Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Une école catholique doit enseigner la foi

Du père Yannick Bonnet dans L'Homme nouveau :

C "Un établissement de l’enseignement catholique ne devrait pouvoir garder sa qualification de catholique qu’en acceptant comme «clients» que des parents désireux que leurs enfants soient soit catéchisés, soit évangélisés. Il est donc malhonnête de qualifier de «catholique» un établissement qui n’exige pas des familles l’engagement de leurs enfants dans la voie d’une fervente évangélisation et, pour une petite minorité, celle d’une réelle formation catholique. […]

Je suis, pour ma part, convaincu qu’il serait possible de prouver le mouvement en marchant et de choisir dans chaque diocèse un premier établissement où l’on ferait le choix d’imposer une catéchèse solide aux uns et une fervente évangélisation aux autres […]. Je suis convaincu également qu’il existe, notamment dans la génération, appelée souvent génération Jean-Paul II ou JMJ, des enseignants, hommes et femmes, qui adhéreraient à un tel projet. Des pays autres que la France commencent à se rallier à de telles solutions. La Fille aînée de l’Église sera-t-elle la dernière à tourner le dos à toutes les sottises soixante- huitardes et à toutes les modes malfaisantes qui ont été instaurées à l’époque ? Dieu veuille que ce ne soit pas le cas."

Partager cet article

9 commentaires

  1. Je suis enseignant et c’est vrai que je serais intéressé pour travailler dans une véritable école catholique, où il serait possible d’enseigner la foi, mais aussi l’Histoire chrétienne de la France, et la littérature chrétienne, la vie des saints,…
    Par contre, je pense que les écoles catholiques telles qu’elles existent aujourd’hui continueraient à avoir leur place car il y existe tout de même une possibilité de catéchèse et de rencontre entre catholiques et non-catholiques.

  2. Justement, voici le lien vers le site Essonne Catholique avec la désagréble expérience de parents qui pensaient mettre leurs enfants dans une école catholique !! :
    http://essonnecatholique.over-blog.com/article-que-penser-des-ecoles-catholique-60432005.html

  3. Exactenent !
    Beaucoup trop de prêtres pratiquent : la “tolérance” , l’ouverture et oublient le devoir d’évangélisation .

  4. Paroles admirables, mais je doute qu’elles plaisent à Monsieur Delabare. Madame Cofigner peut être heureuse d’avoir raison. Quant à moi je rage de ne pouvoir consulter le Salon Beige depuis mon établissement soi disant catholique.

  5. “Un établissement de l’enseignement catholique ne devrait pouvoir garder sa qualification de catholique qu’en acceptant comme «clients» que des parents désireux que leurs enfants soient soit catéchisés, soit évangélisés.
    Oui, je suis d’accord, mais quid des enseignants?
    Quand les enseignants ne sont pas recruté sur ce mode de pensée il est impensable de demander aux parents de s’engager.
    Un directeur d’une école catholique me disait il y a un an qu’il était important que les parents soutienne les écoles catholique de leur diocèse.
    Je lui ai répondu qu’il fallait d’abord qu’il engage des profs catholique et désireux d’enseigner ce que propose l’Église.
    Et tant que ce ne serait pas le cas les familles qui en avaient les moyens mettraient leurs enfants dans des écoles hors contrat et ne soutiendraient pas ces écoles soit disant catholiques.
    Alors oui il faut désigner des écoles avec un corps professoral engagé….
    Mais aujourd’hui, ce n’est possible que dans le hors contrat à quelques rares exception.

  6. C’est dommage qu’il ne soit pas évêque, le père Bonnet !
    Je te le mettrais dans un de ces diocèses où ce sont encore quelques soixante-huitards attardés, prêtres et laïques, qui font la loi !
    Ils ne riraient pas bien longtemps…et l’espoir renaîtrait enfin

  7. Une école catholique dans une des villes les plus huppées des Yvelines. La quasi totalité des surveillants sont tous musulmans.
    Pendant l’étude (mon fils collégien va à l’étude le soir), les surveillants lisent le Coran et le commentent aux élèves. Outre qu’ils gênent le travail des élèves, ils prêchent et essayent de convertir les élèves en leur expliquant que l’islam est magnifique et vaincra la Chrétienté qui agonise. Dans une école catholique sous contrat ! A qui l’on confie nos enfants pour être catéchisés ! Scandale !
    Je m’en suis plains à la directrice qui m’a rétorqué que j’étais intolérant ! Mon sang n’a fait qu’un tour, j’ai failli la gifler.
    D’autres parents ont relevé le même problème mais n’osent témoigner de peur de mettre leur enfant en difficultés.
    Mon fils ne va plus à l’étude, il rentre comme un grand à la maison le soir. Je vais également me plaindre à l’évêché. L’année prochaine, je le change pour école catholique hors contrat à côté de chez nous. Quitte à payer, autant payer pour une école vraiment catholique.
    Fidèle lecteur de votre blog, je serais très intéressé de savoir si d’autres parents ont vécu la même chose. Pouvez-vous relayez mon message ?

  8. Bonjour,
    j’ai la chance d’avoir des enfants scolarisés dans une école sous-contrat en zone rurale, qui reste assez authentiquement catholique, grâce essentiellement au chef d’établissement et aux enseignants qui sont investis à 99% dans la pastorale.
    Cependant tout cela est fragile : la contradiction vient de certains parents d’élèves “français de souche”, qui estiment que les activités religieuses devraient être facultatives au nom de la laîcité et revendique le droit de faire dispenser leur enfants de la présence aux célébrations.
    Il est évident que si le chef d’établissement lâche la dessus, en peu d’années l’école n’a plus rien de catholique ( et notamment que les quelques familles musulmanes, qui ne revendiquent pas ces dispenses, demanderont à en profiter, etc..) . Le chef d’établissement à un vrai pouvoir, mais il doit se sentir soutenu par les familles catholiques.
    tout n’est pas parfait cependant, on échappe pas dans ces écoles à la tentation permanente de remplacer les contenus de la foi par des contenus consensuels qui ne facheront personnes…c’est à nous parents d’être vigilants, et en groupe.
    Que dire enfin du thème de cette année de la réflexion annuelle nationale “inter-école” de l’enseignement privé catholique, je cite “COMMENT LUTTER CONTRE LES INEGALITES ? “.
    Pas de pourquoi, pas de distinction entre inégalités et injustice : un tel thème aurait pû être à l’ordre du jour d’une reflexion de section au Cambodge sous Pol Pot ! On en est encore là…

  9. @Zigfrid :
    pour répondre à votre demande, allez du côté des écoles de la Tradition qui font un travai formidable. Vous y trouverez ce que vous cherchez : Messes, catéchismes à tous les ages, théologie morale, histoire de l’Eglise, prières matin-midi-soir, crucifix dans le salles, prêtres dévoués et savants, enseignements de haut niveau, sélection, reconnaissance, promotion.
    Ces écoles ne manquent pas dans l’ouest parisien où il fait (encore) bon vivre.
    Mais permettez-moi de vous rassurer. De l’altérité naît l’identité et il dépend d’abord et ESSENTIELLEMENT de vous, de votre famille, de protéger culturellement vos enfants de l’islam en démasquant le pseudo prophète, sanguinaire et pédophile.
    Bonne chance!

Publier une réponse