Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Vaccinolâtres et ukrainolâtres, la même technique de désinformation totalitaire

Vaccinolâtres et ukrainolâtres, la même technique de désinformation totalitaire

De Pierre-Antoine Pontoizeau, pour le Salon beige:

La désinformation a été au centre de la propagande en faveur de la « vaccination » Pfizer. Les faits resteront très têtus, mais le rapport remis à la FDA en date du 17 septembre 2021 démontrait à lui seul que ce produit avait une durée de protection limitée à quelques semaines. A la même époque, la situation en Israël apportait des preuves indubitables que la protection était éphémère. Or, beaucoup ont été manipulé par une désinformation qui a fonctionné selon deux principes très simples. Affirmer sans preuve, mais affirmer toujours et insulter tous les auteurs d’une information concrète exposant des faits contraires à la doxa.

Le scénario de la désinformation : le bon, le méchant et la solution

Il en est de même aujourd’hui concernant le soutien à l’Ukraine. Dans le rôle de la maladie, on y retrouve les méchants Russes qui agressent et dans le rôle du vaccin, on retrouve l’Ukraine bienfaitrice et courageuse qui va se sauver et sauver l’Occident du mal russe, comme on prétendait nous sauver du mal chinois. Tout le monde aura noté que le récit est le même. Le méchant virus ou le méchant Russe le sont pour l’éternité et il faut les éradiquer ; mais nous parlons maintenant d’un peuple dont chaque membre est à punir. Le glissement commence à être passablement dangereux. Le « vaccin » comme l’Ukraine sont présentés comme la seule solution, pas d’alternative médicale dans le premier cas, pas d’alternative diplomatique dans le second. Là où les choses sont encore plus étonnantes, c’est l’application du second principe : insulter ou disqualifier les auteurs d’un exposé des faits.

Par exemple, le droit d’inventaire a été interdit. Que Pfizer ait été condamné plus de trente fois en quinze ans pour plusieurs milliards de dollars par des juridictions américaines pour corruptions, crimes, tromperies, etc. ou que l’Ukraine actuelle soit un des Etats le plus corrompus de la planète et dirigée par des oligarques mafieux est oublié ; alors que toutes ces informations sont sourcées, connues et incontestées, partagées par des chercheurs et des juristes dans le monde entier. Surprenante manière de congédier les faits.

Partageons l’examen de l’évolution des lois de l’Etat ukrainien concernant l’usage des langues sur son territoire. Elle explique tout. Rappelons-nous pour commencer que le nationalisme se caractérise par la contestation des langues locales au profit d’une seule langue commune. L’Allemand moderne en est à lui seul une preuve sous Bismarck.  La nation allemande se crée en éliminant les dialectes germaniques au profit d’une seule langue. L’Ukraine contemporaine impose de même une vue nationaliste contre une société où se parle le russe, l’ukrainien, mais aussi le roumain, le hongrois et le tatar.

La loi libérale de 1989 sous Gorbatchev

Elle reprend la tradition léniniste sur les langues. En effet, en 1923, les Soviets favorisent l’ukrainisation par la promotion de la presse, l’édition, l’enseignement supérieur. Des dictionnaires sont publiés, l’orthographe est normalisée par une commission travaillant sur les variantes locales. Staline mettra un terme à cette période et ouvre le temps du génocide linguistique contre l’ukrainien. A partir des années 1980, l’ukrainisation est de nouveau d’actualité. De nombreux dictionnaires bilingues sont publiés et la critique de l’époque de Staline à Brejnev est autorisée pour revenir à la position léniniste.  Les autorités favorisent le bilinguisme.

La loi du 28 octobre 1989 n°8312-11 de la République Socialiste Soviétique d’Ukraine est libérale et pragmatique. Elle prolonge la stratégie de Lénine d’un Etat multiethnique et d’un droit autorisant l’usage des langues locales à l’école et dans les administrations locales. L’ukrainien est la langue officielle de la république et le russe la langue officielle de l’Union, protégeant les nombreux russophones en Ukraine. Même les minorités ont leurs quartiers, leurs écoles, voire leurs théâtres : juifs, grecs, polonais, hongrois, et. Quelques exemples suffisent.

L’article 6 précise l’obligation des fonctionnaires de connaître les langues des activités des corps et organismes. Les fonctionnaires de l’État, du Parti, des organismes publics, établissements et organisations doivent maîtriser l’ukrainien et le russe et, si nécessaire, une autre langue nationale, conformément aux exigences prévues dans l’exercice de leur fonction.

L’article 10 décrit l’usage en matière d’actes des autorités de l’État et des organismes administratifs. Il y est affirmé que les documents des plus hautes autorités de l’État et des organismes administratifs de la RSS d’Ukraine doivent être adoptés en ukrainien et publiés en ukrainien et en russe.

L’article 17 insiste bien sur le fait que l’ukrainien ou une autre langue acceptée par les parties est employé dans tous les domaines des services aux citoyens.

L’article 18 concernant les procédures judiciaires précise en 18.2 qu’une langue nationale parlée par la majorité de la population d’un district donné ou qu’une langue acceptée par la population dudit district peut être la langue de la procédure judiciaire.
En 18.3. que toute personne qui ne connaît pas la langue de la procédure a le droit de se familiariser avec les éléments du procès, de participer à la procédure avec l’aide d’interprète et de s’adresser à la cour dans sa langue maternelle.

L’article 27 permet une éducation dans les langues locales indiquant que dans les zones géographiques d’implantation substantielle des minorités nationales, des écoles publiques peuvent être créées, alors que les activités éducatives et pédagogiques peuvent être menées dans leur langue nationale ou en une autre langue et en 27.4 que dans les écoles publiques, des classes séparées peuvent être prévues, alors que les activités éducatives et pédagogiques peuvent être menées en ukrainien ou dans la langue de la population d’une autre nationalité.

A l’échelle d’un village, d’une ville ou d’un oblast, d’autres langues ont droit de cité. Dans la foulée, la constitution de la république autonome de Crimée pose en 1992 deux langues d’Etat : l’ukrainien et le tatar (langue héritée de la présence ottomane). De même dans les textes de 1994, les Parlements de Donetsk, Kharjiv, Mykolaïv, Horlivka et Kharcyz’k introduisent le russe comme une autre langue officielle et deuxième langue. Cette loi sera abolie en février 2014 par la Cour constitutionnelle.

Le maintien du libéralisme linguistique sous Ianoukovytch

La promotion de l’ukrainien est soutenue par le président Iouschenko (2005–2010) avec des quotas de diffusion dans la loi sur la radiodiffusion et la télévision. Le Parlement ukrainien adopte le 3 juillet 2012 une loi qui permet l’usage d’une langue régionale dans les régions où les minorités ethniques dépassent les 10 % de la population. Dans la foulée, 13 des 27 régions ukrainiennes deviennent bilingues, toutes avec le russe comme langue régionale. Le bilinguisme est admis dans les débats télévisés. Les autres minorités sont déjà oubliées. La loi de 2012 respecte la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Elle est équilibrée. Son article 2 – Objectif de la politique linguistique de l’Etat entérinant la cohabitation des langues : La politique linguistique de l’État en Ukraine a pour objectif de réglementer les communications publiques dans le développement globales et l’emploi de l’ukrainien comme langue officielle, ainsi que les langues régionales ou minoritaires et les autres langues utilisées par la population de l’État, dans la vie économique, politique et sociale, dans les communications interpersonnelles et internationales, dans la protection des droits constitutionnels des citoyens dans ce domaine et en favorisant une attitude respectueuse de la dignité nationale des personnes, de leur langue et de leur culture, et en renforçant l’unité de la société ukrainienne.

La dérive nationaliste liberticide et violente

Mais l’ukrainisation est défendue par les nationalistes qui veulent aller plus loin et promouvoir un Etat ethnique et linguistique homogène au risque d’exclure toutes les autres minorités. L’argument serait que l’Ukraine en cours de création de son identité nationale a besoin de défendre sa langue nationale.

Les nationalistes vont d’abord abolir la loi de 2012 le 23 février 2014, quelques jours après le début de la révolution commencée le 18 février. Mis à l’ordre du jour par un député de l’Union Panukrainienne Vyacheslav Kyrylenko, un vote sans débat abroge la loi de 2012. La Cour constitutionnelle déclare inconstitutionnelle la vieille loi de 1989. Table rase est faîtes de la tradition libérale. Les séparatistes russophones réagiront immédiatement à l’Est. Les faits leur donnent raison. La nouvelle loi du 25 avril 2019 est adoptée par un parlement nationaliste. Elle impose l’ukrainien. Elle pénalise les fonctionnaires de 400 € d’amende en cas de pratique d’une autre langue, elle envisage l’emprisonnement pour introduction ou pratique du multilinguisme.

L’article 1 affirme que la seule langue officielle en Ukraine est la langue ukrainienne. Le paragraphe 7 crée l’outrage à la langue ukrainienne. Le paragraphe 10 oblige à l’usage de l’ukrainien dans les relations interethniques, contrevenant à la Charte européenne.

L’article 6 contraint les populations et les minorités en posant l’obligation du citoyen ukrainien de parler la langue ukrainienne.

L’article 7 précise que toute personne ayant l’intention d’acquérir la citoyenneté ukrainienne est tenue de certifier le niveau approprié de maîtrise de la langue officielle

L’intrusion dans la vie courante est manifeste dans l’article 20 qui affirme que la langue des relations de travail en Ukraine est la langue officielle. Nul n’est tenu d’employer une autre langue que l’ukrainien au travail et d’exécuter des obligations en vertu d’un contrat de travail, sauf dans le cas du service à la clientèle et autres clients étrangers ou apatrides.

La loi revient à obliger les minorités dont les russophones à abandonner leur langue, sauf dans un usage familial, en apprenant l’ukrainien. Le nationalisme fait fi de la Charte européenne et de la tradition léniniste pragmatique sur ces questions.

Un projet d’essence néo-nazi car ethnique et linguistique

En conclusion, cette loi viole sans contestation possible, les droits de l’homme et la Charte européenne. Le projet nationaliste est donc plus qu’un projet d’unité linguistique ; c’est un projet intentionnellement ethnique parce que le nationalisme ukrainien a posé le principe d’une nation, d’une ethnie et d’une langue en excluant toutes les autres populations « impures ».  Le projet d’une nation ethnique est bien au centre de la loi de 2019 qui exclut les russophones et les minorités hongroises, roumaines ou tatars. Les réactions des minorités russophones, majoritaires dans plusieurs oblasts sont comparables à la réactivité des Wallons et Flamands ou des Québécois. Le mouvement de sécession des séparatistes russophones sur l’ensemble des régions de Lougansk et Donetsk trouve son origine dans cette situation. Le déclencheur : l’abolition de la loi de 2012 le 23 février 2014.

Comment l’Occident peut-il condamner des populations défendant leur droit à pratiquer leur langue maternelle, au seul motif qu’il s’agit du russe ? Si ce n’est à considérer que le russe fait exception. Il sera intéressant de voir comment nous réagirons lorsque des réfugiés demanderont de revenir chez eux dans les oblasts russophones. Validerons-nous la déportation des populations entreprises par le régime de Kiev en interdisant à ces populations de revenir chez elle et d’adopter la nationalité qui s’ensuit ?

Le lecteur aura noté que la désinformation continue. Comme pour les effets indésirables des « vaccins », les effets indésirables des politiques de sanction contre le méchant Russe sont éludés. Et comme pour les privations de liberté des politiques sanitaires, il faudra accepter les privations d’autres libertés au nom d’une politique anti-russe. Et le plus grave, nous avons balayé les piliers de nos sociétés libres : la dignité de la personne humaine et le droit imprescriptible de refuser des thérapeutiques. Nous balayons aujourd’hui d’autres piliers, ceux des libertés fondamentales en matière de langues et de cultures. Le plus étonnant, l’ensemble de ces piliers furent piétinés par les nazis et nous recommençons. Nos gouvernants sont très inquiétants.

Partager cet article

26 commentaires

  1. À propos de l’usage des langues: “le nationalisme se caractérise par la contestation des langues locales au profit d’une seule langue commune”. C’est bien ce à quoi se sont appliqué les “hussards noirs” de Jules Ferry, intraitables sur l’interdiction de parler en classe autre chose que le français, et sévissant sévèrement sur l’emploi du “patois” local, breton, poitevin, alsacien, …
    Toujours par comparaison avec la France, il me semble qu’officiellement aujourd’hui encore, le français est la langue de notre nation (mais on s’oblige à financer des interprètes quand on ne fournit pas des textes bilingues …)

    • A une époque lointaine, depuis François Ier (pas le Pape, le Roi de France), on a proposé le François comme lague unificatrice. Sur ce plan, Napoléon puis les Républicains du XIXe siècle ont continué admirablement le travail. On ne peut pas le leur reprocher. Cela a fait rayonner notre belle langue à travers le monde et donné les grands auteurs que l’on sait.

      Au XXe siècle, un mouvement contraire est apparu proposant divers formes d’arabe ou de berbère dans nos belles villes et provinces… Et même un institut du monde arabe !
      Vous préférez quoi ?

      A noter que le portugais, l’italien, l’espagnol et même le polonais (souvenirs d’enfance) n’ont jamais été un problème, l’intégration étant parfaite.

  2. La politique linguisitique ukrainienne ressemble bien à celle de l’état jacobin français !

  3. En même temps la langue est bien l’un des ciments d’une nation. Imaginons un instant une France où d’autres langues parlées par une forte minorité deviennent officielles – par exemple l’arabe, c’est ce que NVB et bien d’autres se sont employés à faire et continuent à le faire…
    PS: je ne suis pas “unkrainolâtre” et plutôt lucide sur l’agression otanienne et la désinformation en cours.

  4. C’est vrai qu’il y a de nombreux points communs entre la propagande vaccinale et la propagande pro-ukrainienne.
    Cependant, l’unification linguistique n’est en rien le symptôme d’un quelconque totalitarisme: la France elle-même a dû imposer progressivement l’usage du français et lutter contre les patois pour se constituer en tant que nation. Toutes les nations ont toujours fait de même et les nations multilingues (Belgique, Canada, Espagne…) sont toujours menacées par des tentations sécessionnistes.

    • je réponds en bloc à vous et vos deux prédécesseurs, car c’est le même sujet. Le problème de l’Ukraine n’a rien à voir avec la France.
      La France était un royaume, unifié par les rois, avec des patois régionaux, des langues régionales, et une langue nationale qui brillait sur le monde entier, grâce à la plume de nos classiques, de nos poètes et de nos philosophes. Toutes les cours d’Europe parlaient le Français.
      L’état Jacobin a choisi d’imposer l’usage exclusif du Français au détriment des langues régionales, c’était un choix politique.
      La situation en Ukraine n’a rien à voir. Depuis des siècles, il y a eu à l’Ouest des territoires sous domination polonaise, austro-hongroise, et de culture catholique, et des territoires à l’Est sous domination russe, et de culture orthodoxe.
      Le chef d’œuvre de la littérature russe du Donbass est “le Don paisible”, de Mikhaïl Cholokov, une chronique de la vie des cosaques du Don, dans les années 1918-1920. Ce Roman lui a valu le prix Nobel de littérature. Lisez le, c’est éblouissant de beauté.
      Le premier acte des putschistes de Kiev, le jour de leur coup d’état de Février 2014, a été de proclamer héros national Stepan Bandéra, le pire massacreur de juifs de tous les temps, et d’interdire l’usage du Russe dans les médias, pour commencer.
      Ce n’était donc pas un acte unificateur, mais un acte qui visait à dresser les deux parties du pays l’une contre l’autre, un acte foncièrement totalitaire.

      • Merci Layly, c’est très intéressant. Je ne savais pas tout ça. C’est comme si les flamands de Bruxelles empêchaient les Wallons de parler français. Tout en laissant les islamistes de Molenbeek (banlieue de Brucelles) commettre leurs massacres…

        Dans la vie, il faut choisir son camps, même (et surtout) sur le plan culture.

        La Belgique est une exception qui confirme la règle…

  5. « Le plus étonnant, l’ensemble de ces piliers furent piétinés par les nazis et nous recommençons. Nos gouvernants sont très inquiétants. »

    Je souscris à cette conclusion que plusieurs ont faite autour de nous.
    Nous en sommes arrivés là en un rien de temps par les mécanismes de la peur instillée par les messages répétés à l’infini par les médias.

    L’homme a peur de tout perdre alors que les promesses de la vie éternelle lui sont données par la sainte église. En principe.

    Nous sommes à la dérive.

  6. En annexant le Donbass, la Russie va aider l’Ukraine à créer son unification linguistique. De quoi se plaint donc Zelenski ?

  7. La propagande Covid et la propagande Ukraine ont ceci en commun qu’elles sont des stratégies de la peur pour faire accepter aux populations ce dont elles ne voudraient jamais en temps normal :
    – des moyens de contrôle et de traçage exceptionnels
    – dans l’optique d’imposer à marche forcée une réduction généralisée de la consommation

    On ne sera pas surpris si des restrictions apparaissent cet automne ou cet hiver, d’abord de manière brutale pour sidérer l’opinion (coupures d’énergie, limitations, confinement énergétique, etc.) puis de manière technocratique pour donner l’impression d’être plus souple (passe, QR code, etc.)

    Les membres de l’oligarchie veulent soit gagner toujours plus, soit transformer un système en voie d’explosion pour garder le contrôle, la croissance ne pouvant plus durer indéfiniment. Bien sûr, ils s’appuient sur un bon nombre d'”idiots utiles” qui sont persuadés que la terre court à la catastrophe et que tous les moyens sont bons pour la sauver.

  8. Les arguments des Poutinolâtres sont stupéfiants, tout comme l’étaient ceux de la plupart des anti-vaccins.

    Pendant que l’armée russe tapisse le Donbass de dizaines de milliers d’obus par jour, que des villes sont littéralement rasées, sans parler des réfugiés, des déportés et des disparus, vous donnez comme justification à la guerre menée par la Russie un problème linguistique ? Pensez-vous vraiment que des bombardements soit une réponse à un problème de langue officielle au 21e siècle ??
    A-t-on vu Toronto bombarder Montréal pour protéger les minorités anglophones du Québec ?

    Il est vrai que d’après Lavrov, “Si le gouvernement belge avait voulu imposer le flamand en Belgique, la France serait certainement aussi intervenue” (sic).
    Cela en dit long sur le monde parallèle désaxé dans lequel évolue la nomenklatura russe tout comme une partie des français, à son écoute.
    Si nous suivons monsieur Lavrov, dans de telles circonstance, l’armée française viserait Bruxelles et Anvers avec des missiles, puis nous pilonnerions la Wallonie de notre artillerie, raserions Liège, Charleroi et Mons pour les libérer du flamand. Normal quoi, le français vaut bien ça, non ?

    Par ailleurs, qualifier de “néo-nazie” la proclamation d’une langue officielle (alors que c’est assez banal, y compris dans l’histoire de France) en dit long sur le niveau de galvaudage que ce terme a atteint. Mais il est vrai que nous avons aussi longuement entendu parler de “pass nazitaire”, “d’ukro-nazis”, de la France qui serait une “dictature”, etc.

    Plus c’est gros, plus ça passe. La perte de repères est totale.

    • J’espère pour vous que vous n’aurez pas à vivre l’interdiction de pratiquer votre langue maternelle avec l’obligation d’apprendre une autre langue. Je vous en prie, lisez et comprenez ce que cela veut dire pour des populations avant de juger un peu vite. Quant au Canada, vous devriez vous informer sur les violences politiques des années 70 pour que les francophones soient respectés. Il a fallu des morts là aussi malheureusement car les anglophones entendaient bien en finir avec le français

      • Je trouve assez choquant que la violence de la guerre en Ukraine puisse être comparée à la violence politique des années 70 au Québec. C’est pour moi une perte de repères. La guerre en Ukraine est démesurée face à un prétendu “problème linguistique” et il est incroyable que cette propagande russe trouve un tel écho chez nous.

        Promouvoir par obligation l’Ukrainien n’est en rien éliminer le russe. Je vous invite à regarder la série Ukrainienne “Krepostnaya”, comparable à la série anglaise “Downton Abbey”, et produite en 2019 par Films.UA Group (ukrainien) avec des acteurs ukrainiens mais aussi russes, tous excellents. La série est en russe, même si certains personnages parlent parfois ukrainien. Difficile de croire qu’elle ait été produite dans un pays “néo-nazi” qui aurait “interdit le russe”.

        L’Ukraine est et sera toujours russophone. En revanche elle est maintenant russophobe pour les cinquante prochaines années, car les stigmates de cette guerre inique seront très profonds.

    • Vous avez appris par cœur la propagande zelinskienne. Bravo. Pas une virgule ne manque.

      • Je suis ravi d’apprendre que Zelinsky est d’accord avec moi !

      • Plus sérieusement, non, je n’ai rien appris par coeur et certainement pas du “Zelenski” dont le discours consiste à ma connaissance essentiellement à demander des armes et du soutien.
        Je pense que la politique linguistique ukrainienne ne saurait être qualifiée de “nazi”, qu’un problème linguistique ne saurait en aucun cas justifier une guerre d’une telle violence et qu’il n’est qu’un prétexte grossier.
        C’est ce que j’ai tâché d’exprimer dans mon commentaire, et je n’ai pas souvenir de l’avoir “appris” nulle part.
        Il s’agit donc d’une opinion personnelle, même si elle est probablement partagée par d’autres.
        Je ne connais pas la vôtre car vous ne l’exprimez pas, donc je ne peux qu’imaginer qu’elle est différente.

    • Libre à vous de vous bercer d’illusions sur l’efficacité des prétendus vaccins, qui ne protègent ni d’être infecté ni de transmettre la maladie, et dont l’efficacité contre les formes graves est tellement faible dans le temps qu’elle est calculée entre 15 jours et 3 mois après l’injection (avant, l’efficacité est nulle voire négative, après elle décroit très nettement). Et encore, le calcul cette prétendue efficacité est biaisé car les non-vaccinés sont surreprésentés car beaucoup plus testés.

      Vous pouvez également fermer les yeux sur les dizaines de milliers d’effets secondaires répertoriés, en Europe comme aux USA, de l’ordre de 30 à 60x plus que pour les vaccins classiques, et faire confiance à l’aveugle à la technologie ARNm sur laquelle on n’a aucun recul.

      Egalement, vous pouvez penser que les méthodes discriminatoires comme le passe sanitaire qui empêche de nombreuses personnes de gagner sa vie et de circuler ne sont pas gravement attentatoires aux libertés.

      Vous pouvez toujours faire semblant d’ignorer que le conflit au Dombass dure depuis 2014, après que le gouvernement légitimement élu ait été renversé avec l’aide d’influences étrangères que le Dombass a été régulièrement bombardé par l’Ukraine, et que les accords de Minsk n’ont pas été respectés.

      Enfin, vous pouvez vous illusionner sur l’attitude de l’OTAN en pensant qu’elle fait tout pour préserver l’Ukraine, alors que tout montre que l’objectif premier n’est pas de chercher la paix mais de continuer la guerre, et qu’importe le sort des ukrainiens.

      Mais vous ne pourrez pas nous faire avaler vos couleuvres. Car d’une part, les faits vous donnent tort. Et d’autre part, nous savons faire la part des choses : pointer la responsabilités des gouvernements ou de l’OTAN, ce n’est pas accorder un blanc-seing à Poutine, juste voir les deux côtés du tableau.

      • Vous vous présentez comme juge sur le conflit Ukraine-Russie et souhaitez distribuer les bons et les mauvais points.
        En somme il s’agirait de savoir qui a raison ou a tort.
        Personnellement, je ne me sens pas juge mais partie.
        En tant que français, je suis européen et mon pays est membre de l’OTAN.
        L’Ukraine souhaite se défaire de l’emprise russe pour rejoindre la sphère européenne et occidentale, comme l’on fait, non sans raisons, l’ensemble des pays d’Europe de l’est à l’exception de la Biélorussie (pour l’instant…), ce après trois siècles de domination autocratique russe.
        Mon camp est choisi : il faut défendre l’Ukraine contre la Russie.
        Vous pouvez-toujours me penser “victime de propagande”, mais cela ne regarde que vous.
        Etes-vous, vous aussi “victime de propagande” ? Je n’en sais rien et je m’en fiche.
        Vous avez un point de vue différent du mien, libre à vous.
        De même pour les vaccins et le passe sanitaire.

        • Je ne me présente comme rien du tout, c’est vous qui traitez les autres de poutinolâtres et d’anti-vaccins ; c’est vous qui parlez de “victime de propagande”, pas moi.

          A partir du moment où vous venez classer les gens dans des cases en fonctions de leurs opinions, il est logique que ceux-ci réagissent en venant contester ce classement.

          Ce n’est pas parce que je suis français que je vais approuver toutes les décisions de l’OTAN, surtout quand elles n’arrangent pas la situation des ukrainiens et risquent d’entrainer l’Europe dans le chaos social voire une guerre mondiale.

          • La propagande est toujours omni-présente des deux côtés d’un conflit, mais au-delà de ça, mais chacun se fait son opinion et choisit son camp.
            J’observe que la grande mode est de se positionner en étant “anti”, mais je crois qu’il faut aussi savoir “pro”-quoi on est.
            Mon précédent commentaire était d’exprimer que mon camp est clairement pro-ukrainien face à la Russie.
            Pour ce qui est du vôtre j’ai compris que c’était l’inverse, que vous n’êtes pas d’accord avec moi, et j’en déduis que vous êtes plutôt pro-russe, même si tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.

    • de la mauvaise foi crasse et stupide, la propagande typique des israélo-arabo-occidentaux contre les Russes et la Russie.
      C’est d’une bêtise à pleurer.
      Il n’y a jamais eu de langue officielle en Ukraine.
      Il y a eu, historiquement, l’Ukraine de l’Ouest qui a massivement collaboré avec les nazis et commis des atrocités sans nom, et l’Ukraine de l’Est, russophone, le Donbass, qui a combattu contre les nazis aux côtés de l’union soviétique.
      Le côté fondamentalement russophone du Donbass est attesté par le merveilleux roman de Mikhaïl Cholokov “le Don paisible” qui lui a valu le prix Nobel de littérature.

      • Chère madame, je suis attristé de me voir dire de “mauvaise foi crasse”, car sachez-le je suis de bonne foi.
        Avez-vous l’habitude de traiter de “stupide” d’une “bêtise à pleurer” les gens avec lesquels vous n’êtes pas d’accord ?

        Je ne comprends d’ailleurs pas car je n’ai rien à opposer à votre commentaire globalement très juste. Le Donbass est en effet totalement russophone, mais j’ajouterai que l’ensemble de l’Ukraine est russophone. Sur l’aspect historique ce que vous dites est également très juste, mais c’est de l’histoire ancienne. Nos ancêtres français ont été eux-mêmes tiraillés entre la collaboration pro-nazie et la résistance. Pour autant la France est ensuite resté un pays uni, avec même des alsaciens germanophones.

        Enfin, pour ce qui est du monde israelo-arabo-occidental, je ne sais pas quel est son contour, mais cela semble faire pas mal de monde. Je suis donc ravi que tous ces gens soient d’accord avec moi, et j’espère que cela prouve ma bonne foi et écarte définitivement vos soupçons sur ma bêtise ou ma stupidité.

        • Je ne vois pas ce qui vous permet de penser que je suis une femme? Parce que je suis plus intelligent que vous? Aucune femme, en effet, ne profèrerait les âneries que vous déblatérez. C’est trop marqué à l’aune de la stupidité monolithique. Mais je vous rassure, il y a des hommes intelligents, encore. Ce que je dis n’est pas LGBTQ au goût de vos amis, mais c’est comme ça. Votre comparaison des nazis de Kiev avec les résistants de l’occupation ne manque pas de sel.

          Vous avez raison, le monde israélo-arabo-occidental ne manque pas de ressources.
          Aux USA, Israël contrôle le Congrès à travers un mode de financement qui est tout à fait légal et reconnu, l’AIPAC, et la présidence par des liens affectifs et familiaux. La pression woke aide à déstabiliser ce grand pays qui est en train de perdre son âme.
          Le milliardaire Soros fait la loi. Il a juré de détruire l’Europe. C’est lui qui finance la flotte de navires qui vont chercher les migrants en Libye pour submerger l’Europe. Comme un traître congénital, il jette l’opprobre sur son peuple d’origine, le peuple Hongrois, qui a subi 300 ans d’occupation ottomane et a été le rempart de l’Europe occidentale.
          Vous avez de nombreux amis, comme par exemple le merveilleux régime soudanais qui martyrise et massacre depuis des années les habitants du Darfour.
          Enfin, last but not least, votre agent Zelensky fait du bon boulot en Ukraine et applique sa feuille de route qui est de poursuivre la guerre “jusqu’au dernier Ukrainien”.
          Les “occidentaux” sont sous écrou et sommés d’activer la guéguerre antirusse. Et maintenant la Chine, ça va commencer à bien faire!
          Donc, vous avez beaucoup de ressources, c’est vrai. Beaucoup de gens qui sont d’accord pour faire le plus de mal possible.
          Cependant regardez, par curiosité, une carte du monde.
          Votre merveilleux monde est ultra-minoritaire.
          La réalité, c’est: une fois de plus, la Russie sauvera le monde!

          • Cher monsieur, votre pseudo m’a induit en erreur car je lui trouvais un caractère féminin, mais il est vrai qu’il ne faut pas avoir de préjugés. Veuillez donc m’excuser pour cette méprise.

            Je veux juste vous signaler que vous avez interprété mon propos à l’envers : je comparais les collaborateurs nazis ukrainiens de la seconde guerre mondiale aux collaborateurs pro-nazis français de la même époque et non aux résistants ! (:=). Excusez-moi, là aussi si je n’ai pas été clair.

            Pour le reste (LGBTQ, flottes de navires, Soros, Darfour, Lybie, Chine, Israël, “pression woke”, occupation ottomane, USA, AIPAC, etc.), cela dépasse la cadre de mon commentaire et de mes compétences. Vous répondre nous ferait entrer dans un dialogue de sourds, et risquerai me faire traiter de “stupide déblatérant des âneries”, ce qui n’est ni agréable (pour moi…), ni constructif.

  9. les ouest européens doivent se taire, obéir et aller bosser pour que l’argent rentre dans les caisses de l’état

Publier une réponse