Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société / Valeurs chrétiennes : Culture

13 mai 1968, les débuts du Mai-68 ouvrier

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

2 commentaires

  1. C’est le PCF qui est monté dans le train “mai 68”, en voyant celui-ci chahuter durablement le pouvoir gaulliste ! En voyant que c’était le moment de réclamer toujours plus…
    Il y avait un gouffre, un océan, entre la réalité quotidienne du travail ouvrier et le dégueulis verbal et idéologique des petits cons de bourgeois qui voulaient jouer à la révolution !
    Rappelez-vous l’article enflammé de Georges Marchais dans l’ “Huma” contre les gauchistes !

  2. J’apporterai juste une petite pierre à l’édifice. Elle concerne ce qui s’est passé dans une usine industrielle (entre 300 et 500 ouvriers) de Lyon, et qui m’a été rapporté par d’anciens syndicalistes.
    Jusqu’alors, personne ne se sentait concerné par un mouvement qui apparaissait comme une révolte de fils à papa, soyons clairs.
    Lorsque le PCF est finalement monté dans le train, le patron qui craignait pour son outil de travail a réuni les représentants syndicaux pour leur demander de débuter une grève et de mettre sur pied des piquets de grève dont la finalité,n’avait d’autre raison d’être que de couper l’herbe sous le pied d’éléments incontrôlables venus d’on ne sait où et qui auraient pu faire on ne sait quoi.
    Ce qui fut fait !
    La fin est moins glorieuse. Les ouvriers ont plus ou moins suivi, manifesté, arrêté le travail, espérant quand même quelques retombées salariales…
    Jusqu’au jour (très proche) où tout s’est arrêté, et où les ouvriers n’ont eu d’autre solution que de reprendre le travail, avec pour seul gain la perte du salaire des jours de grève.
    Merci donc la CGT – et les fils à papa !!!
    Ce n’est pas chez les ouvriers qu’il faudra donc chercher les nostalgiques de mai 68.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services
Copied!