Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Vers une extension des compétences du tribunal créé par le pape contre les mauvais évêques ?

Tribune proposée par Pierre Moreau, au nom d'un collectif de fidèles et de prêtres :

"S’il était permis de s’étonner de la hardiesse avec laquelle certains successeurs des Apôtres expriment leur souci de couper court à tel ou tel dysfonctionnement, avéré ou imaginaire, dans telle ou telle communauté, l’on serait en droit de s’étonner aussi de la crise sérieuse qui traverse le clergé séculier, à commencer par certains prêtres dont la vie n’est pas toujours conforme aux engagements pris.

Le culte du « pas de vagues », la crainte de ne pas faire carrière ou tout simplement la défiance envers le Magistère de l’Eglise, conduit de nombreux évêques, comme le soulignait récemment le Cardinal Sarah en des propos peu amènes, à abandonner le peuple de Dieu aux loups. Il est si facile de réduire au silence une congrégation habituée à obéir à l’Eglise… et laisser des prêtres tentés par des mœurs contre nature prospérer à peu de distance d’un évêché.

Avec André Frossard qui dans un livre, « Le Parti de Dieu », avait osé poser quelques questions aux évêques, voici une première approche de ce qui pourrait être un véritable réquisitoire concernant ce que Michel de Saint-Pierre avait appelé « la trahison des clercs ». Dieu nous garde de succomber à une aigreur excessive, mais tout de même, ne faut-il pas exprimer les choses de temps en temps… N'y aurait-il pas non assistance à chrétien en danger ?

Que dire de la torture morale infligée à tant de séminaristes sous prétexte qu’ils se mettaient trop à genoux, qu’ils avaient des amis prêtres en habit ecclésiastique… ? Que dire de ces jeunes prêtres, nous ne parlons pas des années 70 mais des années 2000, qui ont quitté le sacerdoce faute d’un réel accompagnement vraiment catholique ? Que dire des silences de certains évêques, et non des moindres, concernant les sujets majeurs de notre temps et qui engagent la dignité de l'homme ?

Que dire des silences de certains évêques, et non des moindres, concernant les sujets majeurs de notre temps ? Sur les relations avec l'Islam, sur ce qui touche à la famille, à la société, à la bioéthique, à la défense de la vie … le fonctionnement même de la Conférence des évêques de France pose de graves questions. Ne parlons même pas du passé de Guy Aurenche, François Soulage qui ont où furent présidents du CCFD, du Secours Catholique, et qui étaient les complices des monstres sacrés du socialisme liberticide des années 80, d'un certain François Hollande… et qui sont de grands amis de tant d'évêques toujours en poste. On finit par se demander si l'Eglise du Christ subsiste encore avenue de Breteuil…

Que dire des tentatives d'intimidation dont sont ou furent victimes les quelques évêques qui désirent vivre leur mission selon l'Evangile, sans pour autant se laisser adouber par des loges ou de prétendus "mouvements d'Eglise" en réalité bras armés du KGB de jadis devenu aujourd'hui l'internationale LGBT et consort… Rouge et Rose marchaient bien en mitterrandie…

Que dire de la pauvreté de la préparation au mariage en tant de paroisses et dont les conséquences sont si funestes pour les couples, les familles, les enfants ? Que dire des pratiques liturgiques hautement scandaleuses qui contribuent, pour une large part à la désaffection de nos églises, et qui affectent gravement la dignité de Dieu ? Que dire de certaines nominations épiscopales approximatives où des prêtres sont appelés à être gardiens de la foi alors qu’ils n’ont reçu pour formation philosophique et théologique que les errements doctrinaux des instituts dits catholiques de Paris et d’ailleurs ? Gardiens de la foi ? De quelle foi au juste ?

Que dire de ces congrégations religieuses vieillissantes qui abandonnent la tutelle de leurs œuvres à des managers qui agissent parfois à l’inverse des principes prophétiques du fondateur, contrevenant ainsi gravement à la dignité de la personne humaine ? Ne pourrions-nous pas exiger une visite canonique exceptionnelle en ces lieux ? Des exemples brûlants sont présents à notre esprit.

A l'heure où le pape fait connaître son intention d'ouvrir un tribunal ecclésiastique pour les mauvais évêques, les mauvais pasteurs, on peut être tenté de désirer l'extension des compétences de cette nouvelle instance judiciaire.  Derrière cette litanie c'est la question du salut des âmes. De toutes les âmes, celles des évêques et la nôtre.

Car, ce n'est pas la carrière qu'il faut viser, c'est le Ciel ! Ce n'est pas le réseau qu'il faut privilégier d'abord, c'est la communion verticale dans la foi de toujours pour la mission ad gentes. Peut-être est-ce la raison pour laquelle notre pape François en appelle à dénoncer la mondanité, le narcissisme, tout ce qui flatte l'ego, car ceci est un obstacle à l’œuvre de Dieu.

Cessons alors de tout médiatiser, surtout dans un sens unique, car alors, certains arroseurs, pourraient se trouver très arrosés."

Partager cet article