Vers un mai 2013, coup d'arrêt aux adeptes de la table rase

D'Ivan Rioufol :

"Les médias ne se bousculent pas pour analyser le succès de la Manif pour tous.
Il est vrai que la plupart auront étouffé les appels à la mobilisation
de cette société du refus, principalement fédérée par les réseaux
sociaux. Il suffisait pourtant de s’immerger dans la foule, mêlant
jeunes et vieux, pour identifier une dynamique qui ne s’arrêtera
pas aisément
. Il s’en est fallu de peu que les manifestants, pourtant
rétifs aux transgressions, ne suivent plus massivement ceux qui
voulaient descendre les Champs-Elysées en dépit des interdits. Oui, un vent d’insurrection civile s’est
levé dimanche. Il est annonciateur d’un probable Printemps français,
porté par un peuple attaché à défendre sa culture, ses valeurs, son mode
de vie
. A côté des slogans contre le mariage homosexuel, dominaient des
mots d’ordre contre François Hollande et sa politique. Quarante-cinq ans après mai 1968 et sa révolution progressiste, une France réactive et conservatrice, héritière
de 1500 ans d’histoire, entend  porter un coup d’arrêt aux adeptes de
la table rase
, soutenus par un politiquement correct qui assure que tout
se vaut. L’histoire est familière de ces retours de balancier. […]"