Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique

€uro : un mythe proche de l’explosion

Christian Saint-Étienne, membre du Conseil d’analyse économique, conseiller régional d’Île-de-France et conseiller de Paris du Nouveau Centre, explique pourquoi la zone euro peut exploser :

E "Les écarts de taux d’intérêt sur les dettes publiques s’aggravent. Pour un emprunt à même échéance, si l’Allemagne paie 3 %, certains pays – Grèce, Irlande, Portugal… – paient maintenant 6% ! Tout se passe comme si les marchés financiers avaient déjà commencé à jouer l’éclatement de l’euro. L’élément déclencheur de la crise pourrait aussi venir des États-Unis. Qui décide de la parité euro-dollar ? C’est le Politburo chinois et la Réserve fédérale de New York.Les Chinois, en fonction de leurs objectifs, achètent du dollar ; ils ont acheté de l’euro quand ils ont voulu le faire monter ; quand ils ont baissé cette part dans leurs réserves, l’euro a baissé. Il est quand même hallucinant que cette parité, si importante pour nous, se décide en dehors de l’Europe. Un euro à 1,80 dollar est sans doute supportable quelques mois pour l’Allemagne, il ne l’est pas pour la France qui exploserait en vol, comme l’Italie. La chute du dollar exacerberait donc terriblement les contradictions internes en Europe. Or, si les États-Unis ne sortent pas rapidement de cette crise, compte tenu de leur conflit géostratégique larvé avec une Chine qui affiche des budgets militaires toujours croissants, ils n’hésiteront pas une seconde à provoquer la chute du dollar ; c’est pourquoi je sonne le tocsin ! […]

L’euro n’est pas un bouclier, mais c’est un édredon ; il évite les crises monétaires ou les krachs bancaires comme celui qu’a connu l’Islande. À court terme, ça paye ! […] Les pays qui gagnent en compétitivité le font aux dépens des autres. La moitié de la hausse des excédents de l’Allemagne est réalisée contre la France et l’Italie ; eux ont une politique de désinflation salariale compétitive, ils vendent en France où l’on a au contraire continué à augmenter la dépense publique. Dans le même temps,la France ne vend pas en Allemagne car la demande intérieure y est atone ! Berlin fait pourtant un très mauvais calcul à long terme en affaiblissant ses partenaires et en cassant la dynamique européenne…"

Partager cet article

5 commentaires

  1. une analyse que ne renierait pas Pierre Hillard

  2. Explosion de l’Euro : des débris sur toute l’Europe.Cérémonie oecuménique et cellule psy tout est prévu.Ouf…

  3. l’Euro est la seconde monnaie mondiale en termes d’échanges économiques et de réserves ,derrière le § US .Que ferez vous lorsqu’on en sera sortis ? Avez vous une idée de ce qu’il pourrait advenir dans cette hypothèse ? Argumentez , je vous en prie .

  4. Aaaaah, ça recommence. Quand ça ne marche pas – c’est les allemands! Ce n’était pas peut-être le Super-Jacques Delors qui voulait l’union monétaire et surtout finir avec la D-Mark (et donc avec des dévalorisations du Franc, qui permettait à garder l’équilibre)
    Si les français structurellement depensent plus qu’ils gagnent et si le gouvernement français et le syndicats sont encore moins disciplinés que leurs homologues allemands, ce n’est pas peut-être leur propre responsabilité? Vous n’avez rien à exporter? Et c’est la faute des allemands? C’est union monétaire était un grand erreur. Je l’ai dit dès le début.

  5. Depuis 2001 les exportations de l’Allemagne ont surmonté les importations par $1000.000.000.000. L’Allemagne n’a pas pu profiter de cela. L’argent servait à financer la consommation de l’Espagne, du Portugal, de l’Irlande (et aussi de la France). Comment était encore le commentaire du Figaro sur le contrat de Maastricht? …
    Avec des devises flexibles (ou avec un système du vrai argent = or) cela n’aurait jamais été possible.
    Souffert ont aussi l’Autriche, les Pays-Bas et la Finlande.
    Mais il ne faut pas ce tromper. Sur le long terme ces déséquilibres sont mauvais pour toutes les économies concernées.
    Alors, moi comme allemand je vais voter pour Libertas/MPF.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.