Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

700 ans de victoires françaises contre l’Angleterre (1)

700 ans de victoires françaises contre l’Angleterre (1)

 

Entretien avec Daniel de Montplaisir, historien et auteur de “Quand le Lys terrassait la Rose”:

1) L’Angleterre et la France semblent être alliées depuis toujours dans notre imaginaire collectif. Pourquoi raviver le souvenir des vieilles querelles ?

Il s’agit seulement de faire œuvre d’historien. L’Angleterre et la France sont des alliées (presque) fidèles depuis plus de deux cents ans. Le passé est bien mort, il n’y a donc pas de risque à le rappeler. En revanche, il était nécessaire de démentir l’idée reçue, et solidement établie, d’une Angleterre toujours victorieuse alors qu’au cours de sept siècles et demi d’affrontements militaires entre les deux puissances, la France a remporté la majorité des batailles.

2) Vous relatez une trentaine de guerres dans lesquelles Angleterre et France se trouvèrent face à face. Mais beaucoup d’entre elles sont davantage des querelles féodales (où deux seigneurs qui se trouvaient être les rois de nos deux nations en gestation se disputaient des fiefs) que des guerres nationales. Quand bascule-t-on vers une guerre réellement nationale ?

 Vous avez raison. Le concept de nation fut long à émerger et ne s’imposa que très progressivement. Sans trop simplifier les choses on peut dire que l’on passe des guerres dynastiques aux guerres nationales avec la fin de la guerre de cent ans. On observe alors l’émergence de la notion de patriotisme et l’attachement au royaume plus encore qu’à la personne du roi. C’est vrai sur le plan politique mais aussi militaire : première bataille gagnée par l’artillerie et donc par l’industrie, bourgeoise, citadine et financière, Castillon (17 juillet 1453) signale la fin de l’ère féodale.

3) Quel est le bilan militaire et politique de cette trentaine de conflits répartis sur plus de sept siècles?

En caricaturant à peine, on peut affirmer que, comparés aux Anglais, les Français font de meilleurs soldats, des marins tout à fait honorables, mais de piètres diplomates. Il est frappant de constater que l’Angleterre a presque toujours fait preuve de continuité, voire d’obstination, dans la poursuite de ses objectifs tandis que la politique française variait au gré des changements de monarques, de gouvernements, des intrigues de cour, des lubies des philosophes. Au pragmatisme, voire de la rouerie, de la première, répond, sous couvert d’honneur et de panache, la naïveté de la seconde.

 

  Livre à commander ici.

Partager cet article

8 commentaires

  1. C’est tellement vrai !

    La conclusion reste valable aujourd’hui mais dans un tout autre contexte :

    Au pragmatisme, voire de la rouerie, de la première (l’idéologie qu’est l’Islam), répond, sous couvert d’honneur et de panache (d’apparence), la naïveté de la seconde (la république laïco-bien-pensante à la française).

  2. Les historiens datent la naissance du patriotisme, de la conscience nationale, plutôt de Philippe Auguste, qui a favorisé l’émergence d’une ‘classe moyenne’ (les communes, la bourgeoisie qui faisait contrepoids aux appétits des barons locaux) et la bataille de Bouvines où l’apport des soldats issus du ‘peuple’ fut décisif – et ils le savaient. On date de ce moment la cristallisation de ce lien si particulier entre le petit peuple et le roi de France, perçu comme un rempart contre les abus. Cette relation ne se retrouve pas en Angleterre où le roi n’est que le chef de la ‘maison’ la plus puissante (ex=la ‘guerre des roses’ à la fin du XIVème qui a valu un répit dans la guerre de cent ans).

  3. Je ne suis absolument pas un historien. Mais il n’empêche que les Anglais, à ma connaissance, ne nous ont toujours pas demandé pardon pour nous avoir brûlé Jeanne d’Arc. Alors, amis fidèles les Anglais ? ! ……….

  4. N’oublions pas la dernière victoire (et non la moindre) de la France sur la perfide Albion au tournoi des six nations !

    • Oui, au rugby ,c est contre l Angleterre, qu on est les plus motivé . Demandons à Harinordoquy ce qu il en pense; des qu il les jouait, il était hyper motivé.

  5. Après la forfaiture de Mers-el-kebir, Churchill craignait (du moins c’est ce qu’il dit dans ses mémoires !) la réprobation de l’opinion publique du Royaume Unis… Il fut surpris par les ovations qui l’accueillirent !
    Belle unanimité dans la justification de l’injustifiable !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services