travail de conviction, de persuasion, d’élaboration. Pour cela, nous disposons maintenant d’un vrai réseau de médias alternatifs : TV Libertés, Le Salon Beige, Fdesouche, L’incorrect et, évidemment, Boulevard Voltaire. Nous pouvons également nous appuyer sur des intellectuels qui, au-delà de leurs divergences, ont en commun de questionner ce monde si difficile pour les plus modestes. Je pense à Éric Zemmour, Alain Finkielkraut, Michel Onfray, Elisabeth Lévy, Mathieu Bock-Coté, François-Xavier Bellamy, Michel Maffesoli…

Vous voilà donc optimiste ?

Mais je l’ai toujours été ! Je veux juste que nous cessions de nous cacher derrière de grands discours qui ne tiennent aucun compte de la réalité. Être pragmatique ne veut pas dire abdiquer devant les puissants. J’en sais quelque chose avec mes ennuis répétés devant la justice. Le dernier en date étant la condamnation par le Conseil d’État de notre crèche du Noël 2014. Ce qui ne nous empêchera pas d’inaugurer une nouvelle crèche le 4 décembre prochain… Vous y êtes d’ailleurs invités ! Parfois, j’ai l’impression que nous ne savons pas mettre en avant ce que nous faisons. Peut-être faudrait-il créer un think tank, un laboratoire d’idées qui nous aide dans cette bataille d’idées dont le communiste italien Antonio Gramsci disait qu’il fallait l’emporter pour espérer gagner, un jour, sur le terrain politique. […] Quand je pense à la création d’une structure de réflexion, j’imagine une sorte de Terra Nova de la droite qui agrège des personnalités intellectuelles et des militants de terrain prêts à approfondir les thèmes que nous ne travaillons pas assez et faire ainsi refleurir la pensée de droite. Dans ce qu’on pourrait appeler le printemps des droites.

À quels thèmes pensez-vous ?

La culture. Quand vous regardez les programmes des partis à la droite des Républicains – qui, eux-mêmes, sont terrorisés à l’idée de se mettre à dos un milieu encore largement acquis à la gauche la plus sectaire -, leurs ambitions culturelles finissent par se réduire à la défense du patrimoine. C’est un peu court même si, dans ma ville, j’en ai fait une priorité. Mais on ne peut pas arriver au pouvoir avec ce seul objectif agrémenté d’une critique – que je partage également – d’un art contemporain qui frise parfois l’escroquerie pure et simple. Même chose sur les médias. Nous passons notre temps à les critiquer, à dénoncer leur rôle de chien de garde du système mais, dans les programmes de ces mêmes partis, rien sur les subventions massives dont ils bénéficient, rien sur les avantages fiscaux accordés aux journalistes, rien sur les alternatives à imaginer tout en respectant la liberté de la presse… Voilà deux chantiers sur lesquels nous pourrions nous mettre au travail. […]"

Partager cet article

12 commentaires

  1. Il existé déjà l’institut Thomas More, qui est ce genre de think tank de droite. A nous de visiter leur site et de les faire connaître …

  2. Il nous faut un FLN français.

  3. Le site souverainete-france.org existe pour cela et plus encore.
    Ceux qui souhaitent participer aux réflexions peuvent en faire la demande.

  4. M Ménard n’y comptez pas, jamais vous n’arriverez à fédérer “la droite” car celle-ci, du moins ses leaders, est arriviste, hypocrite et pour tout dire, imbécile.

  5. “La faiblesse de nos réactions favorise le retour du comportement barbare chez nos élites,elles n’ont plus peur de nous ”
    Lu sur Agora vox

  6. Il n a jamais entendu parler du Courant pour une écologie humaine?

  7. Cette “structure de réflexion” existe et je l’ai rencontrée : “Salon Beige” est son nom.

  8. Avec la soi disant droite qu’on a en France, point de Terra Nova à la sauce UMP, ce serait aussi indigeste que toxique vu les nullités qui forment ces partis dits de droite.

  9. 1 – le grand secret c’est que les structures de gauche sont souchées sur l’université sur fonds publics et leurs experts accueillis par les médias qui leur font une pub qui les financent indirectement, sans cela aucun “think’ tank” de gauche n’existerait
    2 – cela fait partie d’une révolution culturelle que la droite se refuse à mener consubstantiellement à ce qu’elle croit être sa “nature”, il en est de même des formes de militantisme, etc… il n’y a qu’à voir les réactions au sein du FN
    en bref : on est pas sorti de l’auberge

  10. Les seuls gens de droite crédibles, ce sont les monarchistes catholiques et royaux.
    Et pas ceux qui veulent nous refourguer de l’orléaniste.
    Le reste ne vaut pas tripette.

  11. Quand on voit les énormités repoussantes qu’un terra nova de gauche a pu produire, on imagine ce qu’un terra nova de droite pourrait proposer.
    Immonde.

  12. Sont bien marrants ces libéraux-conservateurs : créer un “think tank” pour faire comme les copains, juste histoire de dire qu’on se bouge, entre gens bien qui pensent bien. Le peuple ? Les ploucs ? Le Céfran qui rame en Téci ? Connais pas, pas mon problème. Ce qui compte c’est : “regrouper, à partir de la base, des élus locaux”, “renforcer ce maillage militant, ces projets alternatifs que nous mettons en œuvre”. Consternant de naïveté. Avec ce genre de stratège, les bobos en ont encore pour 40 ans de règne.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services