Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Verdun : l’injustice faite au général Édouard de Castelnau

Verdun : l’injustice faite au général Édouard de Castelnau

Au-delà de la polémique autour de la personne du Maréchal Pétain, vainqueur de Verdun, il est un autre héros de la Grande Guerre qui mérite d’être honoré en ce centenaire :

Après la Première Guerre Mondiale, cinq généraux furent élevés à la dignité de « Maréchal de France », dont Joseph Gallieni, Hubert Lyautey, Louis Franchet d’Espèrey, Émile Fayolle et Michel Maunoury. Pourtant, s’il n’y avait pas eu de considérations politiques, un autre général aurait pu tout aussi bien faire partie de cette liste, eu égard à ses états de service éloquents.

Né le 24 décembre 1851 à Saint-Affrique (Aveyron) et issu d’une vieille famille aristicratique, bachelier ès Sciences, Édouard de Curières de Castelnau est admis à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (promotion du Rhin – 1869-1870) alors qu’il n’a pas encore 20 ans. Il ne tardera pas à connaître le baptême du feu : affecté au 31e Régiment d’Infanterie en tant que sous-lieutenant, le jeune homme prend part à la guerre franco-prussienne de 1870. Mais, en raison de la désorganisation des services de l’arrière, il est finalement versé dans l’armée de la Loire du général d’Aurelles de Paladine, précisément au 36e Régiment de marche. Il est engagé dans les combats de Tusey, Sainte-Maxime, Chambord, Gué-du-Loir et du Mans.

Les hostilités terminées, la « Commune de Paris » réprimée par les Versaillais, la carrière du lieutenant de Castelnau reprend un cours normal, si l’on peut dire. Il connaît plusieurs garnisons (Bourg, Givet, Ham, Laon) et finit par suivre les cours de l’École de Guerre en 1878. Breveté deux ans plus tard, il est affecté au 59e RI de Toulouse avant d’alterner des postes en état-major (au niveau du corps d’armée et de la division) et en régiment. Promu chef de bataillon et fait chevalier de la Légion d’Honneur, l’officier est nommé sous-chef, puis chef du Premier bureau à l’état-major général, à Paris.

Seulement, les convictions de ce catholique fervent vont heurter la majorité politique de l’époque, dont le général Louis André, alors ministre de la Guerre, qui l’écartera de l’état-major général en l’affectant au 37e Régiment d’Infanterie de Nancy. Et cela, malgré les mérites du colonel de Castelnau, par ailleurs toujours très bien noté par ses supérieurs.

« Avant l’affaire Dreyfus, l’origine de mes subordonnés, tout comme celle de mes camarades, m’était indifférente, et aussi leurs croyances, leurs doctrines philosophiques ou le parti auquel ils pouvaient appartenir. Mais tout est changé aujourd’hui : le pacte est rompu. Je suis appelé à accomplir une œuvre déterminée ayant pour objet d’introduire dans l’armée des mœurs nouvelles, de changer sa mentalité », confiera le général André à son camarade Émile Mayer. L’idée alors en cours est de favoriser la carrière des officiers républicains et d’écarter ceux aux convictions religieuses trop marquées. D’où l’affaire des fiches. Réalisée par des loges maçonniques à l’initiative du général André, il s’agissait d’opérer un fichage politique et religieux dans l’armée française. Le scandale eut raison du ministre de la Guerre, contraint à démissionner en 1904.

Quoi qu’il en soit, le colonel de Castelnau finit tout de même par obtenir ses étoiles de général en mars 1906, avant d’être affecté à la tête de la 24e Brigade à Sedan, puis à celle de la 7e à Soissons. Après avoir été exclu du tableau d’avancement par le général Sarrail, le directeur de l’Infanterie, il est toutefois promu général de division en décembre 1909. Deux ans plus tard, appelée par Joffre, Édouard de Castelnau retrouve l’état-major à Paris en qualité de « premier sous-chef d’état-major général ». En 1913, il entre au Conseil supérieur de la guerre.

Vient la Grande Guerre. En août 1914, le général de Castelnau commande la IIe armée de Lorraine, appelée à jouer un rôle déterminant dans le Plan XVII, préparé un an plus tôt par l’état-major général en vue d’un conflit avec l’Allemagne. C’est ainsi qu’il remportera la bataille du Grand Couronné, en mettant en échec la VIe armée allemande commandée par le prince Rupprecht de Bavière. Cela lui vaudra d’être surnommé le « sauveur de Nancy ».

Moins d’un an plus tard, le général de Castelnau prend le commandement du Groupe d’armées du Centre. Le 25 septembre 1915, il dirige l’offensive de Champagne, qui, en quelques jours, permettra de faire 25.000 prisonniers et de s’emparer de 125 canons ennemis. En outre, les troupes françaises progressent de quelques kilomètres en territoire allemand.

Élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’honneur, le général de Castelnau devient l’adjoint du généralissime Joffre. Mais ses succès sont endeuillés par la mort, au combat, de trois de ses fils : Xavier (20 août 1914), Gérald (6 septembre 1914) et Hughes (15 septembre 1915). « L’adversaire français vers lequel sont allées instinctivement nos sympathies, à cause de son grand talent militaire et de sa chevalerie, c’est le général de Castelnau. Et j’aimerais qu’il le sût », dira de lui son adversaire, le général allemand Von Kluck.

Début 1916, contre l’avis de tous, le général de Castelnau prend très au sérieux les renseignements faisant état d’une importante offensive allemande dans le secteur de la Meuse, précisément dans le secteur de Verdun. Le généralissime Joffre n’y croit pas : les Allemands n’auraient aucun militaire à lancer une telle attaque dans cette région. Quoi qu’il en soit, renforcer les défenses autour de Verdun est une évidence pour le général Castelnau. Il fait alors évacuer les civils, ordonne des aménagements défensifs et surtout appelle des renforts de troupes importants. Quand le premier obus allemand tombe, ce 21 février, à 7h15, il réussir à convaincre l’état-major de la nécessité de tenir, coûte que coûte, la rive droite de la Meuse, afin d’éviter que ses crêtes ne servent de bases pour l’artillerie allemande. Puis, il impose le général Pétain pour mener la suite de la bataille. Les deux officiers partagent le même point de vue : ils ne sont pas favorables au concept d’attaque à outrance. Reste que l’influence du général de Castelnau sur la suite de la bataille de Verdun est indéniable… Touché par la disgrâce de Joffre, le « capucin botté », comme le surnomme Clémenceau, sera envoyé en mission de liaison en Russie (janvier 1917) avant d’être nommé à la tête des armées de l’Est. Il prend part ainsi la grande offensive de la victoire en 1918.

Malgré ses états de service, le général Édouard de Castelnau n’obtiendra donc pas son bâton de « Maréchal de France ». Sa fervente foi catholique et ses idées politiques – il serait « monarchiste », dit-on de lui – auront joué contre lui. D’autant plus que, après la Grande Guerre, il se lance en politique. […]

Partager cet article

5 commentaires

  1. Bonjour.
    Au sujet du général Édouard de Castelnau, je conseille la lecture du récent ouvrage (2017) de Benoît Chenu, Castelnau, Le Quatrième maréchal, 1914-1918. Il n’y avait que très peu de biographies de ce général catholique ostracisé par les francs-maçons et acteur de premier plan de la Grande Guerre.
    En outre, ce livre est lumineusement écrit.
    C’est par ici: https://www.bgedition.com/detailboutique.do?prod=BG202

  2. Aristo et fervent catholique, il n’avait aucune chance d’être promu Maréchal.

  3. Messieurs,
    Le maréchal de France Louis Franchet d’Espèrey distingué aussi lors de la 1re GM grace a sa victoire sur le Frond d’Orient présente un profils monarchiste et Catholique semblable au Gal Castelnau, fidèle à Dieu et au service de la patrie… Il faut dire que les racines aristocratiques sont bonnes, son grand-père ayant défendu Lyon Perrache contre les révolutionnaires, il fut plus tard directeur general de la police sous Louis XVIII puis ministre de la police sous Charles X. Son père avait pour parrain Louis XVIII et pour marraine la duchesse d’Angoulême… En 1905 durant la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat il prend le partie de démissionner mais diffère sa décision… Il y a aussi l’affaire des fiches ! Et sa pensée sur Clemenceau n’est pas tendre…
    Ces lignes pour justifier mon étonnement sur le Gal Castelnau, certe il méritait son baton de Maréchal mais si cela concernait uniquement une histoire de Catholicité et de Monarchiste, Franchet d’Espèrey n’aurait probablement pas été distingué !
    Cordialement

    • Castelnau n’était pas seulement catholique, il était un militant catholique et un militant antimaçon. Et ce sont bien ces deux caractéristiques qui lui ont coûté son bâton. Lisez l’ouvrage que je cite ci-dessus, c’est très bien démontré, avec moult références documentaires inédites jusque-là.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services