Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Victoire sur l’addiction à la pornographie

Y a-t-il un espoir pour ceux qui luttent contre cette addiction ?

Bien que ce soit une dure bataille, Matt Aujero croit que c’est possible d’être libéré ; après avoir vaincu sa propre addiction, une lutte qui a duré 20 ans, il aide maintenant les jeunes gens à mener cette victoire.

P« La pornographie est entrée dans ma vie au collège ; je savais que c’était mal, mais au lycée et à la fac je ne connaissais personne de mon âge qui ne faisait pas la même chose. Puis j’ai rencontré des amis chrétiens qui se serraient les coudes pour s’aider mutuellement dans cette bataille.»

« Il nous faut admettre que la pornographie crée une dépendance ; il y a une recherche qui la compare à une drogue dure, comme la cocaïne. Il est aussi important de savoir que beaucoup d’hommes font usage de la pornographie tout en sachant que c’est mal. Tout accro retombera s’il se remet en situation de chute, par exemple utilisant internet seul et tard le soir, surtout s’il souffre d’ennui, de stress, de colère.

Pour vaincre cette dépendance il m’a fallu du temps, car il est fréquent que l’on continue à retomber si on n’a pas dans sa vie ces trois types d’amours : un ami, qui était aussi sorti de ce tunnel et se souciait assez de moi pour dire « j’y ai été, on va t’en sortir ensemble » ; l’amour chaste d’une femme ; enfin et surtout l’amour de Dieu. S’en remettre à l’amour de Dieu fait toute la différence.

Lorsque je me suis fiancé je me croyais en sûreté, une fois marié j’aurais autant de sexe que je voudrais… mais les adaptations au début du mariage (emménagement, trouver un nouveau travail, s’accoutumer à la vie à deux) peuvent se révéler stressantes ; ceci ajouté à ma perte de ferveur, la pornographie est revenue, tôt dans notre mariage. J’étais stupéfait et l’ai raconté à ma femme, Mimi. Elle pleurait chaque fois et se sentait frustrée ; mais à chaque fois, après avoir prié pour cela, elle me tenait la barre toujours plus haut, et nous priions et jeûnions ensemble. Car nous avions conscience que la pornographie peut briser un mariage.

J’ai accepté avec humilité d’établir des précautions : des filtres internet, qui envoyaient à Mimi la liste de tous les sites que je visitais sur mon ordi et sur mon téléphone ; je retirai Safari, Chrome et Twitter ; je demandai à Mimi de mettre un mot de passe qui m’empêche de télécharger ; il ne me restait plus que les emails et facebook.

L’histoire de St Pierre marchant sur les eaux vers Jésus m’aida énormément : tant que Pierre ne quitte pas Jésus des yeux, il fait l’impossible. Du moment où il regarde les vagues autour de lui, il tombe. C’est exactement la même chose qui m’arrive.

Dire non à la pornographie est un choix à refaire chaque jour.

Je pense que les parents ont besoin de se rendre compte à quel point leurs enfants peuvent se retrouver exposés à des sites pornos. Non filtré, il existe un DVD en ligne fait par Covenant Eyes qui aide considérablement les parents à savoir comment parler à leurs jeunes des dangers de la pornographie. Il explique la science derrière l’addiction et l’enseignement de l’Eglise à ce sujet.

Les parents doivent savoir que les enfants peuvent en voir sur les applications populaires comme Twitter, voir des photos et vidéos d’amis sur Instagram, Vine, Snapchat etc. et il n’existe pas encore de technologies qui filtre les applications sur les téléphones. Une solution est de ne laisser aux enfants que le nécessaire : un navigateur sécurisé et filtré, et les emails. Une autre est de demander aux enfants de rapporter aux parents tous leurs appareils électroniques avant d’aller se coucher. Supprimer toutes tentations.

Si un enfant devient accro à la pornographie quand il est encore jeune, c’est très dur de s’en libérer.

Enfin et surtout, nos enfants doivent savoir que nous les aimons et qu’ils sont aimés de Dieu. Quand ils souffrent, ils devraient savoir qu’ils peuvent toujours se tourner vers nous, et nous les mènerons au Divin Guérisseur."

Partager cet article