Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

74 évêques expriment leur inquiétude face au synode allemand

74 évêques expriment leur inquiétude face au synode allemand

Soixante-quatorze évêques catholiques de quatre continents ont signé une “lettre ouverte fraternelle” à leurs homologues épiscopaux en Allemagne, exprimant leur inquiétude face à la “voie synodale” controversée de l’Église allemande.

Déjà, le 22 février, Mgr Stanisław Gądecki, président de la Conférence épiscopale polonaise, a écrit une lettre aux évêques allemands exprimant sa « profonde inquiétude et son anxiété » face au processus, tandis que les évêques nordiques ont mis en garde contre la « capitulation devant le Zeitgeist » en une lettre du 9 mars.

La lettre d’aujourd’hui regroupe des évêques d’Afrique, d’Australie, d’Europe et d’Amérique du Nord, 10 pays au total, ont ajouté leur nom à la lettre. La liste comprend quatre cardinaux – le cardinal nigérian Francis Arinze, le cardinal américain Raymond Burke, le cardinal sud-africain Wilfrid Napier et le cardinal australien George Pell – 15 archevêques et 55 évêques.

Le caractère international des signataires de la lettre reflète le problème international que ces évêques pensent que la « voie synodale » allemande présente. La lettre déclare qu’

“à une époque de communications mondiales rapides, les événements dans une nation ont inévitablement un impact sur la vie ecclésiale ailleurs”.

“Ainsi, le processus du ‘Chemin synodal’, tel qu’il est actuellement poursuivi par les catholiques en Allemagne, a des implications pour l’Église dans le monde entier”, y compris “les Églises locales dont nous sommes les pasteurs et les nombreux fidèles catholiques pour lesquels nous sommes responsable.”

Le cardinal Napier a exprimé une inquiétude particulière quant à la déviation de la voie synodale par rapport à l’enseignement relatif à la sexualité et a déclaré que ce qui se passe en Allemagne a “absolument” un impact sur la vie dans son pays.

L’évêque Thomas Paprocki de Springfield, Illinois, l’un des organisateurs de la rédaction et de la promotion de la lettre, a déclaré qu’il avait signé cette “lettre fraternelle de préoccupation” parce qu’il se sentait responsable d’être clair pour les habitants de son diocèse que “ce qui est sortir de ce chemin synodal allemand n’est pas correct.

“Les gens sont conscients que l’Église catholique en Allemagne tolère les pratiques et encourage les enseignements contraires à la foi catholique”. “Eh bien, alors, d’autres personnes dans d’autres pays vont dire:” S’ils peuvent le faire là-bas, pourquoi ne pouvons-nous pas le faire? “”

Mgr Paprocki a déclaré que la lettre est un exemple du type de correction fraternelle décrite par le Christ dans Matthieu 18, son sens de la collégialité étant renforcé par le fait qu’elle vient d’au-delà d’une conférence épiscopale ou d’un seul pays. Il a également décrit la lettre comme une aide au pape François, qui avait précédemment écrit aux catholiques allemands concernant le chemin synodal, les exhortant à éviter les tentations de compromettre l’Évangile dans leurs efforts de réforme.

La lettre des évêques exprime plusieurs préoccupations concernant la « voie synodale » allemande : saper la crédibilité de l’enseignement et de l’autorité de l’Église ; s’inspirant principalement de l’analyse sociologique et de l’idéologie politique ; remplacer une notion chrétienne de liberté par « autonomie » ; un ton trop bureaucratique et anti-évangélique ; et une focalisation sur le pouvoir qui “suggère un esprit fondamentalement en contradiction avec la vraie nature de la vie chrétienne”.

Partager cet article

2 commentaires

  1. La référence à la “correction fraternelle” de Mt 18 est intéressante par ce qu’elle suggère: on en est au stade de l’avertissement public. La suite du texte est claire: les évêques allemands qui resteraient sourds aux avis de leurs pairs seront exclus de l’Eglise.

Publier une réponse