Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Vers la perte d’une autre liberté?

Une proposition de loi pour obliger les électeurs à voter a été déposée par 10 députés UMP. L'argument : 

"Si le vote est un droit, il doit être également un devoir en l’honneur et en mémoire de celles et de ceux qui ont versé leur sang pour notre Patrie".

Alors là, ils font fort : ils juxtaposent deux phrases qui n'ont rien à voir, la première l'idée forte, la seconde intouchable. Et ils croient que ça va passer. J'aurais aimé lire quelques heures ou quelques jours plus tôt : 

"Si le mariage est un droit, il doit également être respecté en l’honneur et en mémoire de celles et de ceux qui ont versé leur sang pour notre Patrie et qui sont tous nés d'un père et d'une mère".

Partager cet article

10 commentaires

  1. Pas d’accord.
    L’abstention n’est pas un droit, c’est une démission. Et le vote est un devoir moral.
    [Mais le vote compte l’abstention qui est une option morale. L’interdire c’est contraindre à un choix dans l’isoloir alors que la liberté de choix commence avant : j’y vais ou je n’y vais pas? JL]
    Ceci dit, cela ne peut se faire qu’à condition que le vote blanc ou nul soit (vraiment) reconnu et pris en compte.
    Par ailleurs, la proposition émanant de 10 députés UMP, il me paraît injuste de leur opposer un mariage gay auquel probablement ils sont, comme nous, opposés.
    [Ah oui, et vous les avez entendus? Et vous les avez vus dans la rue? Vae victis.
    JL]

  2. avant d’obliger les électeurs à voter, ils devraient se pencher sur leur propre cas ! Il devrait être interdit aux députés de s’abstenir lors des votes à l’assemblée. Ils sont payés pour voter les lois (pour ou contre) et ils s’abstiennent !! Payés pour décider en conscience d’adopter ou non une loi en notre nom et ils s’abstiennent. C’est honteux !!! quelle lâcheté !!

  3. Su mon prochain bulletin de vote concernant les circonscriptions scélérates sera écrit “Vive le Roy de France”….
    … Puisqu’on m’oblige à voter…

  4. Même si le fait d’obliger les gens à voter me paraît être excessif (cela les déresponsabilise en ce sens qu’ils n’ont plus tout leur libre arbitre), je pense que cela leur montre aussi que voter n’est pas un droit mais bien un devoir moral (quitte à voter blanc ou nul).
    [Mais de quelle morale parlez-vous? Où est-il écrit que toute personne a le devoir de donner son avis dès qu’il est sollicité? Si le vote était un mode d’action, un levier dans la sphère de responsabilité de chacun (professionnelle, sociale, etc.), mais ce n’est pas le cas! Je pose une question : tous les citoyens d’un chef sont aptes à désigner l’homme le plus à même de diriger un Etat? Je suis certain que non. Alors doit-on voter quand on n’a pas d’avis?
    JL]
    Il faudrait cependant (et je rejoins Vincent) véritablement donner du poids aux votes blanc et nul. Peut-être que cela aidera certains à se réveiller et, enfin, à expulser les nuisibles ?

  5. @ JL
    Je suis d’accord avec vos remarques sur la qualité intrinsèque des uns et des autres en leur (in?)capacité à voter…
    Par contre, la CEC exprime clairement le vote comme un devoir.
    Avant, je m’abstenais le cas échéant. Aujourd’hui, je vote blanc. Même si ça ne sert à rien puisque le système s’assure que ce vote DE CONVICTION disparaisse dans les limbes de la république…
    Même si le CEC soutient que la république est une forme a priori bonne de gouvernement, je soutiens que 200 ans d’expérience de république à la française nous montre le contraire : c’est totalement néfaste… et je ne suis pas persuadé que l’herbe soit tellement plus verte dans les autres républiques…
    [Le CEC dit que le vote est un devoir. Mais il dit par ailleurs que chacun doit agir dans son rayon de compétence. Ceci explique cela. Le vote quand le sujet concerne ma vie proche (communauté religieuse, mairie, etc.), mais quand c’est en dehors de mes compétences…. non! On vient me chercher pour voter dans les syndics des copropriétaires des Kerguelen ou le syndicat des métallurgistes français? Non et pourtant c’est en France et le vote est un devoir. JL]

  6. Quand j’étais petit, et que je rechignais à manger mon omelette ou mes salsifis, mes parents m’ont appris que le fait de manger ce qu’il y a dans son assiette est un devoir vis-à-vis de ceux qui n’ont rien à manger.
    D’une certaine manière, je pense que c’est pareil pour le vote : ne pas voter, quand des gens sont morts pour pouvoir le faire, me paraît irrespectueux.
    Après, tout cela serait plus vrai si on était dans un Etat où la voix des citoyens était entendue.
    Mais, de même que je veux me battre jusqu’au bout contre la dénaturation du mariage, pour pouvoir dire aux générations futures que j’ai fait ce que je pouvais, il me semble que ne pas voter est une lâcheté.
    Doit-on pour autant rendre le vote obligatoire ? Dans l’état actuel des choses, alors que droite et gauche se sont allègrement torchés avec le vote des Français en 2005, ça me semblerait relativement hypocrite.
    Mais dans l’absolu, toutes choses étant rectifiées par ailleurs, je suis assez pour. Les gens qui n’ont pas d’avis garderaient la possibilité de voter blanc ou nul.
    Ultimement, ce débat pose la question de la démocratie : le peuple est-il compétent pour choisir ses dirigeants ? Vaste débat… mais c’est une autre histoire.
    [Je crois que vous arrivez à la bonne conclusion et que l’on ne peut répondre à la question du vote sans passer par la réponse que vous suggérez. Développez!
    JL]

  7. Le vote blanc a commencé à être reconnu par l’Assemblée Nationale en novembre dernier. Mais il s’agit d’un petit pas, qui devrait en engager de plus grands, raison pour laquelle les députés sont frileux : avec quelle majorité devra-t-on élire un président, un député ou accepter un référendum ? La majorité relative, la majorité absolue ou simplement le plus grand nombre ? Les changements constitutionnels implicites pourraient être très importants. Surtout s’il faut faire annuler une élection en raison d’un trop grand nombre de votes blancs, comme ce pourrait être le cas à l’occasion d’élections européenne ou cantonale.
    Le décompte du vote blanc aura au moins pour avantage de le distinguer des votes nuls.
    Pour ma part, il est évident que si les députés veulent créer un devoir de voter, ils doivent en premier lieu se l’appliquer à eux-même et être amendé pour chacun des votes auxquels ils ne participent pas. Ensuite, l’abstention a toujours été en défaveur de la droite. En effet, les populations qui votent sont celles des grands centres urbains, généralement à gauche et européistes, au détriment d’une droite plutôt ancrée dans le périurbain et dans les campagnes. Lors des prochaines élections, un tel devoir de voter profitera à la droite et à l’extrême-droite, raison pour laquelle ce sont des députés de droite qui proposent ce texte…et raison pour laquelle la majorité de gauche refusera.

  8. Ok mais reconnaissance du vote blanc… qui serait alors MASSIF.

  9. Non PK, s’abstenir ou voter blanc n’est pas du tout comptabilisé de la même manière.
    Notre actuel président a été élu par moins de 50% des votants: il y a donc plus de 50% qui se sont déplacés pour dire qu’ils n’en voulaient pas.
    Tous les votants figurent sur les résultats électoraux, et l’interprétation d’un vote blanc laisse bien moins de place aux divagations que dans le cas de l’abstention.
    Je serais assez pour
    -pénaliser fortement les députés qui ne sont pas présents dans l’hémicycle lors des séances (retenue sur traitement, comme pour les fonctionnaires, à raison d’un trentième de l’indemnité mensuelle -même si l’absence n’a été que d’une heure au cours de cette journée- et qu’on ne m’oppose pas les nécessités dues aux besoins naturels, s’ils n’ont pas prévu des pauses-pipi, c’est qu’ils sont encore plus dans le déni de la réalité que ce que je croyais)
    -une fois cette pénalisation des élus, on reparle de l’obligation de vote pour les citoyens (plutôt qu’une amende, je passerais d’abord par une privation de vote pour une durée de cinq ans).

  10. Le vote obligatoire ne peut se concevoir que sous deux conditions:
    – la reconnaissance du vote blanc avec les conséquences que cela entraine: si la personne élue n’atteint pas un pourcentage significatif -à définir- de votes exprimés, l’élection doit être annulée;
    – la facilitation du vote par procuration et par correspondance (personnes âgées, invalides ou hospitalisées, expatriés, personnes en déplacement ou simplement en vacances) et prévoir des dispenses (maladies graves etc.).

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services