Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Vols dans les églises de France

Stroch
Plus de douze églises ont été le théâtre de vols
dans la Drôme depuis septembre, en particulier de nombreuses statues des XVIème, XVIIème et XIXème siècle. Tous ces vols représentent des sommes rondelettes pour ceux qui arrivent à les écouler en Belgique par exemple, qui s’est transformée depuis peu en plate forme légale de trafic d’oeuvres religieuses.
Les noms de ces églises sont connus : Châteauneuf de Galaure, la Garde Adhémar, etc…

Le conservateur délégué se plaint : "Ayons enfin les bons réflexes et posons-nous les bonnes questions
sur un certain nombre de mesures à prendre, de dispositifs à mettre en
place pour éviter une recrudescence de ces vols qui se produisent
généralement à l’heure du déjeuner, tôt le matin ou à la nuit tombée.
Évitons de donner à ces lieux une impression d’abandon".

C’est sûr que si nos églises étaient moins vides, ce genre d’évènements n’arriverait pas. Mais n’ayons pas non plus la mémoire courte : en juin dernier, le gang qui avait pillé plus de soixante églises dans l’Hérault et ses environs avait encouru des peines légères, tout comme les receleurs, brocanteurs et antiquaires…

Lahire

Partager cet article

3 commentaires

  1. Et les auteurs de ces vols sont toujours de la même origine ethnique qui font le bonheur et la richesse de notre beau pays. Un peu moins les communes qui ont du mettre la main dans les poches des contribuables locaux pour batir des lieux d’accueils qui ne sont la plupart du temps pas fréquentés.

  2. Malheureusement, la Belgique souffre des mêmes maux depuis de nombreuses années. Des débats et des colloques ont déjà eu lieu sur ce sujet, il y a beaucoup de choses à en dire: législation insuffisante, porosité des frontières, mauvaise formation des policiers en charge des dossiers (parlez-leur d’un calice ou d’un ciboire…), etc.
    On pourrait aussi parler du marché de l’art en général et pourquoi pas de la création artistique: si on vole des pièces anciennes c’est peut-être aussi parce qu’on décidément ce qui se faisait avant est quand même mieux que ce qui se fait aujourd’hui.
    Mais pendant longtemps, ce qui a préservé les oeuvres d’art dans les églises, c’était le caractère sacré. Autrefois, voler un piécette dans un tronc était un vol sacrilège. Aujourd’hui, prendre un ciboire dans le tabernacle est – au mieux – un fait divers.

  3. merci pour la fotal …
    Sur le fond : faut pas trop crier au loup, car si les faits de vols sont réels, ils sont utilisés par “nos” ennemis, qui vont en profiter pour fermer les églises (sauf deux heures par jour), sous le prétexte de protéger les oeuvres d’art.
    Le premier coupable, c’est l’Etat : quand on pense que la Vierge romane de Saint-Gervasy, mondialement connue, qui a été volée en 1983, est passée dans TROIS VENTES aux enchères sans que personne ne moufte, sans être reconnue par “l’Office de répression des vols d’oeuvres d’art !!! finalement, c’est un amateur d’art qui l’a reconnue lors d’une vente aux enchères à Madrid …
    conclusion : mettons l’Etat et les communes devant leurs responsabilités, et gardons coute que coute le libre usage de nos églises 24h sur 24 !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services