Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture / Pays : Arménie

Voyage en Arménie

Voyage en Arménie

Antoine Bordier publie aux Editions SIGEST Arthur, le petit prince d’Arménie, Les aventures d’un jeune journaliste français en Arménie.

Arthur de La Madrière est un orphelin de 20 ans, qui vient de perdre ses parents dans un accident de voiture. Il est l’aîné d’une fratrie de 7 enfants. Il vit son premier grand reportage en Arménie. Là, il découvre un pays aux mille facettes, aux mille visages. Boulimique d’aventures et de rencontres, il multiplie les reportages. Au cours de l’un d’eux, il développe des dons d’ubiquité et de bilocation. Il se retrouve à deux endroits différents, au même moment. Il se déplace, pendant ses reportages, dans le temps et dans l’espace. Au cours de l’un de ses déplacements inédits, il rencontre des personnages illustres comme Noé et Abraham. L’arche de Noé aurait terminé sa course folle sur les eaux du déluge, en s’arrêtant au sommet du mont Ararat. Et, il rencontre Abraham en tant que « Père de tous les croyants ». Quelque temps après cette rencontre incroyable, il bascule dans un monde parallèle où il devient le héros invisible qui sauve des vies le 27 septembre 2020 à Stepanakert, la capitale de l’Artsakh, la république auto-proclamée, du Haut-Karabakh, que vient d’envahir les troupes belligérantes voisines, celles de l’Azerbaïdjan. Arthur va traiter différents sujets : sur l’église, les jeunes, les femmes, la Francophonie, l’économie, les entrepreneurs, les start-ups. Il va, également, vouloir traiter les sujets du génocide, de la guerre, de la politique et de la géopolitique. Enfin, il termine son long séjour, qu’il reporte plusieurs fois, en faisant des rencontres merveilleuses, notamment, avec des personnalités locales, avec la diaspora, avec l’aigle Aroso et la reine Anahit. Cette dernière en fait son chevalier et son « petit prince ». Ce livre se présente comme un triptyque : avec un tableau journalistique plus ou moins romancé, un tableau allégorique et un tableau fantastique.

Le cardinal Jean-Pierre Ricard – ancien Président de la Conférence des Evêques de France, ancien archevêque de Bordeaux – a accepté d’écrire la préface. Véronique Lévy (la soeur de BHL), convertie au catholicisme, a écrit un coup de coeur majestueux. Jean-Pierre Mahé, ancien Président de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, Membre de l’Institut de France, historien, orientaliste et philologue, spécialiste du Caucase, de la Géorgie et de l’Arménie, est l’auteur de la postface.

Partager cet article