Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Vers la légalisation de l’infanticide ?

Lu sur le blog d'Yves Daoudal :

I "Une femme qui avait noyé trois de ses enfants à la naissance a comparu libre devant la cour d’assises du Loir-et-Cher. Et elle en est ressortie libre : elle a été condamnée à cinq ans de prison avec sursis. Le vrai coupable était le mari violent…

Une autre enquête pour infanticide a lieu à Douai. Jusqu’ici on préparait le procès en se fondant sur le déni de grossesse. Mais devant le juge d’instruction, mercredi, la femme qui a tué huit de ses enfants à la naissance a affirmé qu’elle les avait tués parce qu’ils étaient de son propre père. «Un rebondissement qui a entraîné de nouvelles auditions jeudi dans la plus grande affaire d'infanticides en France», dit l’AFP. Alors que les analyses ADN ont déjà prouvé que ces enfants étaient ceux de son mari…"

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

12 commentaires

  1. Tout cela correspond à une certaine logique.
    Sur le plan moral, quelle différence qu’on tue l’enfant à tel ou tel stade de son développement ? Elles ont fait disparaître leurs enfants sans que cela coûte un sou à l’assurance maladie. Alors, même si elles n’ont pas respecté le protocole autorisé, cela mérite sans doute mansuétude.
    Triste monde où l’on protège les criminels et assassine les innocents.

  2. Et pourquoi faudrait-il condamner les femmes qui tuent leur nourrisson à la naissance alors que l’on trouve merveilleux qu’elles le tuent quelques semaines plus tôt ?
    La logique de l’avortement, c’est forcément la dépénalisation de l’infanticide.
    Si la venue d’un enfant est considérée comme étant gênante pour l’épanouissement matériel des parents, elle l’est autant avant qu’après la naissance.
    Le grand massacre des innocents commence dès le début de la formation de l’enfant à venir.

  3. bientôt y pourront les tuer parce qu’ils crient la nuit
    (“Ils m’enpêchaient de dormir, msieu le juge”)

  4. Ne nous plaignons pas, cette décision est sommes toutes logique.
    Entre pouvoir tuer en toute impunité un enfant viable à 24 semaines (parce qu’il a un bec de lièvre qui se soigne pourtant à la naissance) dans le ventre de la mère et tuer un enfant juste un temps de raison après la naissance, quelle différence au fond ? à quand l’autorisation de tuer vers 8-9 ans un enfant parce qu’on ne peut lui donner la dernière PSP et que les difficultés financières des parents l’empêchant d’être heureux, il vaut mieux l’éliminer ?

  5. Telle est assurément la “liberté” que Big Brother se propose d’offrir au peuple égyptien : on peut comprendre que l’enthousiasme, m^me bidonné soit relatif.

  6. C’est la continuation logique de l’avortement à rallonge….Logique de culture de mort. Cette idée est défendue depuis très longtemps par le haut dignitaire F.M. Henri Caillavet (ex ministre et ex sénateur) demandant que les parents aient 28 jours pour “réfléchir” :”on garde ou on renvoie?” (à la poubelle!).

  7. Il a dit 28 jours ? C’est sûrement un lapsus : il voulait dire 28 ans.

  8. Au sujet du bec de lièvre, je pense que beaucoup accepteraient que leur enfant en ait un si cela le rendait du même coup semblable à l’acteur Joaquin Phoenix.
    Il ne s’agit évidemment pas d’un argument pour sermonner ceux qui souffrent.
    Mais ceux qui en ont un peuvent garder à l’esprit qu’ils sont vus par certaines comme Joaquin Phoenix doit l’être par ses admiratrices, pour des raisons qui font disparaître le bec de lièvre, ou même lui donnent un charme.
    On peut se réjouir du bonheur des parents de JP.

  9. c’est en cela cher Michel qu’il n’y a jamais pour les fondamentalistes de la “libre volonté ” , il y a des “avancées” que l’on consolide en faisant de faux débats sur des propositions outrées, on temporise quelques temps et on enfonce le clou plus loin, on l’a vu pour l’avortement , on le voit pour l’euthanasie, le DPI etc…

  10. Bien d’accord avec les commentaires soulignant le lien avec l’avortement autorisé, je trouve que le second cas cité montre aussi un grand dérangement mental, inquiétant.

  11. Et les juges dans cette histoire?Que penser d’eux? Qui à défendu ces petits? Qui à défendu ces victimes? Ces prétendus incompris par la société qu’ont ils fait de leur philosophie du droit?J’espére qu’eux aussi seront jugés avec la meme mesure qu’ils auront employée envers ces nouveaux nés.Pas des juges non mais des militants.

  12. @Boucemissaire: Je vais vous faire encore du blablabla : l’appel par le ministere public ca existe non ?
    Alors blablabla blabla !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!