Bannière Salon Beige

Partager cet article

Histoire du christianisme

Une vie intérieure intense est nécessaire à l’homme d’Etat

I-Grande-21460-vient-de-paraitre-salazar.netLes éditions DMM vient de republier la biographie de Salazar, écrite par Jacques Ploncard d'Asac. Salazar fut l'homme d'Etat le plus silencieux d'Europe, alors que la civilisation moderne est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure (Bernanos). Néanmoins, ce livre explique par un certain nombre de citations du Premier ministre du Portugal, sa politique, sa philosophie, sa vision de l'avenir et de la société. 

Salazar était hostile au cinéma de la politique partisane : il se montrait peu. Il travaillait et gouvernait, avec les "Pensées" de Pascal et les "Confessions" de saint Augustin près de lui. Salazar a traversé les soubresauts du XXe siècle, depuis son arrivée en 1926 à sa maladie en 1968 : la guerre civile en Espagne, la seconde guerre mondiale, la guerre froide, la décolonisation… Jusqu'à la fin, Salazar a maintenu le Portugal, son empire, ses traditions, sans un écart, sans hâte, sans courir derrière les honneurs, le mythe du progrès ou de la société de consommation. Philosophe, paysan même selon Gustave Thibon, Salazar a défendu la famille, en en faisant un principe non négociable car pilier de la société :

"Nous ne discutons pas la famille. L'homme naît là, les générations s'y éduquent, là se forme le petit monde d'affections sans lesquelles l'homme peut difficilement vivre. Quand la famille se défait, la maison se défait, le foyer se défait, les liens de parenté se dénouent pour laisser les hommes devant l'Etat, isolés, étrangers, sans attaches et dépouillés moralement de plus de la moitié d'eux-mêmes : le nom se perd, on devient un numéro, la vie sociale prend aussitôt un aspect différent (…). La famille est l'origine nécessaire de la vie, source de richesses morales, stimulant des efforts de l'homme dans la lutte pour la paix de chaque jour."

Alors que les politiciens français sont déjà entrés en campagne pour 2017, rivalisant de petites phrases, de cinéma, de dénonciations, d'idées bien souvent sclérosées ou démagogues, écoutons Salazar expliquer sa façon de gouverner :

"Il y a plusieurs façons de gouverner, dit Salazar à un moment, et la mienne exige la solitude. (…) Une vie intérieure intense est nécessaire à l'homme d'action, dans une tâche d'envergure. C'est dans sa vie intérieure qu'il trouve sa force première et cette persévérance qui conditionne la réussite.

C'est même la vie intérieure qui donne l'inspiration et qui permet de retrouver, après une désillusion ou un échec, l'élan initial. S'il y avait incompatibilité, ou contradiction, entre la vie intérieure et l'action, nous ne pourrions pas comprendre, sur le plan humain, la vie et l'oeuvre de quelques grands saints."

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services

 

Pendant le confinement, le combat ne s'arrête pas.

Le Salon beige a besoin de votre aide pour défendre les principes non négociables!