Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

6 ans de prison au lieu de 9 = régime de défaveur

ELa jeune femme Yalda Arbabzadeh (surnommée Emma par la presse) condamnée pour avoir «appâté» Ilan Halimi, ce juif de 23 ans tué en 2006 par Youssouf Fofana après trois semaines de tortures par le «gang des barbares», est sortie de prison où elle a passé un peu moins de six années. Mineure au moment des faits, aujourd'hui âgée de 23 ans, elle avait été condamnée à 9 ans dans de réclusion. Son avocat justifie sa libération :

«Elle a été libérée en conditionnelle. Mais on ne peut pas dire qu'elle ait bénéficié d'un régime de faveur. Elle a au contraire eu un régime de défaveur. Jusqu'au bout, le parquet a tout fait pour empêcher sa libération».

Dons sans traitement de faveur, elle sort en conditionnelle, 3 ans avant la fin de sa peine. Les détenus qui bénéficient d'un traitement de faveur sortent au bout de combien de temps alors ?

Youssouf Fofanaa été condamné à la perpétuité. Reste à savoir jusqu'à quand.

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

9 commentaires

  1. on peut être libéré dès qu’on a fait la moitié de sa peine.
    Lorsque toutes les garanties sont données, la libération est généralement accordée.
    Or, cette personne a fait bien plus que la moitié de sa peine. Il est donc justifié de dire qu’elle a eu un “régime de défaveur”.

  2. Je ne sais quelles garanties elle a pu donner, mais je suis certain que SI les conditions se présentaient, elle agirait de même dans un nouveau contexte.
    On ne change pas sa nature avec quelques années de prison, à moins de conversion, ce qui n’est pas le cas.

  3. Et cette affaire-ci ?
    Nice : Amadéo Titeux, 41 ans et Stéphane Tixier, 49 ans, qui avait participé comme conducteurs de moto à l’assassinat d’un concurrent mafieux, ont été abattus par un homme venu à scooter, de balles tirées à bout portant à l’arme longue selon Nice-Matin : en février 2007, les deux hommes avaient été condamnés par la cour d’assises des Alpes-Maritimes : douze années de réclusion. En 2012, ils étaient déjà dehors : cinq ans de prison réelle pour une condamnation à 12 ans de prison, en plus pour des criminels de la mafia et des tueurs professionnels. Le commanditaire avait pris 15 ans…
    Où est l’exemplarité des peines ? Le système judiciaire actuel donne un sentiment d’impunité et encourage la criminalité.
    http://www.francesoir.fr/people-tv/sexeinsolite/fusillade-de-nice-les-deux-victimes-avaient-participe-a-un-assassinat-182624.html

  4. Au moins dans le cas d’Ilan Halimi tous les coupables du plus petit au plus grand sont ils globalement lourdement condamnés.
    Rien à voir avec Julin Quémeneur, assassiné victime d’une balle qui a traversé le premier visé, aucun procès, non-lieu pour l’assassin, presse et justice complices pour salir injustement la mémoire d’un mort. Seulement voilà, ici il y avait un mythe antisémite à couvrir.
    Il y a des exemples d’injustice nettement plus graves que celui de “Yalda”.

  5. Pour Ilan, c’est perpet.
    Pour les victimes et leurs familles, c’est perpet.
    Pas de remise de peine, là.
    La justice française a plus de compassion pour les criminels que pour les victimes.
    Pourquoi donner X années de prison (conformément aux textes en vigueur et à l’appréciation des magistrats) si c’est que pour, systématiquement, il y ait des remises de peines, voire diviser les peines par 2 ?
    Pour redonner un “espoir” au condamné ?
    Mais quel espoir pour les victimes ? Pour elles, ce ne sera que désespoir !
    Certes, on doit pardonner. C’est ce que l’on nous a enseigné. Mais comment pardonner l’impardonnable si la société a toujours plus de compassion pour le criminel que pour la victime ?
    Vous verrez que Fofana sera libéré d’ici quelques années et même pas reconduit dans son pays d’origine, bien qu’il ait tenté de se prévaloir de sa nationalité ivoirienne pour échapper à l’extradition.

  6. Cette jeune femme avait réussi à mettre le directeur de la prison dans son lit!…
    Avec son pedigrée,on va avoir de ses nouvelles prochainement,c’est sûr!…

  7. Excellent resumé de la justice française; une revolution etait-elle necessaire pour en arriver là ?

  8. Elle a eu un traitement de faveur certainement parceque la “barbarie” est la preuve d’une civilisation qui vaut plus que notre civilastion Judeo-Chretienne. Bien que..!!!! si toutes les civilisation se valent, pourquoi la civilisation Judeo-Chretienne est elle toujours traitée plus bas que la Barbarie.Mais, parce que le Prince de ce monde en a décidé ainsi, tant que Dieu lui en laisse la liberté. Mais ne vous inquietez de rien car le paroxisme du mal est aussi le signe de son extinction prochaine.

  9. Article 729 du Code de procédure pénale : “Sous réserve des dispositions de l’article 132-23 du Code pénal , la libération conditionnelle peut être accordée lorsque la durée de la peine accomplie par le condamné est au moins égale à la durée de la peine lui restant à subir”. (L’article 132-23 c’est celui qui traite des périodes de sureté.)
    Ceux que ça intéresse verront sur Legifrance les critères affolants de mansuétude qui permettent de bénéficier d’une telle libération conditionnelle.
    Voilà en tout cas la réponse à votre question.
    La seule solution si vous n’êtes pas d’accord ? Agir en politique en dénonçant les VRAIS responsables, c’est à dire vos gouvernants et députés qui font assaut de fermeté verbale mais n’aspirent qu’à vider les prisons. Le reste c’est du bavardage.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services