Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

Zone euro : sagesse d’outre-Manche

Lu ici cette position d'un Premier ministre qui ne veut pas se laisser piéger :

"Le Royaume-Uni refuse de participer à «tout nouveau mécanisme» européen dans le cadre de la stabilisation de la zone euro, a affirmé jeudi le premier ministre britannique David Cameron après une rencontre avec son homologue français François Fillon.

«Une zone euro forte est dans l'intérêt de la Grande-Bretagne, nous voulons que les pays de la zone euro surmontent leurs problèmes et nous serons des partenaires utiles», a assuré David Cameron lors d'une conférence de presse conjointe avec François Fillon à Londres.

«Mais soyons absolument clairs: nous n'avons pas l'intention de rejoindre la zone euro et nous n'avons aucune intention d'être entraînés dans un nouveau mécanisme ou de nouvelles procédures, ni d'abandonner de nouveaux pouvoirs», a ajouté le premier ministre britannique (…)

«Nous comprenons que si vous partagez une monnaie unique, vous devez prendre des mesures pour mieux coordonner et harmoniser certaines choses que vous faites ensemble. En fait, c'est une des raisons pour lesquelles, dès le départ, je ne voulais pas qu'on adopte l'euro, parce que je ne voulais pas que cela arrive», a-t-il expliqué.

«Quand nous parlons d'harmonisation et de ce genre de sujets, cela n'a pas à s'appliquer au Royaume-Uni parce que nous ne sommes pas membres de l'euro», a-t-il insisté."

Partager cet article

3 commentaires

  1. Il faut préciser que les anglais se sont engagés à une convergence monétaire avec les autres pays d’Europe et donc d’accepter l’euro.
    [Lorsque les billets ont la même valeur, le plus gros émetteur voit sa devise submerger le marché. Ce qui est déjà un peu le cas en Angleterre qui change l’euro sans agent dans les commerces]
    Actuellement, depuis février 2008, la Livre a décroché et se rapproche d’un point de convergence. Il se pourrait qu’un temps un peg (une liaison) soit installée comme par exemple plus ou moins 0,5 contre euro.
    la baisse de l’euro arrange donc fortement les anglais en leur évitant une glissade plus grande.
    Par ailleurs le pays dont on peut penser qu’il sera dépassé en PNB dès cette année ou la suivante par l’Italie, n’est pas en mesure de participer aux différentes mesures de sauvetage.
    Il tente de régler son problème et de maintenir son taux à 10 ans proche de celui de la France (3,64 % contre 3,42) tout en évitant une émission obligataire trop importante (203 Me contre 184) afin de poursuivre le sauvetage de ses banques.
    Les anglais vendent massivement leurs entreprises pour faire entrer du cash.
    Cameron n’est pas responsable de cette situation Blair/Brown et nage comme il peut.
    L’entrée sauvetage dans l’euro que toute la finance imagine de plus en plus ferait tomber la Livre.
    D’ou le discours à vide mais très “politique” à la recherche d’un momento favorable.

  2. C’est à la limite de l’humour anglais et de l’humour noir !

  3. Mais pourquoi donc les bons dirigeants sont ils toujours chez les autres et jamais chez nous ?
    C’est tellement évident qu’il a 100 % raison Cameron…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]