Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

A défaut de connaître le financement des syndicats, voyons celui des Comités d’entreprise

PLe député UMP Nicolas Perruchot, auteur d'un rapport parlementaire sur le financement des syndicats, rapport enterré et interdit de publication, poursuit son combat. Sa pétition en ligne a recueillie plus de 5500 signatures. 

Il vient de déposer une proposition de loi visant à permettre le contrôle des Comités d’ Entreprises. Le vote de ce texte devrait intervenir très rapidement, puisqu’il est programmé le 26 janvier prochain. L'objectif principal de cette proposition est d'exiger la certification et la publication des comptes de tous les Comités d’Entreprises dont le budget excède 230 000 € annuel. Il souhaite aussi que ces organisations soient dans l'obligation de recourir à une procédure d'appel d'offres pour leurs achats. Ce texte est actuellement au stade des auditions de l'ensemble des partenaires sociaux.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Autant certifier les comptes ne parait pas absurde, autant IMPOSER encore une fois un mode de gestion ajoute une nouvelle couche jurdico-administrative totalement inutile… et qui va pénaliser bien des choses…
    Il y a en marre de cet État tout puissant qui prétend régir tout jusqu’au moindre détail…
    Le diable est dans les détails !

  2. Si déjà les comités d’entreprise n’existaient pas cela serait bien mieux.
    Actuellement les gens qui s’en occupent ont droit à des heures et sont toujours absents, le travail repose sur les autres.
    Par ailleurs les avantages ne sont pas forcément mirobolants. Ex billets de cinéma qui ne sont pas moins chers dans certains cas que ceux pris par abonnement dans des cinémas.
    Bref c’est mal vécu, cela coûte très cher et rapporte peu aux bénéficiaires. Là aussi on est arrivé au bout du système. je parle tout au moins dans les moyennes entreprises du privé.
    Je ne parle pas de ce qui se passe dans les grosses entreprises souvent d’ailleurs publiques ou semi-publiques, où là il y a des privilèges non justifiés et profondément injustes par rapport aux travailleurs du privé qui participent aux financements d’un manière indirecte par les impôts.

  3. dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (celle de 1789 ) tout citoyen à le droit de demander des compte à son administration sur l’utilisation de l’argent public. Mais 1789 c’est bien loin….et la transparence aussi…A quand une nouvelle nuit du 4 aout ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.