Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

176 523 êtres humains congelés en France

Pierre-Olivier Arduin poursuit sa réflexion (déshumanisation du couple) sur la perversité de l'assistance médicale à la procréation (AMP) :

C "L’un des points les plus contestables de l’assistance médicale à la procréation (AMP) est la mise en place d’un système de cryoconservation des embryons […] Les derniers chiffres dont nous disposons révèlent l’incurie des autorités sanitaires à en réguler le flux : on dénombrait 176 523 embryons congelés au 31 décembre 2006, soit 34 512 supplémentaires depuis la fin 2005 où l’on en recensait 141 460, c’est-à-dire une augmentation de 25 % en 1 an […] aujourd’hui seuls 93 116 embryons (soit 52, 8%) font encore l’objet d’un « désir parental », les autres ayant été abandonnés ou faisant l’objet d’un désaccord au sein du couple. […]

N Peut-on en toute rigueur parler d’assistance médicale à la procréation lorsque les techniques employées ne soignent aucunement la stérilité mais se contentent de la court-circuiter pour aboutir à une conception humaine d’une façon qui n’a rien à voir avec celle de l’union sexuelle entre l’homme et la femme ? […] L’Église promeut une authentique assistance médicale à la procréation. Un exemple nous permettra de l’illustrer : la NaProTechnology, (abréviation de Natural Procreative Technology ou procréation naturelle médicalement assistée) est une méthode scientifique mise au point par un médecin catholique américain de renom, le professeur Thomas Hilgers. Elle vise à évaluer la santé gynécologique en étudiant très précisément le cycle féminin et les déficiences hormonales éventuelles de manière à identifier les anomalies de la fertilité et établir un diagnostic rigoureux. Particulièrement efficace dans les situations de fausses couches à répétition, les taux de réussite sont impressionnants".

MJ

Partager cet article

1 commentaire

  1. Je ferais remarquer respectueusement que cette méthode catholique ne soigne que les stérilités féminines.

Publier une réponse