Vous avez dit «République exemplaire» ?

Excellente tribune de Christian Vanneste : 

"Pour peu, ils finiraient par nous avoir à la pitié. À peine avait-on tourné la page de la pitoyable prestation télévisée de François Hollande que les aveux de Cahuzac venaient rappeler l’écho affaibli de la tirade « Moi, Président, la République irréprochable » devenue« République apaisée et exemplaire ».  On hésite, devant l’énormité de la révélation, entre la consternation indignée et le rire franc et massif que susciteune pareille farce. À peine le roi a-t-il tenté  de restaurer son autorité compromise qu’un Don Sallusted’aujourd’hui, aussi attiré par l’or et le pouvoir que l’autre, vient lui faire exploser sa vérité au visage et couvre ses dernières déclarations de ridicule.

Vous avez dit exemplaire ? L’affaire Cahuzac, au contraire, relève plutôt de l’exceptionnel. Voilà un ministre du Budget qui est lui-même un fraudeur fiscal, un ancien conseiller de ministre de la Santé qui détient une société de conseil auprès des industries pharmaceutiques, un socialiste pourfendant les riches et les exilés fiscaux, dirigeant la rigueur budgétaire et fiscale à laquelle sont soumis les Français, et qui est un riche qui planque son fric à l’étranger. A priori, c’est plus une caricature qu’un exemple. Mais, si on tire le fil de la pelote désormais découverte, l’exception ne risque-t-elle pas de devenir la règle d’un monde qui n’en respecte plus ?

Certes, les implants capillaires génèrent une juteuse activité médicale, mais on peut nourrir des interrogations sur le flux du compte suisse émigré à Singapour, sur son origine, sur sa destination, sur son unicité. Y aurait-il des rémunérations d’entreprises dont les produits sont financés par la Sécurité sociale ? Si cela se vérifie, on atteint le grand art de l’imposture, une sorte de record réalisé par un homme qui élu puis choisi pour assurer la meilleure gestion de l’argent public, en a siphonné une partie pour la mettre à l’abri dans une banque étrangère à laquelle son conseiller financier ne serait pas étranger.

Force est de reconnaître le talent, exceptionnel ou exemplaire, on ne sait plus, du menteur : un champion du monde dont les séquences passeront en boucle dans les écoles de sciences politiques. En bloc et en détails, les yeux dans les yeux, à l’Assemblée nationale, à la télévision où c’est moins grave, selon les politiques, puisque c’est le peuple qui la voit, le regard droit ou la larme à l’œil, l’hypocrite, le comédien joue d’un aplomb sans pareil. Bon, mais autour de la tête d’affiche, il y avait le chœur, la main sur le coeur, commentant l’injustice subie, la douleur infligée, l’honnêteté outragée et témoignant soutien et compassion. Et il y avait les coryphées, Hollande et Ayrault, au courant de rien, et Moscovici, naïf et bon camarade au point de transmettre une information des autorités suisses blanchissant (c’est une manie) fin janvier. Maintenant, ils entonnent le grand air de l’amitié trompée, de la confiance trahie, et de la justice exigée contre le pelé, le galeux d’où vient tout le mal. L’opposition se réveille un peu tardivement, mais l’occasion est trop belle de faire oublier sa grisaille pour dénoncer le noir absolu. Pourtant elle ne manque pas de personnages douteux. Elle a, elle-aussi, ses anciens ministres du Budget mis en examen dans des affaires de financement politique occulte. Au début de cette affaire, j’ai été d’autant plus surpris de sa modération, que j’avais moi-même été beaucoup plus mal traité pour avoir dit… la vérité" (suite).

3 réflexions au sujet de « Vous avez dit «République exemplaire» ? »

  1. leopold St John

    de premiere main aupres d un ancien ministre de gauche : Cahuzac ? mais tout le monde savait. de toute façon c est pourri. j en ai ras le bol. depuis que je me suis fait traité de c… par mes propres amis, je balance ! bien surque tout le monde savait…. ” reste juste à le prouver et François pourra aller à la pêche.

  2. jo

    Il suffit de se rappeler dans un tout autre domaine, la fraude aux élections législatives dans le Pas-de-Calais par le socialiste au détriment de Marine Le Pen ! Le Conseil Constitutionnel a reconnu la fraude mais n’a pas cassé le vote !
    Vote qui fut cassé pour d’autres clients !
    De qui se moque t-on ?

  3. Papon

    J’imagine sans peine le dialogue entre M.Chusac et M.Bartolone lorsque ce dernier le supplis de renoncer à son siege de deputé:
    -Ecoute il faut absolument que tu t’abstiennes de revenir à la Chambre, celà nous ferait du tort à tous les freres..
    -Ne me fais pas ….,je sais tres bien que vous faites tous la même chose que moi, si les freres m’avaient soutenu je n’en serai pas là et si tu insistes je balance tout…
    -Bon, ne le prends pas mal mais françois est tres embêté, il faut trouver un arrangement…
    -tu sais bien qu’il n’ ya que l’argent qui m’interesse, alors j’accepte de me retirer si vous me donnez quelque chose de substantiel en echange.

Laisser un commentaire