Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

542 millions d’euros : pour quoi faire ?

R Trouvé dans Minute :

"[S]ur les 542 millions qu’en 2009 devraient rapporter les radars, 40% seront consacrés au fonctionnement du réseau, c’est-à-dire à la répression. Quant aux autres 60%, ils seront redistribués aux collectivités territoriales, aux départements et à l’AFITF (Agen ce de financement des infrastructures de transport de France), sans que l’on sache l’usage qui en est réellement fait. Le problème, c’est qu’il n’existe à l’heure actuelle aucun bilan comptable qui atteste que cet argent est bien employé pour améliorer la sécurité routière, c’est-à-dire la prévention. A quand un rapport de la Cour des comptes?"

Et l'hebdomadaire précise :

"Le but du gouvernement, c’est que sur un axe principal, un conducteur soit contrôlé au moins une fois par heure… […] Or si on consulte les statistiques, on constate que deux tiers des accidents mortels se produisent sur des axes secondaires ou des routes de campagne, là où il n’est pas imaginable et rentable d’installer des radars. Ces accidents surviennent souvent au petit matin, au retour de virées en boîte de nuit, causés par des conducteurs sous l’empire de l’alcool ou du cannabis. Il serait donc plus urgent de lutter contre ces fléaux plutôt que de matraquer des automobilistes qui n’ont pas les moyens de s’acheter une voiture équipée d’un limitateur de vitesse."

MJ

Partager cet article

4 commentaires

  1. “Quant aux autres 60%, ils seront redistribués aux collectivités territoriales, aux départements et à l’AFITF (Agence de financement des infrastructures de transport de France), sans que l’on sache l’usage qui en est réellement fait.”
    En ce qui concerne la part reversée aux départements, elle est répartie entre chaque canton, et ce sont les Conseillers Généraux qui l’attribuent aux communes qui en font la demande, pour des opérations concernant la sécurité routière, les transports en commun, les aménagements routiers… Comme il s’agit de crédits d’Etat, ce sont les prefets qui valident ces subventions.
    Donc cela ne justifie pas forcément les radars automatiques, mais au moins les crédits alloués aux Départements servent apparemment à garantir la sécurité routière. Et comme ce sont les communes qui mènent ces travaux, on peut espérer que cet argent serve à résoudre des problèmes même sur les routes secondaires…

  2. Mouais.
    Taux d’utilisation concrète ?
    La Cour des Comptes fera une remarque, et on l’ignorera.

  3. “les radars, les services de polices ET de gendarmerie sont des entreprises ou il est de mise d être rentable et de faire du chiffre!”
    Si vous ne rapporter pas votre “quotas” d amendes diverses et variés on vous le fait savoir!
    Ce n est plus un secret, d autant qu un gendarme a porté plainte dernièrement contre son patron pour harcèlement.(parce que ce dernier ne respectait pas les quotas demandé!

  4. De toute manière, il y a un problème majeur à affecter des fonds publics d’une provenance identifiée à une dépense désignée : tous les fonds atterrissent dans les mêmes comptes et sont donc indifférentiables !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services