Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

1922-2016 : Autre temps, autres moeurs

A l'heure où l'on érigeait en France les monuments aux morts en l'honneur des poilus, il en fallait moins pour choquer l'opinion publique. Le 4 juin 1922, l'ancien président de la république française Raymond Poincaré avait fait scandale au cimetière de Verdun en "ricanant" ou "souriant" aux côtés de l'Ambassadeur américain et en avait retiré le surnom "d'homme qui rit dans les cimetières". Photographié le soleil dans les yeux, son rictus, lié à l’éblouissement, avait été interprété par ses adversaires politiques comme un rire insultant envers les morts de la guerre 14-18.

LHUMANITE06_06_19122ARTICLEENTIER

À tous les lecteurs du Salon Beige en France, j’irai droit au but : pour poursuivre son travail le Salon Beige a besoin de vos dons. Le combat culturel que nous menons est violent et nos opposants disposent de moyens infiniment plus importants que les nôtres. Nous sommes en permanence ciblés par des personnes et des groupes qui savent utiliser l’argent, les médias et … la justice pour nous combattre et nous détruire.

Oui, notre existence dépend de vos dons. Nos besoins ne sont pourtant pas immenses, loin de là !
Il suffirait que chaque année 3 000 personnes fassent un don ponctuel de 50 € ou bien que 1 250 fassent chaque mois un don de 10 € pour que l’existence du Salon Beige soit assurée !

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule.
S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. Qu’est-ce que ça sera, alors, dans 50 ans !!

  2. Paradoxe, alors que Poincaré n’était pas hostile aux catholiques et aurait pu, s’il avait eu le courage de contrarier les radicaux, accepter que les régiments mettent le sacré Coeur sur leurs drapeaux à a demande de Claire Ferchaud.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services