Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

52% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort

C'est l'information donnée par La Monde. Floris de Bonneville commente ce sondage sur Boulevard Voltaire :

"Il y apparaît que la peine de mort est souhaitée par 52 % d’entre nous ! Soit 15 points de plus que l’an dernier. Et cela, toutes sensibilités politiques et religieuses confondues. 

Mais quelles pourraient être les causes de ce basculement tout à fait inédit depuis des dizaines d’années, pour ne pas dire spectaculaire ? (…)

Seule Marine Le Pen (encore elle) détonne sur la question de l’application de la peine capitale. Elle promet d’organiser un référendum proposant aux Français de choisir entre la peine de mort et la perpétuité réelle. Une peine de prison à vie, comme aux États-Unis où nombre de condamnés ont accumulé des centaines d’années de prison. L’assassin ne sortira de sa cellule que les pieds devant.

On se demande d’ailleurs bien pourquoi la justice française a cette hypocrisie suprême de condamner un assassin à perpétuité pour le laisser sortir 22 ans après. Mais quel que puisse être le résultat d’un tel référendum, tant que la France est dépendante des instances européennes qui, il faut bien le dire, n’ont qu’une lointaine notion de la démocratie, elle ne pourra jamais être appliquée puisque la peine de mort est contraire au protocole du Conseil de l’Europe et à la charte des Nations unies sur les droits de l’homme.

Souhaitons, tout de même, que pour les actes terroristes et les assassins violeurs d’enfants, la France puisse, un jour et très vite, appliquer cette perpétuité réelle (…)"

4630330_6_7406_peine-de-mort_4bd3eba666a7bc19e1ebf9c45954cef5

Mais que chacun se rassure, l'ancien président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, est encore là pour rappeler à quel point l'Union Européenne est démocratique :

"Le rétablissement de la peine de mort est tout simplement impossible pour un membre de l'UE. Le débat a été clos il y a longtemps. C'est une affaire réglée pour tous les membres"

Ce qui a été rapidement confirmé par le président en titre, Jean-Claude Juncker :

"L'abolition de la peine de mort est une condition et un préalable pour rejoindre l'UE et pour y demeurer"

Partager cet article

17 commentaires

  1. Je pense que même le pire des assassin a droit au minimum au respect de sa vie, et dans certains cas (seulement) droit à une deuxième chance de réinsertion (pas trois).
    Mais si le rétablissement de la peine de mort nous permet de sortir d’une union européenne totalitaire et mercantiliste, alors, rétablissons vite le peine de mort.
    Marre de cette Europe qui bafoue allègrement le droit des peuples et des gens.

  2. Mais la peine de mort est toujours en service !!! Hélas, les condamnés sont des enfants à naître dont le seul “crime” est d’avoir été conçus sans avoir été désirés. Il se met également en place à pas plus ou moins feutrés, se cachant sous une compassion tronquée, pour les personnes de la société considérées comme inutiles car privées d’autonomie… Leurs droits à la vie, à eux, ils sont aux oubliettes !!!

  3. “52% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort”
    PAS MOI !
    “Tu ne tueras pas”.
    Combien d’innocents sont morts “légalement” à cause de ladite “peine de mort” appliquée politiquement et qui n’a jamais rien réglé ? Révolution française, URSS, USA, Chine, Arabie Saoudite, …
    Il y a d’autres moyens : expulsion, retrait de nationalité en cas de nationalités multiples, exécution réelle des peines, …
    Faisons appliquer la loi, virons ces laxistes qui nous gouvernent, contrôlons nos frontières, retrouvons notre souveraineté, notre liberté et tout ira mieux !
    Il faut mettre fin au schéma mental dans lequel la victime est coupable, mettre fin au laxisme indécent à l’aide d’un laxatif puissant, mettre fin au “mur des cons” qui est toujours debout.

  4. “la peine de mort est contraire au protocole du Conseil de l’Europe et à la charte des Nations unies sur les droits de l’homme.”
    Tout dépend de la manière dont on définit qui a droit à l’appellation “homme”: un être humain non-encore né n’a pas ce privilège.
    Gageons que, si ça les arrange, nos juristes doivent pouvoir trouver un moyen de contourner cette apparente difficulté.

  5. les français étaient 75 % a refuser la suppression de la peine de mort lorsque badinter et mitterand l ont supprimée sans faire de referendum
    un socialaud est un socialaud

  6. La peine de mort existe bel et bien : pour toutes les victimes innocentes des assassins, et la justice-si on peut encore l’appeler ainsi- n’y trouve rien à redire.

  7. Quelques citations du Pape François :
    – Le chrétien a « le devoir de lutter contre la peine de mort, dans toutes ses formes », et pour « que les conditions carcérales soient meilleures, dans le respect de la dignité humaine des personnes privées de liberté »
    – « La peine de mort ne rend pas justice aux victimes, elle ne fait qu’encourager la vengeance »
    Ce qui ne justifie évidement pas le laxisme qui n’est au service ni des victimes qui attendent justice, ni de la société qui doit être protégée, ni des criminels qui doivent véritablement se convertir…

  8. L’appel du sang enivre toujours les foules: je ne vois aucun motif de réjouissance à ce sondage.
    Comme certains l’ont évoqué, il serait bon de rappeler la peine de mort qui fait, dans notre pays, 210 000 victimes par an, coupables de ne pas être le fruit d’un “projet parental”.
    Pour le reste, l’application stricte du droit et de la justice pénale est amplement suffisante, pour peu qu’elle soit strictement appliquée.
    Il est également temps que nos prisons cessent d’être des “poubelles à humanité”, où les ténus sont jetés dans un bac à ordures et libérés, souvent en avance, dans un état de décomposition morale et mentale avancé.
    Les peines doivent être justes, sévères et réparatrice pour la société comme pour l’individu, et, le cas échéant, à perpétuité!

  9. “L’abolition de la peine de mort est une condition et un préalable pour rejoindre l’UE et pour y demeurer”
    Ça, j’aimerais bien le voir ! Il y a fort à parier que si un État venait à instaurer la peine de mort, il subirait un embargo comme l’a connu l’Autriche, mais ne serait pas expulsé, car ça ouvrirait la porte à d’autres départs, les peuples constatant alors qu’il est possible de retrouver sa souveraineté sans que le monde s’effondre. J’imagine bien l’UE, qui fait tout pour garder en son sein une Grèce très coûteuse, expulser la France… A d’autres !
    En tout cas, le matraquage débilitant sur la peine de mort au sujet de Serge Atlaoui n’aura pas suffi. Peut-être que ça rebute des Français confrontés à la probable future mise à mort de l’un des leurs, et que donc le pourcentage de partisans de la peine capitale aurait été encore plus élevé, mais si ça freine la progression du oui à ladite sanction, ça ne l’arrête pas.

  10. A mort l’UE !

  11. “L’abolition de la peine de mort est une condition et un préalable pour rejoindre l’UE et pour y demeurer.”
    C’est évidemment faux. Imaginons qu’un pays membre rétablisse la peine de mort, il ne sera évidemment pas exclu pour si peu. D’ailleurs, pouvez-vous me rappeler comment on peut exclure un pays de l’Union européenne, puisque l’appartenance à l’UE est, d’après ce qu’on nous serine, “irréversible” ?
    Il faudrait savoir… C’est quand ça les arrange !
    D’autre part, s’il est exact que la charte des Nations unies interdit la peine de mort, il me semble que les Etats-Unis font partie de l’ONU… Et que l’ONU n’a toujours pas lancé ses missiles balistiques nucléaires sur Washington… Donc…

  12. La peine de mort fut l’occasion du Salut pour le bon larron …

  13. La peine de mort interdit la récidive.
    Elle est donc utile.
    Il faut arrêter d’avoir des comportements de chochottes.
    La religion catholique n’interdit pas la peine de mort quand elle est juste, cf St Augustin et St Thomas.
    Si elle est injuste, c’est un crime, si elle est juste, ce n’est que justice.
    Les 200 000 enfants innocents au sein de leur mère proprement massacrés tous les ans en France subissent une peine injuste donc criminelle.
    La France républicaine est un état criminel au juste sens du mot.
    Gilbert Fournier, la peine de mort limitera la quantité des détenus en prison et n’y seront que ceux qui le méritent.

  14. @ refer
    http://www.vatican.va/archive/compendium_ccc/documents/archive_2005_compendium-ccc_fr.html
    « La peine infligée doit être proportionnée à la gravité du délit. Aujourd’hui, étant donné les possibilités dont l’État dispose pour réprimer le crime en rendant inoffensif le coupable, les cas d’absolue nécessité de la peine de mort « sont désormais très rares, sinon même pratiquement inexistants » (Evangelium vitæ). Quand les moyens non sanglants sont suffisants, l’autorité se limitera à ces moyens, parce qu’ils correspondent mieux aux conditions concrètes du bien commun, ils sont plus conformes à la dignité de la personne et n’enlèvent pas définitivement, pour le coupable, la possibilité de se racheter.»
    [Débat sans fin. Pour être complet, il faut citer le catéchisme également CEC 2267 :
    2267 L’enseignement traditionnel de l’Eglise n’exclut pas, quand l’identité et la responsabilité du coupable sont pleinement vérifiées, le recours à la peine de mort, si celle-ci est l’unique moyen praticable pour protéger efficacement de l’injuste agresseur la vie d’êtres humains.
    http://www.vatican.va/archive/FRA0013/_P7U.HTM
    PC]

  15. @ PC
    Je suis d’accord avec vous.
    Je crois qu’aujourd’hui, cette condamnation devrait faire partie de l’arsenal judiciaire mais comme le nucléaire, elle ne devrait sortir que pour un cas exceptionnel, qui n’est pas encore traitée aujourd’hui.
    Évidemment, tout ceci dans l’idée que la justice fonctionne et que les peines, notamment la perpétuité, soit vraiment effectuée…

  16. “Tu ne tueras pas” : Exode 20, 13.
    A ne pas séparer de la suite du texte : Exode 21 :
    12 Celui qui frappe un homme à mort doit être mis à mort.
    14 Si un homme agit méchamment contre son prochain pour le tuer par ruse, tu l’arracheras même de mon autel pour le faire mourir.
    15 Celui qui frappe son père ou sa mère doit être mis à mort.
    16 Celui qui dérobe un homme, soit qu’il le vende, soit qu’on le retrouve entre ses mains, doit être mis à mort.
    17 Celui qui maudira son père ou sa mère sera puni de mort.
    Exode 22 :
    17 Tu ne laisseras pas vivre la magicienne.
    18 Quiconque a commerce avec une bête sera mis à mort.
    Tu ne tueras pas (l’innocent) ne s’applique pas à l’assassin. Traditionnellement, on considère que celui-ci, par son crime, s’est rendu indigne de sa nature humaine et s’est dépossédé de son droit à la vie.
    Il arrive que la peine de mort conduise à Dieu, comme pour Gilles de Rais ou Jacques Fesch. Mais de façon plus terre à terre, son application, mesurée, évite à coup sûr la récidive : bien des vies innocentes, et bien des souffrances pour leurs familles, auraient été épargnées si les Bodein, Fourniret, Evrard, Dutroux et autres assassins récidivistes n’avaient pas, eux, été épargnés.

  17. “aux États-Unis où nombre de condamnés ont accumulé des centaines d’années de prison” : l’inculte : même là-bas il y a des remises de peines très importantes

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]