Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Bientôt, une prélature personnelle pour la FSSPX?

Il aura fallu toute la délicatesse et la rigueur de Benoît XVI, fin connaisseur du dossier de la FSSPX, pour arriver à poser cette éventualité : Une prélature personnelle pour la FSSPX. En effet, réglé le problème du rite en diffusant un motu proprio qui reconnaît un état de fait, la validité de l’ordo de Jean XXIII, et en déduit donc une application plus large, le Saint-Père s’est attelé aux problèmes d’ordre théologique qui contingentaient la FSSPX dans une situation délicate vis à vis de l’Église.
Le travail du Vatican semble abouti et on peut lire ici :

"D’ici
le 28 Juin, la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X fondée par
l’archevêque français Mgr Lefebvre, devra décider s’il y a lieu
d’accepter les cinq conditions proposées par le Vatican pour entrer en
pleine communion avec Rome.

Il y a quelques jours, Mgr Bernard Fellay
s’est entretenu avec le Cardinal Darío Castrillón Hoyos, président de
la commission Ecclesia Dei, qui traite au nom de Benoît XVI les
négociations avec les groupes traditionalistes.
Mgr Fellay, qui
précédemment avait écrit au pape en demandant le retrait de
l’excommunication de Mgr Lefebvre et les quatre nouveaux évêques qu’il
a voulu consacrer sans le consentement du Saint-Siège (dont Mgr Fellay
lui-même), a reçu une lettre avec les cinq points fixés par le cardinal
et pouvoir en discuter au cours du prochain chapitre de la Fraternité,
qui se tiendra ce mois-ci
.
 

Parmi les points que le Saint-Siège a demandé de signer il y aurait, selon les indiscrétions recueillies, l’acceptation de Vatican II et la déclaration de la pleine validité de la forme ordinaire du rit romain. Deux conditions que Mgr
Lefebvre a déjà signées avec celui qui était alors le cardinal Joseph Ratzinger en 1988.

Le Vatican, pour sa part, offrira un cadre traditionnel canonique
semblable à celui de l’Opus Dei, à savoir une "prélature", ce qui
permettrait à la Fraternité de poursuivre ses activités et la formation
de ses séminaristes".

On notera que le terme du 28 juin correspond avec l’ouverture de l’année paulienne. Une main tendue vers nos frères catholiques : Deo gratias. Et prions qu’elle trouve la réponse adaptée.

Lahire

Partager cet article

16 commentaires

  1. Vrai ou faux ????
    D’après votre lien, il s’agit de certaines sources et rumeurs……
    A vérifier: infos ou intox?
    L’important dans ce genre de discutions, est de savoir quels sont précisément les 5 points évoqués, et si la Fraternité est déjà d’accord sur ces 5 points.
    Si non, de quoi parle-t-on et pourquoi?
    De toutes façons la seule chose à faire est de prier, prier encore et prier toujours!
    Les contradicteurs dans les deux camps vont se déchaîner pour faire échouer cette énième tentative!
    Elle finira bien par déboucher, au risque d’un schisme bien plus important, beaucoup d’évêques n’accepteront jamais le retour de ce qu’il pensent être des pestiférés.
    A priori, difficile de concilier les opposés.
    Prions.

  2. 28 juin 2008… 29 août 2005… Fellay… Castrillon Hoyos…
    http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2241823&rubId=4078
    Quid novi ?

  3. Rome est en train de demander à la FSSPX une profession de foi sur les deux points qui ont précisément causé la séparation avec l’autorité du Vatican.
    Or, l’un des objectifs de la FSSPX est de faire accepter à Rome un renoncement au Concile Vatican II et un abandon du nouveau rite.
    C’est pourquoi il ne faut pas attendre grand chose d’un dialogue de sourds.
    [Oui, mais dans ce dialogue de sourds, il y a le Chef de la Sainte Eglise qui tend la main à une brebis égarée et qui persiste… Vous devinez la suite. Lahire]

  4. Prions tous pour que cette merveilleuse perspective se concrétise !

  5. Autant dire proposition impossible : comment la FSSPX pourrait-elle accepter Vatican II aujourd’hui, alors qu’elle le condamne depuis 30 ans ?

  6. Comment vont ils faire pour condamner les “ralliés” mantenant qu’ils vont en être ?

  7. Ce qui est annoncé ici est bien surprenant, quand on vient de lire la dernière lettre de Mgr Fellay… La “messe Bugnini” ne saurait être acceptée, pas plus que l’acceptation courante des textes de Vatican II, dont l’imprécision produit depuis 40 ans les fruits que l’on sait…
    Alors, qui est de “mauvaise foi”? Ce ne peut quand même pas être les thuriféraires de la tolérance religieuse…!

  8. Pourquoi ne pas accepter, puis ne plus en parler ??
    On peut reconnaitre la validité d’une messe sans la célébrer.
    Reconnaître des documents mais ne jamais s’en servir ?
    Serait-ce de l’hypocrisie ?

  9. Il semblerait bien que tout cela soit vrai…! http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=409735
    (pour les dubitatifs… Le salon beige n’a pas pour habitude de relayer des informations fausses…)
    Prions afin que l’Esprit Saint éclaire tous ces prélats !!! Moi je suis impatient que l’Eglise puisse résoudre ce conflit qui dure depuis vraiment trop longtemps. Amis St Pie X, revenez vite, on vous attends dans la pleine communion avec Rome !!!

  10. En réponse à M. Theis: parce que Notre-Seigneur ne nous a pas enseigné le compromis avec la Vérité.

  11. Prions l’Esprit Saint pour qu’Il éclaire les deux côtés, dans la Charité….
    Alors tout deviendra possible !

  12. SVP, est-ce que les Lefebristes pourraient nous dire exactement ce qui cloche dans le Concile Vatican II et qui porterait atteinte à la Vérité ?
    En guise d’argument, je souhaiterais que me soient soumis les textes litigieux de Vatican II (et leurs références) et non des “on-dits”, des vagues suppositions et des rumeurs vaseuses et les interprétations fallacieuses diffusées par les Cathos gauchistes athées depuis 40 ans. Merci…
    Inutile également de sortir le couplet des “mauvaises graines qui donnent de mauvais fruits” que je connais par coeur…

  13. à Lahire,
    Vous parlez de brebis égarée, ça reste à voir.
    [Ah bon ou ça? non, je ne parle pas de brebis égarée. Lahire]
    Si tel était le cas, c’est grâce à la brebis égarée, que Benoît XVI ré-autorise la messe dite de Pie V. Sans lui, cette messe aurait aujourd’hui disparue !
    [Benoît XVI ne doit rien à personne et n’a rien ré-autorisé : la messe Jean XXIII n’a jamais été interdite. Lahire]
    Un pasteur qui suit sa brebis égarée a sans doute compris que son chemin n’était pas le plus mauvais!
    [Un pasteur qui va chercher sa brebis égarée peut aussi savoir qu’elle s’est trompé de route. Votre allégation ne veut rien dire! Lahire]
    Etant un vieux chrétien de très fraîche date je suis sans doute pas au courant de tout, mais je sais que la messe « tradi » n’a jamais été interdite !
    D’ailleurs comment peut on autoriser quelque chose jamais interdit ?
    [Il n’y a pas d’autorisation nouvelle. Bis repetita. Lahire]
    Comment s’explique le fait que des évêques l’aient interdite et l’interdisent encore ?
    Monseigneur Lefebvre a désobéi !
    Est-il le seul ?

  14. 20 ans après, peut-on dire sérieusement que rien n’a changé dans pour justifier “l’État de NÉCESSITÉ” ?..
    La question est importante, car c’est sur cette appréciation que se base toute l’argumentation de nos frères justifiant à leurs yeux la VALIDITÉ de certains sacrements (comme la confession) sans en avoir le pouvoir juridique.
    Si cette nouvelle tentative est rejetée, cela va devenir de plus en plus difficile dans les années à venir de croire à un état de nécessité permanent…

  15. Attention aux désinformations médiatiques !
    [Oui, j’en parlais le 15 juin ici : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2008/06/communion-norma.html Lahire]
    Sur plusieurs sites internet et dans plusieurs journaux, on lit que « Benoît XVI a introduit plusieurs éléments de la liturgie ancienne dans les célébrations qu’il préside ». Ce genre d’affirmation vient de personnes qui ne connaissent rien en liturgie en général et rien à la liturgie actuelle en particulier :
    Où voit-on, en effet, que le pape reprend des éléments de la liturgie ancienne ? Serait-ce l’agenouillement pour recevoir la communion ? Sûrement pas puisque ce geste a toujours fait partie de la liturgie actuelle. Qu’en France il n’ait plus été possible de communier à genoux est un autre problème qui n’a rien à voir avec la liturgie actuelle mais plutôt avec la désobéissance des clercs qui ont enseigné que pour être dans l’ “esprit du Concile”, il ne fallait plus s’agenouiller à la messe. Faut-il rappeler à ceux qui se veulent fidèles à l’enseignement conciliaire que le missel actuel demande aux fidèles de se mettre à genoux durant la consécration ? Où cela se fait-il ? Où cela peut-il se faire ? En peu d’endroits… puisqu’on a presque partout enlevé les agenouilloirs dans les églises, probablement pour laisser davantage de place aux fidèles qui composent nos assemblées de plus en plus réduites. Serait-ce la célébration vers l’Orient ? Relisons le missel actuel pour constater qu’elle n’a jamais été abrogée par Vatican II. Elle fut interdite en France où l’on a partout placé des caisses ou des tables pour célébrer systématiquement la messe “face au peuple”. Serait-ce les beaux ornements (chasubles, aubes, surplis) ? Ils n’ont jamais été supprimés par la restauration liturgique voulue par Vatican II. Mais en France on a préféré généraliser l’emploi d’aubes-djellabas portées sans cordons et qui contribuent à l’enlaidissement de la liturgie. Serait-ce le latin et le grégorien ? Ils n’ont jamais été supprimés par le Concile. Bien au contraire : Vatican II a donné une place de choix à ces deux éléments constitutifs de la liturgie romaine. Mais en France, on a interdit l’usage du latin et du grégorien aussi bien dans les paroisses que dans les séminaires.
    Conclusion : contrairement à ce qui est affirmé dans les médias, Benoît XVI n’introduit aucun élément de la liturgie ancienne dans les célébrations qu’il préside. Il ne fait que nous montrer la distinction que devraient avoir nos messes si ceux qui sont chargés de les célébrer respectaient vraiment ce concile Vatican II qu’ils prétendent connaître et appliquer.

  16. HB a raison d’indiquer que des évêques ont interdit et interdisent encore la messe de toujours.
    [Messe de toujours pour un missel qui date de 1962? Lahire]
    Pourquoi ne sont-ils pas sanctionnés ?
    [Qu’en savez-vous? Le Vatican a t-il des comptes à rendre? Lahire]
    Je pense que dans l’affaire Mgr LEFEBVRE l’episcopat Français en particulier, porte une très lourde responsabilité.
    [Une responsabilité certes. Mais primo, ils ne sont pas les seuls et les principaux. Deuxièmement, on regarde en avant. Ressasser le passé et entendre éternellement les mêmes rengaines ne font pas avancer. en marche avec Saint Paul dès le 28 vers l’unité de l’Eglise! Lahire]

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services