Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Culture de mort : Avortement / France : Politique en France

Jean-Frédéric Poisson : “L’amendement qui a été adopté sur l’interruption médicale de grossesse jusqu’à la veille de l’accouchement est un acte de barbarie”

Jean-Frédéric Poisson : “L’amendement qui a été adopté sur l’interruption médicale de grossesse jusqu’à la veille de l’accouchement est un acte de barbarie”

Extraits de l’interview accordée par Jean-Frédéric Poisson à Sputnik à propos de la loi bioéthique :

L’amendement qui a été adopté sur l’interruption médicale de grossesse jusqu’à la veille de l’accouchement est un acte de barbarie. Il n’y a pas d’autre mot que celui-là (…) Il ne peut pas y avoir de motif pour justifier ça (…) Maintenant, on fait revenir la détresse pour autoriser un acte de barbarie, et puis on fera disparaître avec cette même logique la condition de détresse dans quelques années pour expliquer qu’après tout, la vie des enfants est entre les mains de ceux qui veulent éventuellement les supprimer

À partir du moment où la vie humaine n’a plus de valeur et que personne n’est arc-bouté pour la défendre quoi qu’il arrive, on entre dans un monde de fous. Nous sommes dans un monde de fous

Si on continue de donner droit aux revendications de groupes qui sont des minorités –extrémistes par ailleurs–, qui veulent imposer au mépris de tous le respect de la nature, finalement, leur propre vision du monde, eh bien nous irons encore plus loin vers la folie

Cela fait 26 ans maintenant, on nous expliquait qu’évidemment il n’y aurait jamais de clonage, pas de chimères– et c’est dans la loi aujourd’hui. Au moment du PACS, on nous expliquait qu’il n’y aurait jamais de mariage homosexuel et maintenant il y en a un. Au moment du mariage homosexuel, on nous expliquait qu’il n’y aurait pas de PMA, pas de GPA, et maintenant ça existe… Donc si vous voulez, la prochaine étape est écrite

Jean-Frédéric Poisson a salué l’opposition des quelques députés LR et surtout le combat remarquable d’Emmanuelle Ménardqui s’est battu sans le soutien d’un groupe” et exprime sa grande surprise face à l’absence totale des députés du RN à propos de qui il déclare :

On ne sait jamais s’ils sont pour ou s’ils sont contre (…) Il y a en ce moment […] une offensive contre les conservateurs qui n’échappe à personne

Partager cet article

4 commentaires

  1. Le Pb de fond est que la loi est devenue l’expression d’ultra-minorités et non de la volonté générale.
    La priorité est donc que les lois ne puissent être adoptées qu’à la majorité ABSOLUE de chacune des deux assemblées.

  2. “On attend la prochaine étape” dit JF Poisson. On voit mal quelle peut être la prochaine étape, comment il pourrait y avoir une étape encore plus effroyable que celle du meurtre programmé des enfants dont désormais on décide qu’ils peuvent être assassinés. Par quelle méthode ? Tués in utero puis découpés en morceaux pour l’extraction ? Expulsés morts ? Tués dès la naissance ?
    La prochaine étape sera-t-elle la légalisation de l’infanticide ?
    Le nazisme avait-il été aussi loin dans les expériences faites sur les êtres vivants et les bébés ?

  3. Je ne suis pas d’accord avec JF Poisson.
    S’il y a barbarie, elle date du 17 janvier 1975. Depuis lors, toutes les lois “sociales de progrès” (notez les guillemets) votées l’ont été par un état qui l’a acceptée, et même normalisée.
    D’autre part, l’interruption médicale de grossesse est permise et remboursée dès la loi de 1975 jusqu’au terme de la grossesse.
    Ainsi nous assistons à la suite logique d’une histoire barbare démarrée il y a 45 ans.
    Et, justement, depuis 45 ans, nous, catholiques, avons toujours été une population “contre” tout projet d'”avancée politique et sociale”, sans aucune proposition concrète. Le seul succès tangible a été l’école libre en 1984. Pour le reste nous nous sommes laissés avaler par le rouleau compresseur progressiste.

    Nous pouvons continuer à râler, à résister et à prier. Tant que nous n’aurons pas de proposition concrète audible par le peuple français, nous continuerons notre inéluctable descente politique et sociale.

    N’avons-nous pas des propositions, validées et testées en prise en charge de l’autisme, en agriculture responsable, en soutien aux sans-abris? Pourquoi ne pas élever tous ces sujets vers le législateur?

  4. L’étape suivante sera évidemment l’euthanasie, après le meurtre du jeune Lambert !
    Quand on touche aux plus faibles, les enfants, on touche à Dieu !
    Je ne voudrais pas être à la place de ceux qui ont proposé ou voté cette infamie car le jour où ils passeront devant Dieu, ils iront droit en enfer rejoindre Simone !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services