Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Eric Zemmour : “ll n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver”

Eric Zemmour : “ll n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver”

La vidéo est censurée par You Tube mais elle est visible ici et le texte de la déclaration de candidature est désormais en ligne :

Mes chers compatriotes,

Depuis des années, un même sentiment vous étreint, vous oppresse, vous hante : un sentiment étrange et pénétrant de dépossession. Vous marchez dans les rues de vos villes et vous ne les reconnaissez pas. Vous regardez vos écrans et on vous parle une langue étrange et pour tout dire étrangère. Vous jetez un œil et une oreille aux affiches publicitaires, aux séries télévisées, aux matchs de football, aux films de  cinéma, aux spectacles, aux chansons, et aux livres scolaires de vos enfants ; vous prenez des métros, des trains, vous vous rendez dans des gares, dans des aéroports, vous attendez votre fille ou votre fils à la sortie de l’école, vous accompagnez votre mère aux urgences de l’hôpital, vous faites la queue à la poste ou à l’agence pour l’emploi, vous patientez dans un commissariat ou dans un tribunal, et vous avez l’impression de ne plus être dans le pays que vous connaissez.

Vous vous souvenez du pays que vous avez connu dans votre enfance ; vous vous souvenez du pays que vos parents vous ont décrit ; vous vous souvenez du pays que vous retrouvez dans les films ou dans les livres ; le pays de Jeanne d’Arc et de Louis XIV, le pays de Bonaparte et du général de Gaulle ; le pays des chevaliers et des gentes dames ; le pays de Victor Hugo et de Chateaubriand ; le pays de Pascal et de Descartes ; le pays des fables de la Fontaine, des personnages de Molière et des vers de Racine ; le pays de Notre-Dame de Paris et des clochers dans les villages ; le pays de Gavroche et de Cosette ; le pays des barricades et de Versailles ; le pays de Pasteur et de Lavoisier ; le pays de Voltaire et de Rousseau  ; de Clémenceau et des poilus de 14 ; de de Gaulle et de Jean Moulin ; le pays de Gabin et de Delon, de Brigitte Bardot et de Belmondo ; de Johnny et d’Aznavour, de Brassens et de Barbara ; des films de Sautet et de Verneuil ; Ce pays à la fois léger et brillant, ce pays à la fois littéraire et scientifique, ce pays tellement intelligent et fantasque ; le pays du Concorde et des centrales nucléaires, qui invente le cinéma et l’automobile ; ce pays que vous cherchez partout avec désespoir, dont vos enfants ont la nostalgie sans même l’avoir connu, ce pays que vous chérissez…et qui est en train de disparaître.

Vous n’avez pas déménagé et pourtant vous avez la sensation de ne plus être chez vous. Vous n’avez pas quitté votre pays mais c’est comme si votre pays vous avait quitté. Vous vous sentez étrangers dans votre propre pays. Vous êtes des exilés de l’intérieur.

Longtemps vous avez cru être le seul à voir, à entendre, à penser, à craindre. Vous avez eu peur de le dire, vous avez eu honte de vos impressions. Longtemps, vous n’avez pas osé dire ce que vous voyiez, et surtout vous n’avez pas osé voir ce que vous voyiez.

Et puis, vous l’avez dit à votre femme, à votre mari, à vos enfants, à votre père, à votre mère, à vos amis, à vos collègues, à vos voisins. Et puis, vous l’avez dit à des inconnus, et vous avez compris que votre sentiment de dépossession était partagé par tous.

La France n’était plus la France et tout le monde s’en était aperçu.

Bien sûr, on vous a méprisé. Les puissants, les élites, les bien-pensants, les journalistes, les politiciens, les universitaires, les sociologues, les syndicalistes, les autorités religieuses, vous disaient que tout cela était un leurre, que tout cela était faux, que tout cela était mal. Mais vous avez compris avec le temps que c’étaient eux qui étaient un leurre, que c’étaient eux qui avaient tout faux – que c’étaient eux qui vous faisaient du mal.

La disparition de notre civilisation n’est pas la seule question qui nous harcèle. L’immigration n’est pas cause de tous nos problèmes, même si elle les aggrave tous.

Bien sûr, vous avez souvent du mal à finir vos fins de mois. Bien sûr, nous devons réindustrialiser la France. Bien sûr, nous devons rééquilibrer notre balance commerciale, réduire notre dette qui grossit, ramener en France nos entreprises qui ont déménagé, redonner du travail à nos chômeurs. Bien sûr nous devons protéger nos trésors technologiques et cesser de les brader aux étrangers. Bien sûr, nous devons permettre à nos petites entreprises de vivre et de grandir, et d’être transmises de génération en génération. Bien sûr, nous devons préserver notre patrimoine architectural, culturel, et naturel.

Bien sûr, nous devons restaurer notre école républicaine, son excellence et son culte du mérite, et cesser de livrer nos enfants aux expériences égalitaristes des pédagogistes et des Docteur Folamour des théories du genre et de l’islamo-gauchisme.

Bien sûr, nous devons reconquérir notre souveraineté, abandonnée aux technocrates et aux juges européens qui ont dépouillé le peuple français de sa capacité à décider de son sort, au nom des chimères d’une Europe qui ne sera jamais une nation.

Oui, nous devons rendre le pouvoir au peuple ! Le reprendre aux minorités qui ne cessent de tyranniser la majorité, et aux juges qui  substituent leur férule juridique au  gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple.

Depuis des décennies, nos gouvernants, de droite comme de gauche, nous ont conduit sur ce chemin funeste du déclin et de la décadence. Droite ou gauche, ils vous ont menti, vous ont dissimulé la gravité de notre déclassement, ils vous ont caché la réalité de notre remplacement.

Vous me connaissez depuis des années. Vous savez ce que je dis, ce que je diagnostique, ce que j’annonce. Je me suis longtemps contenté du rôle de journaliste, d’écrivain, de cassandre, de lanceur d’alerte. Je croyais alors qu’un politicien allait s’emparer du flambeau que je lui transmettais. Je me disais à chacun son métier, à chacun son rôle, à chacun son combat

Je suis revenu de cette illusion.

Comme vous, je n’ai plus confiance.

Comme vous, j’ai décidé de prendre notre destin en main.

J’ai compris qu’aucun politicien n’aurait le courage de sauver le pays du destin tragique qui l’attendait. J’ai compris que tous ces prétendus compétents étaient surtout des impuissants. Que le Président Macron, qui s’était présenté comme un homme neuf, était en vérité la synthèse de ses deux prédécesseurs en pire. Que dans tous les partis, ils se contentaient de réformettes alors que le temps presse.

Il n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver.

J’ai donc décidé de me présenter à l’élection présidentielle.

J’ai donc décidé de solliciter vos suffrages pour devenir votre président de la République. Pour que nos enfants et nos petits-enfants ne connaissent pas la barbarie. Pour que nos filles ne soient pas voilées et que nos fils ne soient pas soumis. Pour que nous puissions leur transmettre la France telle que nous l’avons reçue de nos ancêtres.

Pour que nous puissions encore préserver nos modes de vie, nos traditions, notre langue, nos conversations, nos controverses sur l’Histoire ou la mode, notre goût pour la littérature et la gastronomie.

Pour que les Français restent des Français fiers de leur passé et confiants dans leur avenir. Pour que les Français se sentent de nouveau chez eux et pour que les derniers arrivés s’assimilent à leur culture, s’approprient leur Histoire.

Pour que nous refassions des Français en France et pas des étrangers sur une terre inconnue.

Nous les Français, nous sommes une grande nation, un grand peuple. Notre passé glorieux plaide pour notre avenir. Nos soldats ont conquis l’Europe et le monde. Nos grands écrivains et nos artistes ont suscité l’admiration universelle. Les découvertes de nos scientifiques et les fabrications de nos industriels ont marqué leur époque. Le charme de notre art de vivre fait l’envie et le bonheur de tous ceux qui y goûtent. Nous avons connu d’immenses victoires et nous avons surmonté de cruelles défaites. Depuis mille ans, nous sommes une des puissances qui ont écrit l’histoire du monde. Nous serons dignes de nos ancêtres. Nous ne nous laisserons pas dominer, vassaliser, conquérir, coloniser. Nous ne nous laisserons pas remplacer.

Face à nous, se dressera un monstre froid et déterminé qui cherchera à nous salir. Ils vous diront que vous êtes racistes, ils vous diront que vous êtes animés par des passions tristes, alors que c’est la plus belle des passions qui vous anime, la passion de la France ; ils vous diront le pire sur moi. Mais je tiendrai bon. Les quolibets et les crachats ne m’impressionneront pas. Je ne baisserai jamais la tête, car nous avons une mission à accomplir. Le peuple français était intimidé, tétanisé, endoctriné. Culpabilisé. Mais il relève la tête, il fait tomber les masques, il dissipe les miasmes mensongers, il chasse ses mauvais bergers.

Nous allons continuer la France. Nous allons poursuivre la belle et noble aventure française. Nous allons transmettre le flambeau aux prochaines générations.

Aidez-moi ! Rejoignez-moi ! Dressez-vous ! Nous les Français, nous avons toujours triomphé de tout.

Vive la République et surtout vive la France.

Eric Zemmour

 

Partager cet article

12 commentaires

  1. “et surtout vive la France”. Parce que “vive la République”, il faut vraiment être de gauche ou un pourri de la fausse droite pour oser… Car la “République”, ce sont les millions de morts des guerres idéologiques prétendûment menées au nom de la liberté, ce sont les millions de morts de la loi avorteuse, c’est le “mariage” contre nature et les lois dites (ni)bio-(ni)éthiques, ce sont les lois anti-catholiques dictées par la franc-maçonnerie, c’est la France livrée à ses pires ennemis… Beurk !

  2. « Face à nous, se dressera un monstre froid et déterminé qui cherchera à nous salir. » me semble être une expression qui se révèlera en dessous de la réalité. Je remplacerais ‘salir’ par ‘détruire’. Les aveugles et les daladiéristes peuvent vouloir faire taire Zemmour en l’assassinant. Souvenirs, souvenirs ! Jean Jaurès est très hostile à la guerre et veut éviter que la France ne sombre dans un conflit. Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès prépare un article ‘anti-guerre’ destiné à son journal L’Humanité. Il dîne au Café du Croissant. Raoul Villain, 29 ans, étudiant, partisan de la guerre, supprime celui qu’il considère comme un traître à la patrie. Dès le 1er août, le lendemain de l’assassinat, la France bascule peu à peu dans la guerre. La gauche se positionne de plus en plus en faveur de la guerre. Le 3 août, l’Allemagne déclare la guerre à la France. Le lendemain, l’Angleterre déclare la guerre à son tour. Le 4 août au matin ont lieu les obsèques de Jean Jaurès. Léon Jouhaux, secrétaire général de la CGT, lance un appel aux armes tout en criant sa haine de la guerre, de l’impérialisme et du militarisme. Les socialistes votent à l’unanimité les crédits militaires. Le 29 mars 1919, Raoul Villain est acquitté par 11 voix sur 12, quasiment comme service rendu à la France. Autres temps, autres patronymes mais pas autres mœurs.

  3. Vive Zemmour!

  4. Texte absolument magnifique qui rend fier d’être français et catholique. Jamais un homme politique m’avait fait vibrer comme ça, félicitation et Vive Eric Zemmour.

  5. Et voici le beau texte du Z en résumé commenté :
    Un sentiment étrange et pénétrant de dépossession vous étreint. Vous avez l’impression de ne plus être dans le pays que vous connaissez. Vos enfants ont la nostalgie sans même l’avoir connu, ce pays que vous chérissez…et qui est en train de disparaître. Vous avez la sensation de ne plus être chez vous. Vous vous sentez étrangers dans votre propre pays. Vous êtes des exilés de l’intérieur. Vous n’osé pas voir ce que vous voyiez. La France n’est plus la France et tout le monde s’en aperçoit. Les puissants, les élites, les bien-pensants, les journalistes, les politiciens, les universitaires, les sociologues, les syndicalistes, les autorités religieuses, vous disent que tout cela est un leurre, que tout cela est faux, que tout cela est mal. Mais vous avez compris avec le temps que c’est eux qui sont un leurre, que c’est eux qui ont tout faux – que c’est eux qui vous font du mal.
    Nous devons reconquérir notre souveraineté, abandonnée aux technocrates et aux juges européens qui ont dépouillé le peuple français de sa capacité à décider de son sort, au nom des chimères d’une Europe qui ne sera jamais une nation. Halte aux juges qui substituent leur férule juridique au gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple.
    Depuis des décennies, nos gouvernants, de droite comme de gauche, nous ont conduit sur ce chemin funeste du déclin et de la décadence. Ils vous ont caché la réalité de notre remplacement. Comme vous, je n’ai plus confiance. Il n’est plus temps de réformer la France, mais de la sauver de la dissolution.
    Nous ne nous laisserons pas dominer, vassaliser, conquérir, coloniser. Nous ne nous laisserons pas remplacer. Nous devons relever la tête, faire tomber les masques, dissiper les miasmes mensongers, chasser ces mauvais bergers qui ne servent pas la France. Nous allons continuer la France. Dressez-vous ! Nous les Français, nous avons en définitive toujours triomphé de tout. Vive la République et surtout vive la France.

  6. La France de mon enfance était une France CHRETIENNE. Processions dans les rue pour la Fête Dieu, Noël n’était pas la fête des enfants mais la Fête du Petit-Jésus, à l’école chrétienne on nous enseignait le catéchisme et on chantait “Dieu de Tendresse ! Sauvez, sauvez la France au Nom du Sacré-Coeur” quand on faisait la prière le matin et le soir .

    • “sauvez, sauvez la France etc…” sont les paroles qui ont été substituées aux paroles du texte initial quand il fut considéré par la hiérarchie catholique que la papauté ne revendiquait plus les Etats pontificaux.
      Le texte initial du cantique dont vous faites état fut écrit après les malheurs de la France en 1870 et le rattachement des Etats pontificaux au Royaume d’Italie la même année. On chantait (j’ai le texte) : “Sauvez Rome et la France au nom du Sacré Cœur”.
      Quand, dans des cérémonies traditionnelles, on chante ce cantique – cela arrive encore ! – je n’hésite pas à chanter les paroles initiales : c’est encore plus vrai depuis la parution du catastrophique nouveau Motu Proprio (Traditionis Custodes) de juillet 2021…

    • En complément : La France c’est aussi Clovis, Saint Remi, St Bernard de Clairvaux, Ste Geneviève, St Louis, St Vincent de Paul, etc …

    • à Ampurias tempio – Venez en Bretagne ! Vous pouvez suivre de multiples pardons, processions, sur terre et en mer, surtout l’été.
      A Cancale, au 15 août, c’est la fête des reposoirs.
      En ce moment, on prépare les crèches dans et hors certaines églises. A Saint Briac sur Mer, par exemple, la grande et belle crèche se situe sur la place du centre et elle attire beaucoup de monde, croyants ou pas.
      Ce sont les employés de la ville qui la réalisent.
      Bel et paisible Avent.

  7. Après avoir lu son admirable texte qui nous redonne l’espoir de retrouver notre belle France , il ne nous reste plus qu’à prier pour qu’ E. Z. soit élu ! Si par malheur l’actuel était réélu , alors ça en serait fini à jamais de notre beau pays……

  8. sauver la France ??
    oui : au nom du Sacré Cœur
    car la République perd la France , au nom des valeurs maçonniques et nihilistes.
    ce n’est pas le Talmud et la Licra qui sauveront la France du cimeterre de Mahomet .
    Dieu et le Roi !

  9. Vive la République et surtout vive la France.

    Eric Zemmour

    ****

    pour que vive la France , il faut abattre la République qui nous apporte le règne de l’ Antéchrist .

Publier une réponse