Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : International / Sciences

30 covideries

30 covideries

Une synthèse intéressante. Chaque affirmation est agrémentée d’explications et de sources à retrouver ici. Extraits :

1. Le taux de survie du « Covid » est supérieur à 99 %.

2. Il n’y a pas eu de surmortalité inhabituelle.

3. Le nombre de « décès dus au Covid » est artificiellement gonflé.

4. La grande majorité des décès de covid ont des comorbidités sérieuses.

5. L’âge moyen des décès dus au Covid est supérieur à l’espérance de vie moyenne.

6. La mortalité covid reflète exactement la courbe de mortalité naturelle.

7. Il y a eu une augmentation massive de l’utilisation de DNR « illégaux ». Les organismes de surveillance et les agences gouvernementales ont signalé une augmentation considérable de l’utilisation des ordonnances de non-réanimation (DNR) au cours des vingt derniers mois.

8. Les confinements n’empêchent pas la propagation des maladies.

9. Les confinements tuent les gens. 

10. Les hôpitaux n’ont jamais été exceptionnellement surchargés.

11. Les tests PCR n’ont pas été conçus pour diagnostiquer les maladies.

12. Les tests PCR ont un historique d’imprécision et de manque de fiabilité.

13. Les valeurs CT des tests PCR sont trop élevées.

14. L’Organisation mondiale de la santé a admis (deux fois) que les tests PCR produisaient des faux positifs.

15. La base scientifique des tests Covid est discutable.

16. La majorité des infections Covid sont « asymptomatiques ».

17. Il existe très peu de preuves à l’appui du prétendu danger de « transmission asymptomatique ».

18. La ventilation n’est PAS un traitement pour les virus respiratoires.

19. Les ventilateurs ont tué des gens.

20. Les masques ne fonctionnent pas. Au moins une douzaine d’études scientifiques ont montré que les masques ne font rien pour arrêter la propagation des virus respiratoires.

21. Les masques sont mauvais pour la santé.

22. Les masques sont mauvais pour la planète.

23. Les « vaccins » contre le Covid sont totalement inédits.

24. Les vaccins ne confèrent pas d’immunité et ne préviennent pas la transmission.

25. Les vaccins ont été fabriqués à la hâte et leurs effets à long terme sont inconnus.

26. Les fabricants de vaccins se sont vu accorder une indemnité légale s’ils causent des dommages.

27. L’UE préparait des « passeports vaccinaux » au moins un AN avant le début de la pandémie.

28. Un « exercice d’entraînement » a prédit la pandémie quelques semaines seulement avant son déclenchement.

29. Depuis le début de l’année 2020, la grippe a « disparu ». Aux États-Unis, depuis février 2020, les cas de grippe auraient chuté de plus de 98 %.

30. L’élite a fait fortune pendant la pandémie.

Partager cet article

5 commentaires

  1. Claude commente : Il reste de nombreux points à ajouter à cette liste, notamment sur : les vaccinés contaminants et favorisant l’émergence de variants, le liberticide passe sanitaire qui crée un apartheid et son effet sur la propagation du virus entre vaccinés, La peur engendrée est contaminante : Sondage Gallup USA : 41 % des Démocrates (contre 22 % des Républicains) déclarent que le risque d’hospitalisation pour les non vaccinés est d’au moins 50 %. La réponse est : inférieure à 5 % !
    U.S. Adults’ Estimates of COVID-19 Hospitalization Risk (gallup.com)
    Une étude, en cours d’examen, n’a révélé “aucune différence significative dans la charge virale entre les groupes vaccinés et non vaccinés, asymptomatiques et symptomatiques infectés par le variant Delta”.
    https://pbs.twimg.com/media/FAimuILUYAwbqlO?format=jpg&name=small
    -Angleterre : le nombre des décès chez les adolescents (15-19 ans) est augmenté de 56 % depuis le début du déploiement du vaccin. Il n’y a pas d’augmentation similaire chez les jeunes enfants âgés de 1 à 14 ans, qui ne se font pas vacciner.
    https://pbs.twimg.com/card_img/1443968985725378575/i5vFwxq2?format=png&name=small
    Deaths Among Teenagers Up 56% Since Vaccine Roll-Out Began – The Daily Sceptic
    -Le sénateur Rand Paul ridiculise le secrétaire à la Santé U.S. en s’appuyant sur l’étude israélienne portant sur 2,5 millions de personnes. Elle démontre qu’avoir une immunité naturelle offre une protection supérieure à celle des vaccinés sans infection naturelle.
    https://twitter.com/i/status/1443677734383898631
    Covid-19 : les troubles menstruels après la vaccination sont-ils «temporaires» et «bénins» ? (lefigaro.fr)
    La peur engendrée chez les enfants. La maltraitance des enfants à qui on inflige la torture du port du masque à l’école.
    La flambée des suicides entre 2020 et 2022 apparaîtra dans deux ans dans les statistiques de l’Insee.
    La litanie des effets secondaires liée au vaccin-messie permet d’affirmer que nous vivons des heures très sombres.

  2. Votre titre est excellent, vos données sont remarquables, merci pour les deux! Un résistant à la folie générale du moment!

  3. 26-> immunité légale

  4. Je me permets de vous transmettre une traduction (perfectible) d’un article du même style, à destination cette fois des évêques:
    LETTRE OUVERTE AUX ÉVÊQUES CATHOLIQUES

    Les fidèles du Christ sont libres de faire connaître leurs besoins, en particulier leurs besoins spirituels, et leurs souhaits aux Pasteurs de l’Église. Ils ont le droit, voire  parfois le devoir , en fonction de leurs connaissances, de leur compétence et de leur position, de manifester aux Pasteurs sacrés leurs vues sur les questions
    qui concernent le bien de l’Église. 
    Ils ont également le droit de faire connaître leurs opinions à d’autres fidèles du Christ, mais ce faisant, ils doivent toujours respecter l’intégrité de la foi et de la morale, faire preuve de respect envers leurs pasteurs et tenir compte àla fois du bien commun et de la dignité des individus.
    — Code de droit canonique , 212
    Chers évêques catholiques,
    Après un an et demi de vie dans un état de « pandémie », je suis contraint par les données scientifiques indéniables et les témoignages d’individus, de scientifiques et de médecins de prier la hiérarchie de l’Église catholique de reconsidérer son large soutien à la « santé publique mesures » qui, en fait, mettent gravement en danger la santé publique. Alors que la société est divisée entre les «vaccinés» et les «non vaccinés» – ces derniers souffrant de tout, de l’exclusion de la société à la perte de revenus et de moyens de subsistance – il est choquant de voir certains bergers de l’Église catholique encourager ce nouvel apartheid médical. 
    Il y a sept prémisses de base que l’Église a apparemment acceptées comme des faits scientifiques qui sont, en fait, au mieux, de la pseudo-science. Je vais aborder chacun d’eux ci-dessous. Bien que je sois actuellement un évangéliste laïc au sein de l’Église, mon parcours professionnel est celui d’un ancien journaliste de télévision avec CTV Edmonton au Canada. En tant que tel, je suis revenu à mes racines journalistiques ces derniers temps dans l’espoir de percer la censure intense et la culture de l’annulation qui ont privé les fidèles et le monde en général d’informations critiques qui sont une question de vie ou de mort – une question en effet de ” le bien commun.” Le romancier américain Upton Sinclair a écrit un jour : « Il est insensé d’être convaincu sans preuves, mais il est tout aussi insensé de refuser d’être convaincu par des preuves réelles. »
    Avant d’aborder ces sept prémisses, il y a un thème sous-jacent qui a été accepté par la société dans son ensemble et qui a causé d’énormes dégâts. Et c’est la nouvelle idée qu’une personne en parfaite santé est en quelque sorte une menace virale. Le Dr Peter McCullough, MD, MPH, FACC, FAHA, est probablement le plus grand expert au monde aujourd’hui sur la réponse à la pandémie et le médecin le plus cité de la National Library of Medicine. Il a déclaré récemment :
    Le virus ne se propage pas de manière asymptomatique. Seuls les malades le donnent aux autres. —20 septembre 2021 ; interview, Gab TV, 6:32
    L’un des immunologistes les plus renommés au monde est d’accord :
    … c’était le couronnement de la stupidité de prétendre que quelqu’un pouvait avoir le COVID-19 sans aucun symptôme ou même transmettre la maladie sans montrer le moindre symptôme.  —Professeur Beda M. Stadler, PhD, ancien directeur de l’Institut d’immunologie de l’Université de Berne en Suisse ; Weltwoche (Semaine mondiale)  le 10 juin 2020; cf. backtoreason.medium.com
    L’ancien vice-président et scientifique en chef du fabricant de vaccins Pfizer, rien de moins, déclare catégoriquement qu’une telle prémisse est une fabrication complète. 
    Transmission asymptomatique : le concept qu’une personne en parfaite santé peut représenter une menace virale respiratoire pour une autre personne a été inventé il y a environ un an — jamais mentionné auparavant dans l’industrie… Il n’est pas possible d’avoir un corps rempli de virus respiratoires au point d’être une source infectieuse et de ne pas avoir de symptômes… Ce n’est pas vrai que les gens sans symptômes sont une forte menace de virus respiratoire. -Dr. Mike Yeadon, 11 avril 2021, interview sur The Last American Vagabond
    Des études récentes confirment que la transmission asymptomatique est tout simplement rare, voire inexistente. [1] Par conséquent, il s’ensuit que le fait de masquer les personnes en bonne santé[2], la distanciation sociale et le verrouillage de populations entières en bonne santé plutôt que des protocoles de santé ciblés et la mise en quarantaine des malades ont peu de fondement scientifique. Le test PCR, utilisé dans le monde pour déterminer si quelqu’un a le COVID, a produit tellement de « faux positifs » [3] — plus de 90 % selon le New York Times [4] — qu’il a été condamné par plusieurs tribunaux européens [5 ] et a été qualifié de « criminel » par plusieurs scientifiques de renom. [6]Même le CDC a finalement admis récemment que le test ne peut pas différencier la grippe saisonnière du virus COVID. [7] Combinant plus d’un millier d’heures de recherche, j’ai abordé cet étonnant départ de la science dans un nouveau documentaire intitulé Suivre la science ? 
    Il n’y a pas si longtemps, le pape François déclarait :
    Je crois qu’éthiquement, tout le monde doit se faire vacciner. C’est le choix éthique car il s’agit de votre vie mais aussi de la vie des autres. Je ne comprends pas pourquoi certains disent que cela pourrait être un vaccin dangereux. Si les médecins vous présentent cela comme une chose qui ira bien et ne comporte aucun danger particulier, pourquoi ne pas le prendre ? Il y a un déni suicidaire que je ne saurais expliquer, mais aujourd’hui, les gens doivent se faire vacciner. —PAPE FRANÇOIS,  interview  pour le programme d’information italien TG5, 19 janvier 2021; ncronline.com
    Malheureusement, cette déclaration, qui est réfutée par les données émergentes, est la base même pour permettre non seulement à la ségrégation de revenir en masse au sein de la société, mais a potentiellement conduit à des blessures et à la mort de dizaines de personnes, comme je vais l’expliquer.
    J’écris cette lettre plus particulièrement au nom de tous les prêtres et laïcs qui m’ont contacté, poussés par leurs évêques à participer à un programme médical qui viole leur conscience…
    Prémisse I : Ceci est un vaccin
    La première prémisse à partir de laquelle l’Église fonctionne apparemment est qu’il s’agit d’un « vaccin ». Ce n’est pas une mince affaire que les injections d’ARNm ne soient pas des vaccins au sens traditionnel du terme. Selon la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, il s’agit d’une « thérapie génique ». 
    Actuellement, l’ARNm est considéré comme un produit de thérapie génique par la FDA. —Déclaration d’enregistrement de Moderna, p. 19, sec.gov
    Il s’agit d’une technologie qui n’a jamais été commercialisée après près de vingt ans de recherche en raison de sa létalité dans les essais sur les animaux. [8] Il n’a trouvé « d’utilisation d’autorisations d’urgence » que pendant cette pandémie déclarée actuelle. Pourquoi est-ce important? Il n’y a pas d’études à long terme sur ce « vaccin » actuel, un processus qui prend normalement 10 à 15 ans avant d’être distribué en masse. Deuxièmement, les essais cliniques de ces injections d’ARNm ne devraient pas être achevés avant 2023. [9] Cela signifie que toutes les données d’essai et de sécurité sont toujours en cours de collecte pendant que le produit est injecté dans des millions de bras. Ceci, par définition, en fait une injection expérimentale. Cela a été confirmé par Moderna. [dix]
    Le PDG de Moderna admet que cette technologie « pirate en fait le logiciel de la vie ». [11] On craint qu’il puisse, en fait, altérer l’ADN humain. [12] Il est donc surprenant que l’Église ait apparemment apporté son soutien à une technologie complètement nouvelle et non testée avec un potentiel radical d’abus. [13] Le Catéchisme de l’Église catholique est clair :
    La recherche ou l’expérimentation sur l’être humain ne peut légitimer des actes qui sont en eux-mêmes contraires à la dignité des personnes et à la loi morale. Le consentement potentiel des sujets ne justifie pas de tels actes. L’expérimentation sur l’être humain n’est pas moralement légitime si elle expose la vie ou l’intégrité physique et psychologique du sujet à des risques disproportionnés ou évitables. L’expérimentation sur l’être humain n’est pas conforme à la dignité de la personne si elle a lieu sans le consentement éclairé du sujet ou de ceux qui parlent légitimement pour lui. -n. 2295
    Prémisse II : Éthiquement, tout le monde doit prendre ce « vaccin »
    Puisque les thérapies géniques par ARNm sont expérimentales, toute coercition ou « mandat » pour forcer quelqu’un à se faire injecter cette technologie est une violation directe de l’enseignement catholique ainsi que du Code de Nuremberg. Ce Code a été élaboré en 1947 pour protéger les patients de l’expérimentation médicale, déclarant comme première déclaration que « le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. » [14] Ainsi, la déclaration du Saint-Père selon laquelle « qu’éthiquement tout le monde doit se faire vacciner » est en conflit avec ce principe fondamental de l’éthique internationale. Deuxièmement, c’est en contradiction avec les propres directives de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi :
    En même temps, la raison pratique montre que la vaccination n’est pas, en règle générale, une obligation morale et que, par conséquent, elle doit être volontaire. — « Note sur la moralité de l’utilisation de certains vaccins anti-Covid-19 », n. 6 ; vatican.va
    Par conséquent, il est profondément troublant d’avoir vu votre confrère évêque de Moncton, au Nouveau-Brunswick, menacer brièvement de refuser les sacrements à ceux qui ne sont pas « doublement vaccinés ». [15] Cependant, nous comprenons que cela peut déjà être le cas en Malaisie. Néanmoins, il est clair que plusieurs évêques et cardinaux forcent leur personnel diocésain à se faire injecter – ou risquer un licenciement, ce qui équivaut à violer le «consentement volontaire du sujet humain».
    Prémisse III : Le « vaccin » n’a pas de « dangers particuliers »
    Dans les lignes directrices du CDF, il est explicitement indiqué :
    Nous n’avons pas l’intention de juger de l’innocuité et de l’efficacité de ces vaccins, bien que pertinents et nécessaires sur le plan éthique, car cette évaluation relève de la responsabilité des chercheurs biomédicaux et des agences pharmaceutiques. -n. 1, vatican.va
    Un an et demi après le début de la pandémie et plusieurs mois après une « vaccination de masse » sans précédent de la population mondiale, il existe suffisamment de données pour contredire l’avertissement surprenant du pape. D’une part, les essais sur les animaux depuis le tout début étaient déjà un « signal » de « dangers spéciaux » potentiels avec cette thérapie. 
    Cependant, maintenant que nous sommes bien avancés dans les essais humains, les premières données révèlent une image sans précédent et inquiétante. Aux États-Unis, le VAERS (le Vaccine Adverse Events Reporting System) établi pour collecter des informations sur les blessures causées par le vaccin, révèle que 15 386 personnes seraient décédées après avoir reçu l’injection au 17 septembre de cette année ; 20 789 ont été blessés de façon permanente ; [16] et plus de 800 000 ont signalé une sorte d’effet indésirable de gravité variable. [17] À titre de perspective, le Dr Peter McCullough, qui a travaillé au sein de commissions sur la sécurité des médicaments, note que :
    Un nouveau médicament typique à environ cinq décès, des décès inexpliqués, nous recevons un avertissement de boîte noire, disant qu’il peut causer la mort. Et puis à environ 50 décès, il est retiré du marché. —entretien avec Alex Newman,  The New American , 27 avril 2021
    Au cours de la pandémie de grippe porcine de 1976, ils ont tenté de vacciner 55 millions d’Américains, mais la campagne a été soudainement abandonnée. “Le programme a été tué à 25 morts”, explique le Dr McCullough. [18]  Le 16 juillet 1999, le CDC a recommandé que les prestataires de soins de santé suspendent l’utilisation du RotaShield sous licence – un vaccin antirotavirus – après que seulement 15 cas d’invagination (occlusion intestinale) aient été signalés dans le VAERS. [19] 
    De plus, le Dr McCullough note qu’une étude de Harvard qui a trouvé qu’environ 1% des effets indésirables réels sont signalés au VAERS. [20] Cela signifie que les blessures et les décès susmentionnés peuvent être exponentiellement  plus élevés.  Enfin, le Dr McCullough lui-même déclare :
    Nous avons des évaluations indépendantes suggérant que 86% [des décès] sont liés au vaccin [et] sont bien au-delà de tout ce qui est acceptable… Cela va entrer dans l’histoire comme le déploiement de produit biologique-médicament le plus dangereux de l’histoire humaine.  —21 juillet 2021,  Stew Peters Show, rumble.com  à 17h38
    En revanche, en Europe, la base de données officielle EudraVigilance rapporte qu’au 25 septembre 2021, quelque 26 401 décès sont survenus après injection et plus de 2,4 millions ont été blessés. [21] Et la base de données de l’OMS utilisant le terme de recherche « vaccin COVID-19 » renvoie plus de 2 millions de blessures. [22] C’est extraordinaire, et c’est pourquoi le Dr McCullough a appelé à l’arrêt immédiat du programme antidrogue. En fait, le Dr Robert Malone, l’inventeur de la technologie de l’ARNm, a récemment signé la Déclaration du médecin avec 7 200 autres médecins et scientifiques, accusant les décideurs de COVID de potentiels « crimes contre l’humanité ». [23]La raison des blessures et des décès a été établie et discutée maintenant par de nombreux scientifiques de haut niveau (voir note de bas de page). [24]
    Dans une allocution pointue au Premier ministre Boris Johnson, le Dr Sucharit Bhakdi, MD, qui a publié plus de trois cents articles dans les domaines de l’immunologie, de la bactériologie, de la virologie et de la parasitologie, et a reçu de nombreux prix et l’Ordre du mérite de Rhénanie-Palatinat , déclaré:
    Vous ne connaissez pas les dangers de ces vaccins ? Si oui, pourquoi pas ? C’est votre devoir sacré de le découvrir.  Idem avec les autorités;  même chose, d’ailleurs, avec la BBC — autrefois la Great British Broadcasting Corporation… Maintenant, Boris’ ou Bill [Gates’] Broadcasting Corporation.  Honte à toi, honte à toi. -Dr. Sucharit Bhakdi, MD; Oracle Films, rumble.com
    Si les évêques ordonnent que leur personnel et leurs prêtres soient injectés contre leur conscience et gardent le silence alors que des milliers de leurs paroissiens sont licenciés de leurs emplois dans les soins de santé et ailleurs… il semblerait qu’il y ait une obligation morale, au minimum, pour que les diocèses aient d’abord examiné les données de sécurité. 
    Prémisse IV : Il n’y a pas d’alternative
    Le CDF précise :
    Ceux qui, cependant, pour des raisons de conscience, refusent les vaccins produits avec des lignées cellulaires de fœtus avortés, doivent tout faire pour éviter, par d’autres moyens prophylactiques et comportementaux appropriés, de devenir des vecteurs de transmission de l’agent infectieux. — Idem. n.m. 5
    Étant donné que les injections utilisées dans cette campagne de « vaccination » de masse utilisaient des lignées cellulaires fœtales avortées afin de les développer, le CDF a donné des directives spécifiques quant au moment où elles seraient autorisées, le cas échéant. Entre autres, la « Note sur la moralité de l’utilisation de certains vaccins anti-Covid-19 » précise :
    En l’absence d’autres moyens pour stopper voire prévenir l’épidémie , le bien commun peut recommander la vaccination, notamment pour protéger les plus faibles et les plus exposés. -n. 5, vatican.va
    Cette étude, par exemple, a conclu : « Des méta-analyses basées sur 18 essais de traitement contrôlés randomisés de l’ivermectine dans COVID-19, ont trouvé des réductions importantes et statistiquement significatives de la mortalité, du temps de récupération clinique et du temps de clairance virale. De plus, les résultats de nombreux essais contrôlés de prophylaxie font état de risques considérablement réduits de contracter le COVID-19 avec l’utilisation régulière d’ivermectine. » [25] En fait, l’un des auteurs de cette étude a témoigné devant une audience du Comité de la sécurité intérieure du Sénat américain :
    Des montagnes de données ont émergé de nombreux centres et pays à travers le monde, montrant l’efficacité miraculeuse de l’ivermectine. Il efface essentiellement la transmission de ce virus. Si vous le prenez, vous ne tomberez pas malade. -Dr. Pierre Kory, MD, 8 décembre 2020;  cnsnews.com
    Le candidat au prix Nobel, le Dr Vladimir Zelenko, MD, conseiller auprès de plusieurs gouvernements et publié dans les meilleures revues à comité de lecture, rapporte une « survie de 99 % des patients à haut risque de Covid-19 » en les plaçant sur des protocoles similaires utilisant le « Nobel l’ivermectine [26] ou la quercétine pour fournir du zinc aux cellules afin de combattre les protéines virales. [27]
    Dans son discours au gouvernement britannique, le Dr Sucharit déclare :
    La vérité, c’est qu’il existe d’excellents médicaments : sûrs, efficaces, bon marché – qui, comme le dit le Dr Peter McCullough depuis des mois maintenant, sauveront la vie de 75 % des personnes âgées atteintes d’une maladie préexistante, et cela réduit la létalité des ce virus en dessous de la grippe . —Oracle films ; :01 point ; rumble.com
    Par conséquent, l’argument moral en faveur de ces injections entachées d’avortement s’effondre complètement. De plus, le fait que ces remèdes salvateurs soient censurés devrait provoquer un tollé collectif de tous les quartiers de l’Église, car des membres de la famille, des religieux et des prêtres meurent inutilement et les unités de soins intensifs (USI) sont inutilement sollicitées ! 
    Prémisse V : La vaccination est le seul moyen valable de renforcer « l’immunité »
    En 2020, l’Organisation mondiale de la santé a discrètement mais considérablement modifié la définition de « l’immunité collective » :
    L’«immunité collective», également appelée «immunité de la population», est un concept utilisé pour la vaccination, dans lequel une population peut être protégée contre un certain virus si un seuil de vaccination est atteint . L’immunité collective est obtenue en protégeant les personnes contre un virus, et non en les y exposant.  —15 octobre 2020; qui.int
    Cette déclaration monumentale, qui omet pour la première fois l’infection « naturelle », [28] aurait dû soulever une protestation forte et uniforme parmi les éthiciens et les scientifiques catholiques (mais peut-être que la censure est tout simplement trop grande, et ils ne le savent pas… ?). Néanmoins, cette définition frappe au cœur même de la création de Dieu, suggérant que l’immunité naturelle de l’homme est en quelque sorte désormais inutile, et que chaque homme, femme et enfant doit désormais être injecté quand, comment et avec ce que le gouvernement dicte. C’est manifestement anti-science et la définition même de la tyrannie médicale. Au contraire, le professeur de Harvard, le Dr Martin Kulldorff, PhD, déclare :
    Ce que nous savons, c’est que si vous avez eu le COVID, vous avez une très bonne immunité – non seulement pour la même variante, mais aussi pour d’autres variantes. Et même pour d’autres types, immunité croisée, pour d’autres types de coronavirus. -Dr. Martin Kulldorff, 10 août 2021,  Epoch Times
    Et le Dr McCullough déclare :
    Vous ne pouvez pas battre l’immunité naturelle. Vous ne pouvez pas vacciner dessus et l’améliorer.  -Dr. Peter McCullough, 10 mars 2021 ; cf. documentaire  Suivre la science ?
    Il cite de nouvelles données en provenance du Royaume-Uni qui montrent que « neuf personnes sur dix au Royaume-Uni âgées de 16 à 24 ans ont déjà des anticorps pour se protéger contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19)… Selon les estimations, 86,9% des jeunes au Pays de Galles ont des anticorps COVID-19. En Irlande du Nord, le nombre est de 87,2 %. En Écosse et en Angleterre, ce nombre augmente légèrement pour atteindre 88,7 %.  La présence d’anticorps anti-coronavirus parmi un pourcentage aussi élevé de jeunes dans tout le Royaume-Uni suggère que beaucoup ont déjà été infectés par le COVID-19 et s’en sont remis… À Mumbai, en Inde, près de 90 % des habitants de la ville l’ont déjà fait. Anticorps COVID-19, selon une enquête qui vient d’être publiée vendredi. » [29]
    Cependant, avec plusieurs évêques et même des cardinaux commençant à promouvoir des « mandats de vaccination », il semble que ce fait fondamental de la Création et le principe fondateur de l’immunologie soient ignorés, même par l’Église. En fait, un archevêque est allé jusqu’à déclarer : « Si vous ne voulez pas vous faire vacciner, vous êtes en fait un pécheur car vous deviendrez une source de maladie pour les autres. [30] Ceci est si éloigné de la science réelle, si éloigné de tout argument médical ou moral solide, que de telles déclarations sont scandaleuses, embarrassantes et causent plus de division et de diabolisation de personnes parfaitement saines et immunisées. Dit heureusement un prêtre canadien :
    Une chose que je sais, c’est que nous ne pouvons participer à aucune application par le gouvernement d’un système de marquage qui identifie propre et impur, lépreux et non lépreux, vacciné ou non vacciné ; faire cela serait pour nous de nous abandonner aux puissances de ce monde, ce qui n’appartient qu’à Dieu… Ce passeport vaccinal pour l’entrée dans le culte de Dieu. Je ne demande pas aux gens quand ils viennent communier s’ils sont en état de grâce. Et frères et sœurs, en termes d’éternité, c’est beaucoup plus important que l’état de leur corps. Cela n’arrivera jamais dans cette église, jamais. -Pr. Stefano Penna, co-cathédrale Saint-Paul, Saskatoon, Canada; 19 septembre 2021 ; lifesitenews.com
    Il convient de noter que les « négateurs », [31] comme le Pape François a tristement appelé certains de ses propres cardinaux qui « hésitent à vacciner », ne sont pas des récalcitrants sans instruction et égoïstes. Au contraire, une étude récente a révélé que les plus « hésitants au vaccin » sont ceux qui ont un doctorat. [32] Comment rabaisser, se moquer et dénigrer ceux qui, sur la base de leurs recherches minutieuses et d’une décision éclairée de refuser l’injection forcée, font-ils avancer toute sorte de cause « humaine » ? L’Église ne croit-elle plus au précepte de la « conscience éclairée » ? [33]
    De plus, une ironie étonnante se dégage du fait que les injections d’ARNm ne sont pas et n’ont jamais été conçues pour empêcher la transmission du virus. 
    Les études [sur les inoculations d’ARNm] ne sont pas conçues pour évaluer la transmission. Ils ne posent pas cette question, et il n’y a vraiment aucune information à ce sujet pour le moment.  -Dr. Larry Corey supervise les essais de « vaccins » des National Institutes of Health (NIH) COVID-19 ; 20 novembre 2020 ; medscape.com; cf. primarydoctor.org/covidvaccine
    Ils ont été testés avec comme résultat une maladie grave, sans prévenir l’infection.  —Chirurgien général américain Jerome Adams,  Good Morning America,  14 décembre 2020; dailymail.co.uk
    Par conséquent, ce sont des «vaccins qui fuient» classiques, ce qui signifie qu’ils suppriment la pression évolutive sur le virus pour qu’il devienne moins mortel.  A ce titre, cela signifie que les vaccinés sont devenus de parfaits porteurs du virus.  « En d’autres termes, ceux qui sont vaccinés sont une menace pour les non vaccinés, et non l’inverse. » [34] Que la hiérarchie ait été induite en erreur à cet égard par un petit mais puissant secteur du complexe médical mondial est regrettable. En fait, les données provenant de pays du monde entier, notamment les pays les plus vaccinés d’Israël, du Royaume-Uni, des Bermudes, etc. montrent toutes que ce sont les «vaccinés» qui propagent le plus le virus. [35]S’il subsiste le moindre doute, la directrice du CDC, le Dr Rochelle Walensky, a récemment admis à CNN que les injections n’« empêchaient tout simplement plus la transmission » (ce qu’on nous a dit dès le début qu’elles ne l’avaient jamais fait). [36]
    Alors pourquoi les politiciens et certains évêques catholiques diabolisent-ils des individus en bonne santé et non vaccinés alors que ceux qui sont « vaccinés » propagent probablement le virus dans leurs paroisses et communautés de toute façon ?
    Prémisse VI : COVID-19 est le problème de santé le plus urgent
    La maladie COVID-19 causée par le virus SARS-CoV-2 peut être une infection grave pour certaines personnes. Selon le CDC, le taux de survie des moins de 50 ans est de 99,5%. [37] Les enfants courent plus de risques de mourir de la grippe saisonnière que de la COVID-19. [38] Le Dr Robert Malone déclare que « le risque associé à cette maladie n’est pas uniformément réparti » mais « presque exclusivement chez les personnes très âgées et obèses, et d’autres présentant certains facteurs de risque préexistants ». [39] Ainsi, bien qu’il s’agisse d’un virus plus grave pour les personnes appartenant aux catégories à haut risque, il s’est avéré qu’il ne l’était pas pour la population générale. 
    Cependant, l’obsession des gouvernements pour le seul COVID-19 , avec l’approbation de l’Église au plus haut niveau, a créé un horrible gouffre de souffrance et d’injustice ailleurs. Deux agences des Nations Unies ont averti que le verrouillage sans précédent de populations en bonne santé pourrait conduire à un «doublement de la pauvreté mondiale» et à «135 millions» supplémentaires à mourir de faim. [40] C’est une ironie tragique que, alors que nos dirigeants d’Église appellent à une distribution égale de ces « vaccins », les blocages mêmes destinés à « protéger » les pauvres les tuent. Et qu’en est-il de ceux qui perdent leurs entreprises et leurs moyens de subsistance en raison de confinements prolongés ? Qu’en est-il de ces milliers de personnes qui meurent à cause de chirurgies tardives ? Qu’en est-il de la montée en flèche des problèmes de santé mentale et explosion potentielle des suicides ? [41] Qu’en est-il des décès dus à une pandémie de toxicomanie ? Et qu’en est-il de ceux qui sont forcés de quitter leur emploi dans cet apartheid médical ? [42] David Redman, ancien directeur de l’Alberta Emergency Management Agency, écrit :
    La réponse canadienne de « confinement » tuera au moins 10 fois plus que ce qu’elle aurait pu sauver du virus réel, COVID-19. L’utilisation abusive de la peur pendant une situation d’urgence, pour assurer la conformité, a causé une atteinte à la confiance envers le gouvernement qui durera une décennie ou plus. Les dommages causés à notre démocratie dureront au moins une génération.  —Juillet 2021, page 5,  « La réponse meurtrière du Canada à la COVID-19 »
    Et votre confrère évêque, le prélat français Marc Aillet a prévenu :
    … l’homme est « un dans le corps et l’âme », il n’est pas juste de faire de la santé physique une valeur absolue au point de sacrifier la santé psychologique et spirituelle des citoyens, et en particulier de les priver de la libre pratique de leur religion, qui éprouvent s’avère indispensable à leur équilibre. La peur n’est pas une bonne conseillère : elle conduit à des attitudes malavisées, elle dresse les gens les uns contre les autres, elle génère un climat de tension voire de violence. Nous sommes peut-être au bord de l’explosion !  —Mgr Marc Aillet pour la revue diocésaine  Notre Eglise  (« Notre Église »), décembre 2020 ; countdowntothekingdom.com
    Prémisse VII : un « passeport vaccin » est un outil « santé »
    Des scientifiques du monde entier, y compris l’ancien vice-président de Pfizer, le Dr Mike Yeadon, avertissent que les passeports vaccinaux sont la fin de la liberté telle que nous la connaissons. Que le Vatican ait maintenant adopté un tel outil, lui-même, est un scandale car il exclut délibérément des personnes en parfaite santé, dont beaucoup sont naturellement immunisées, de participer à la société. Déjà en France et en Colombie, certaines personnes ont été empêchées de faire leurs courses. [43] Deux médecins de l’Alberta, au Canada, demandent à tous les non vaccinés de perdre leur emploi, ce qui pourrait jeter des milliers de familles dans le dénuement. [44] L’Italie a déjà suspendu sans salaire tous les travailleurs non vaccinés. [45] Un tel apartheid médical est un spectre horrible qui se répand à travers le monde, créant de nouvelles formes de discrimination, d’injustice et de souffrance. Ici, les paroles prémonitoires de Benoît XVI sont déjà sur nous – qu’un “acte d’amour”, qui est ce que le pape François appelle prendre cette injection expérimentale, doit toujours être enraciné dans la vérité,  sinon :
    … sans les conseils de la charité en vérité, cette force mondiale pourrait causer des dommages sans précédent et créer de nouvelles divisions au sein de la famille humaine.  — Caritas in Veritate ,  n. 33
    Que le Vatican “donne l’exemple” en lançant des soi-disant “passeports verts” est grave quand tout est considéré, et inexcusable pour les scientifiques qui mettent en garde contre les graves risques pour la liberté médicale et humaine avec un système de surveillance aussi inutile : 
    Croyez-moi, vous n’avez pas besoin de passeports vaccinaux. Ils ne fournissent rien du tout à vous ou à quelqu’un d’autre en ce qui concerne la sécurité. Mais cela donnera, à quiconque contrôle cette base de données et les règles, un contrôle complet sur tout ce que vous faites. -Dr. Mike Yeadon, de Suivre la science ? 58:31 marque
    Si jamais ils se réalisent, alors c’est bonsoir à la société, bonsoir à la science, bonsoir à l’humanité. — Dr Sucharit Bhakdi, Ibid ; 58:48
    Je ne peux pas le dire avec plus de force, c’est littéralement la fin de la liberté humaine en Occident si ce plan se déroule comme prévu. -Dr. Naomi Wolfe, Ibid; 59:04
    Dans la lettre encyclique  Laudato ‘si, le  pape François a déclaré : « l’Église n’a pas la prétention de régler des questions scientifiques ou de remplacer la politique. Mais je suis soucieux d’encourager un débat honnête et ouvert afin que des intérêts ou des idéologies particuliers ne nuisent pas au bien commun. » [46]Il devrait être clair maintenant que ni un débat honnête ni ouvert, ni l’absence d’intérêts ou d’idéologies particuliers n’ont marqué cette pandémie. Au contraire, la censure, le contrôle et la manipulation ont prévalu alors que des milliers de scientifiques, de médecins et de travailleurs de la santé ont été menacés, déformés ou licenciés pour avoir partagé les données mêmes que vous venez de lire. Le fait que l’Église soit partie prenante en vertu de son silence et/ou de son accord complice n’est pas seulement douloureux pour beaucoup d’entre nous, mais le coût peut littéralement se compter en vies perdues et détruites.
    Je vous en prie, chers bergers, rejetez ce nouvel holocauste au nom de la vérité et de la science. 
    Votre serviteur en Christ,
    Mark Mallett
    27 septembre 2021
    Notes de bas de page
    1
    « Un essai contrôlé randomisé (ECR) de 246 participants [123 (50%) symptomatiques)] qui ont été affectés au port ou non d’un masque chirurgical, évaluant la transmission des virus, y compris le coronavirus. Les résultats de cette étude ont montré que parmi les individus symptomatiques (ceux qui avaient de la fièvre, de la toux, des maux de gorge, un écoulement nasal, etc.) Parmi les individus asymptomatiques, il n’y a eu aucun coronavirus de gouttelettes ou d’aérosols détectés chez aucun participant avec ou sans masque, ce qui suggère que les individus asymptomatiques ne transmettent ni n’infectent d’autres personnes. » (Leung NHL, Chu DKW, Shiu EYC, Chan KH, McDevitt JJ, Hau BJP « Excrétion de virus respiratoire dans l’haleine et efficacité des masques faciaux ». Nat Med. 2020;26:676-680. [ PubMed ] [ Google Scholar ]  [ Liste de références ])
    Cela a en outre été étayé par une étude sur l’infectiosité où 445 personnes asymptomatiques ont été exposées à un porteur asymptomatique du SRAS-CoV-2 (été positif pour le SRAS-CoV-2) en utilisant un contact étroit (espace de quarantaine partagé) pendant une durée médiane de 4 à 5 jours. L’étude a révélé qu’aucun des 445 individus n’était infecté par le SRAS-CoV-2 confirmé par la polymérase de transcription inverse en temps réel ( Gao M., Yang L., Chen X., Deng Y., Yang S., Xu H. “Une étude sur l’infectivité des porteurs asymptomatiques du SRAS-CoV-2”. Respir Med. 2020;169 [ Article PMC gratuit ] [ PubMed ] [ Google Scholar ]  [ Ref list ]).
    Une étude du JAMA Network Open a révélé que la transmission asymptomatique n’est pas le principal facteur d’infection au sein des ménages. (14 décembre 2020; jamanetwork.com )
    Une étude massive de près de 10 millions de personnes a été publiée le 20 novembre 2020 dans la prestigieuse revue Nature Communications : « Tous les résidents de la ville âgés de six ans ou plus étaient éligibles et 9 899 828 (92,9%) ont participé… cas asymptomatiques… Les cultures de virus étaient négatives pour tous les cas asymptomatiques positifs et repositifs, indiquant qu’il n’y avait pas de « virus viable » dans les cas positifs détectés dans cette étude. » – « Dépistage des acides nucléiques du SRAS-CoV-2 après le verrouillage chez près de dix millions d’habitants de Wuhan, en Chine », Shiyi Cao, Yong Gan et. al,  nature.com.
    Et en avril 2021, le CDC a publié une étude qui a conclu : « Nous n’avons observé aucune transmission à partir de cas-patients asymptomatiques et le DAS le plus élevé par exposition présymptomatique. » – “Analyse de la transmission asymptomatique et présymptomatique lors de l’épidémie de SRAS-CoV-2, Allemagne, 2020”, cdc.gov
    2
    cf. Un article résumant toutes les dernières études sur le masquage et pourquoi il est inefficace : Unmasking the Facts
    3
    cf. Les dix meilleures fables de pandémie et les arguments contre Gates
    4
    nytimes.com/2020/08/29
    5
    Portugais : geopolitic.org/2020/11/21 ; Autrichien : greatgameindia.com ; Belgique : politico.eu
    6
    cf. Suivre la science ? , 7h30
    7
    “Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) ont exhorté les laboratoires cette semaine à stocker dans les cliniques des kits pouvant tester à la fois le coronavirus  et la  grippe  à l’approche de la” saison de la grippe “… Il y a eu  646 décès  liés à la grippe chez les adultes signalés en 2020, alors qu’en 2019, le CDC a estimé qu’entre  24 000 et 62 000 personnes sont décédées de maladies liées à la grippe. —24 juillet 2021; yahoo.com
    8
    primarydoctor.org; Livre blanc des médecins de première ligne américains sur les  vaccins expérimentaux pour le COVID-19 ; cf. pfizer.com
    9
    essaiscliniques.gov
    ↑10
    Écoutez « L’admission de Moderna », rumble.com
    ↑11
    conférence TED
    ↑12
    « On nous a dit que les vaccins à ARNm du SRAS-CoV-2 ne peuvent pas être intégrés dans le génome humain, car l’ARN messager ne peut pas être retransformé en ADN. C’est faux. Il existe dans les cellules humaines des éléments appelés rétrotransposons LINE-1, qui peuvent en effet intégrer l’ARNm dans un génome humain par transcription inverse endogène. Étant donné que l’ARNm utilisé dans les vaccins est stabilisé, il persiste à l’intérieur des cellules plus longtemps, ce qui augmente les chances que cela se produise. Si le gène du SARS-CoV-2 Spike est intégré dans une partie du génome qui n’est pas silencieuse et exprime réellement une protéine, il est possible que les personnes qui prennent ce vaccin expriment en continu le SARS-CoV-2 Spike à partir de leurs cellules somatiques. Pour le reste de leur vie. En inoculant aux personnes un vaccin qui provoque l’expression par leurs cellules des protéines Spike, ils sont inoculés avec une protéine pathogène. Une toxine qui peut provoquer une inflammation, des problèmes cardiaques et un risque accru de cancer. À long terme, elle peut également potentiellement conduire à une maladie neurodégénérative prématurée. Absolument personne ne devrait être contraint de prendre ce vaccin en aucune circonstance, et en réalité, la campagne de vaccination doit être arrêtée immédiatement. » —Institut pour le renseignement à but non lucratif sur l’émergence du coronavirus,La lettre de Spartacus , p. 10. Voir aussi Zhang L, Richards A, Khalil A, et al. « ARN SARS-CoV-2 reverse-transscribe et intégré dans le génome humain », 13 décembre 2020, PubMed ; « Une étude du MIT et de Harvard suggère que le vaccin à ARNm pourrait altérer définitivement l’ADN après tout » Droits et liberté , 13 août 2021 ; cf. La fraude par injection – Ce n’est pas un vaccin – Rapport Solari , 27 mai 2020
    ↑13
    cf. Le professeur Yuval Harar, par exemple, considère les humains comme des « animaux piratables » : rumble.com
    ↑14
    Shuster E. Cinquante ans plus tard : La signification du code de Nuremberg . Journal de médecine de la Nouvelle-Angleterre e. 1997 ; 337 : 1436-1440
    ↑15
    web.archive.org
    ↑16
    Nous publions beaucoup de leurs histoires ici .
    ↑17
    VAERS ; ce site Web a filtré les injections de COVID-19 d’autres vaccins ici : openVAERS.com ; nous suivons les numéros indépendamment de plusieurs pays ici.
    ↑ 18
    lire l’interview ici
    ↑ 19
    cdc.gov
    ↑ 20
    Le rapport final de Lazare
    ↑ 21
    cf. Les péages
    ↑ 22
    vigiaccess.org
    ↑ 23
    internationalcovidsummit.com ; cf. childrenshealthdefense.org
    ↑ 24
    Les injections d’ARNm amènent les cellules d’une personne à créer la «protéine de pointe» similaire au virus SARS-CoV-2. Cependant, plutôt que de rester sur le site de l’injection, les données de biodistribution ont révélé que la protéine de pointe se déplace dans tout le corps, y compris vers le cerveau et s’accumule dans les organes, notamment les ovaires. Cela provoque des rapports massifs de caillots sanguins, d’accidents vasculaires cérébraux, de myocardite, d’insuffisance cardiaque, d’éruptions cutanées, de paralysie, de convulsions, de cécité, de perte de cheveux et d’autres problèmes signalés dans le VAERS. Comment le virus utilise la protéine de pointe pour pénétrer dans les cellules humaines : https://www.nature.com/articles/d41586-021-02039-y
    Article sur la façon dont la protéine de pointe Covid19 traverse la barrière hémato-encéphalique :  https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S096999612030406X?via%3Dihub
    Article japonais sur la façon dont le vax de Pfizer est associé à une hémorragie cérébrale (ce qui donne foi à l’hypothèse selon laquelle les protéines de pointe traversent la barrière hémato-encéphalique chez certaines personnes) :  https://joppp.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40545-021 -00326-7
    Article sur la façon dont AstraZeneca est associé aux caillots sanguins dans le cerveau (ce qui donne plus de crédibilité à l’hypothèse selon laquelle les protéines de pointe traversent la barrière hémato-encéphalique chez certaines personnes) :  https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/ NEJMoa2104840
    Article sur la façon dont la protéine de pointe Covid19 se lie au récepteur ACE2 de nos plaquettes pour provoquer des caillots sanguins :  https://jhoonline.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13045-020-00954-7
    Article expliquant que les caillots sanguins de la protéine de pointe interagissant avec nos plaquettes sont associés à la fois à l’infection au COVID-19 et à la vaccination :  https://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1003648
    L’article explique que seule la sous-unité S1 de la protéine de pointe peut provoquer la coagulation des plaquettes :  https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.03.05.21252960v1
    Article avec la preuve que les protéines de pointe finissent par circuler dans le sang, alors qu’elles ne sont pas censées le faire, elles sont censées être ancrées sur les membranes cellulaires :  https://academic.oup.com/cid/advance-article/ doi/10.1093/cid/ciab465/6279075
    Plus de preuves que les protéines de pointe ne restent pas sur les membranes cellulaires mais finissent par circuler dans le sang. Cette étude vise à expliquer les caillots sanguins causés par les vaccins adénovecteurs J&J et AstraZeneca, ils prétendent que l’ADN n’est pas correctement épissé et que les protéines de pointe se retrouvent dans le sang provoquant une thrombose lorsque les pointes se fixent aux récepteurs ACE2 des cellules endothéliales :  https://www.researchsquare.com/article/rs-558954/v1
    Article sur la façon dont la protéine de pointe peut provoquer une neurodégénérescence :  https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0006291X2100499X?via%3Dihub
    Article de journal démontrant que la protéine de pointe en elle-même peut endommager les cellules en se liant à l’ACE2, provoquant la perte de forme et la rupture des mitochondries des cellules :  https://www.ahajournals.org/doi/10.1161/CIRCRESAHA.121.318902
    Article sur la façon dont la protéine de pointe dans les vaccins peut endommager les cellules via la signalisation cellulaire :  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7827936/
    Article selon lequel lorsque la protéine de pointe se lie au récepteur ACE2, elle provoque la libération d’IL-6R soluble qui agit comme un signal extracellulaire qui provoque une inflammation (voir le premier article pour obtenir des preuves que la pointe provoque la libération d’IL-6R et voir le second article expliquant comment l’IL-6R soluble provoque une signalisation extracellulaire pro-inflammatoire : https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33284859/  Et  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/ articles/PMC3491447/
    Un autre article selon lequel la protéine de pointe de covid ou le vaccin provoque une inflammation par la signalisation cellulaire, cette fois il existe des preuves que la protéine de pointe provoque des signaux de sénescence (vieillissement prématuré) dans la cellule qui attirent les leucocytes qui provoquent une inflammation de la cellule :  https://journals .asm.org/doi/10.1128/JVI.00794-21
    La protéine de pointe en elle-même provoque des dommages cellulaires en provoquant une réponse pro-inflammatoire :  https://www.nature.com/articles/s41375-021-01332-z
    ↑ 25
    « Examen des preuves émergentes démontrant l’efficacité de l’ivermectine dans la prophylaxie et le traitement du COVID-19 », ncbi.nlm.nih.gov
    ↑ 26
    « Ivermectine : un médicament aux multiples facettes récompensé par le prix Nobel avec une efficacité indiquée contre un nouveau fléau mondial, le COVID-19 », pubmed.ncbi.nlm.nih.gov
    ↑ 27
    vladimirzelenkomd.com ; voir aussi « L’ivermectine efface 97 pour cent des cas de Delhi », thedesertreview.com ; thegatewaypundit.com
    ↑ 28
    La définition de « l’immunité collective » a toujours été comprise comme signifiant qu’« une plus grande partie de la population a construit une immunité contre une certaine contagion, soit par une infection naturelle  antérieure, soit par la vaccination ». « L’immunité collective peut être obtenue soit par infection et récupération, soit par vaccination », Dr Angel Desai, rédacteur en chef adjoint de JAMA Network Open, Maimuna Majumder, Ph.D., Boston Children’s Hospital, Harvard Medical School ; 19 octobre 2020 ; jamanetwork.com
    ↑ 29
    Dr Peter McCullough, poste Telegram ; 23 septembre 2021
    ↑ 30
    23 septembre 2021 ; ucanews.com
    ↑ 31
    france24.com
    ↑ 32
    cf. unherd.com ; voir aussi un article recommandé par le Dr Robert Malone : « Acceptable Reasons for Vaccine Hesitance w/50 Published Medical Journal Sources », reddit.com
    ↑ 33
    CCC, 1783
    ↑ 34
    de l’Institute for Coronavirus Emergence Nonprofit Intelligence The Spartacus Letter , p. 7. Voir également « Les vaccins ‘qui fuient’ peuvent produire des versions plus fortes des virus », Healthline , 27 juillet 2015 ; « Arrêtons de faire semblant des vaccins contre le Covid-19 », RealClearScience, 23 août 2021 ; cf. CDC Newsroom, CDC, 30 juillet 2021. Le Dr Luc Montagnier, lauréat du prix Nobel, ainsi que le Dr Geert Vanden Bossche, PhD, ont mis en garde très tôt contre la vaccination de masse pendant une pandémie ; voir les avertissements graves
    ↑ 35
    cf. Chante juste un peu plus fort
    ↑ 36
    realclearpolitics.com
    ↑ 37
    cdc.gov
    ↑ 38
    news-medical-net
    ↑ 39
    Discussions avec le Cardinal Peter Turkson, churchmilitant.com ; nb. Je n’approuve pas nécessairement les autres opinions exprimées sur ce site
    ↑ 40
    cf. Quand j’avais faim
    ↑ 41
    Augmentation de 44% des suicides au Népal ; Le Japon a connu plus de décès par suicide que COVID en 2020 ; voir aussi étude ; cf. « Mortalité par suicide et maladie à coronavirus 2019 : une tempête parfaite ? »
    ↑ 42
    « Des milliers de travailleurs de la santé vont perdre leur emploi », ktrh.iheart.com
    ↑ 43
    Vidéo France : rumble.com ; Colombie : 2 août 2021 ; france24.com
    ↑ 44
    westernstandardonline.com
    ↑ 45
    rte.ie
    ↑ 46
    n.m. 188, vatican.va
    Notes de bas de page
    Publié dans ACCUEIL , LA DURE VÉRITÉ et étiqueté science , mort , idéologie , covid-19 , pandémie , confinement , vaccin , vaccination , immunité , masquage , test pcr , injection , VAERS , mortalité .

  5. Merci pour cette traduction. J’ai écrit à mon évêque (en lui envoyant des articles du SB) qui a délégué un prêtre professeur de théologie morale pour répondre sur le site du diocèse (il a d’ailleurs cité les lecteurs du SB !!). La réponse fut conforme à l’avis émanant de Rome soit : c’est moral…..or le problème est aussi spirituel avec le MRC5 et la SM102. La réponse fut : “vous ne vous situer pas au même niveau!”. Moralité : beaucoup de prêtres ne font pas leur boulot : s’occuper des âmes.

Publier une réponse