"Votre fils a été touché par des gaz lacrymogènes. Il ne voit pas d’un œil. Un ophtalmo va venir"

Un des collaborateurs de Famille Chrétienne était présent à la Manif pour tous du 24 mars. Son fils a été hospitalisé après avoir reçu du gel lacrymogène dans les yeux, lancé à bout portant. Il raconte :

" Vers 16 h 30, nous sommes en haut de l’avenue de la Grande-Armée, près de l’Étoile. Un appel sur le portable : « Votre fils est à la tente de sécurité de l’Ordre de Malte. Il a été touché par des gaz lacrymogènes. Il ne voit pas d’un œil. Un ophtalmo va venir. » Moment d’angoisse : mon fils de quatorze ans a un œil fragilisé depuis l’enfance à cause d’une blessure profonde. S’il ne voit plus de cet œil à cause du gaz, va-t-il le perdre ? Il fait la manif’ sans nous, avec son chef de patrouille scout. Est-ce qu’on n’aurait pas du leur dire de rester près de nous ? Je ne suis qu’à trente mètres des barrières qui empêchent l’accès à la place de l’Étoile. Mais dans la foule compacte, où l’on ne progresse que centimètre par centimètre, et où je dois changer plusieurs fois de direction à cause de mauvais renseignements, il me faudra près d’une heure pour arriver à la tente installée en haut de l’avenue Foch.

L’ophtalmo me salue : « Votre fils a été évacué par ambulance. Il doit être déjà à l’hôpital Necker. » Le temps de quitter la manif, avec ma femme et notre plus jeune enfant, et de rejoindre un métro, nous ne découvrons notre ado sur son lit d’hôpital qu’à 19 h 30. Pour l’interne, c’est sûr, les CRS n’ont pas utilisé du gaz mais du gel, qui peut être projeté beaucoup plus loin et qui adhère aux tissus. Cela se voit à la persistance du produit sur les vêtements de mon fils qui, encore deux heures après, faisaient à eux seuls tousser et suffoquer les soignants de l’hôpital.

J’interroge enfin mon fils pour savoir comment il a pu provoquer les CRS au point de les forcer à lancer du gel lacrymogène : « On ne les a pas provoqués du tout. On était contre les barrières en haut de l’avenue Foch. Certains criaient que c’était une honte de barrer les Champs-Élysées. Mais rien de plus. À un moment, les mouvements de foule derrière nous ont fait pousser un peu les barrières. Les CRS les ont alors très violemment repoussées. Nous sommes alors restés face à face avec eux pendant une demi-heure puis, tout à coup, en moins d’une seconde, un CRS nous a gazés, uniquement mon ami scout et moi, à bout portant. Cela s’est passé à une vitesse incroyable. Un photographe qui était là nous a pris et a laissé son numéro de téléphone. Tu l’appelleras, papa ? » Pas d’école pour mon fils, ce lundi. Et plusieurs jours de soin avant de recouvrer – espère-t-on – son œil."

Exigeons la démission de Manuel Valls.

8 réflexions au sujet de « "Votre fils a été touché par des gaz lacrymogènes. Il ne voit pas d’un œil. Un ophtalmo va venir" »

  1. Pierrot

    J’epère que ce garçon va retrouver l’usage de son oeil. Sinon…!
    Mme Barjot n’est pas intouchable. Ses qualités d’organisatrice et de fédératrice ne sont plus à prouver. Mais elles ne lui donnent pas tous les droits comme celui qu’elle a pris de traiter les manifestants qui ont osé prendre les Champs de fachos et de les jeter en pâture comme “extrémistes” et éléments extérieures à “sa” manif.
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=3KphxSwz-J4 Voilà qui nous étions !

  2. PetitRobert

    Je confirme, c’était du gel en haut de l’avenue Foch (vers 16h). D’ailleurs c’est traître, c’était la première fois que ça m’arrivait (première manif) : au début on sent juste du gel froid qui sent assez bon, et puis ensuite ça brûle.

  3. Jean Theis

    On apprend qu’il existe du gel, bien plus toxique que les aérosols. Est-ce légal ?
    Je fais des voeux pour le prompt rétablissemeht de ce jeune garçon. Je pense qu’il y a matière à porter plainte, d’autant plus qu’il y a de nombreux témoins. Il faut garder tels quels les vêtements du jeune homme.
    L’AGRIF pourrait être d’une grande aide.

Laisser un commentaire