Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Une critique du Forum des Républicains Sociaux

Lu dans Regnat (on peut s’y abonner en écrivant à Regnat) cette réflexion à propos du réalisme en politique :

"Une autre entrave à la saine vision des choses telles qu’elles sont […] est la méthode qui consiste à mettre en avant un(e) catholique d’apparence plus authentique, qui pourra séduire un électorat plutôt réfractaire au désordre moral […] Exemple pratique : qui ne connaît Christine Boutin, pasionaria pro-life et anti-PACS, consulteur du Conseil pontifical pour la famille […] Cependant, puisque nous ne sommes pas des mouches, nous allons vérifier la composition du miel si appétissant qu’on prétend nous faire avaler.

Cb On trouve sur le site Internet du mouvement qu’elle préside, le Forum des républicains sociaux, un document fort intéressant, mais peut-être pas assez lu : la plateforme présidentielle du FRS. La deuxième partie […] est intitulée Remettre l’homme au coeur des décisions politiques et porte en sous-titre : Projet de société du FRS. […] Pour nous faire une idée de la société boutinienne, il suffira de porter notre attention au chapitre III, «Renforcer nos repères», où l’on trouve une section «Garantir la laïcité et la liberté religieuse» (p. 14) […]

À l’instar d’un grand nombre de politiciens de tous bords, les auteurs de ce texte se sont sentis obligés de manifester beaucoup d’intérêt à l’islam, au point d’accumuler un nombre assez impressionnant d’absurdités sur deux tiers de page.

  1. «S’opposer à ce que la loi religieuse prime sur les lois de la république», n’est-ce pas ériger un athéisme d’État et contredire le principe selon lequel «il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes» ?
  2. Depuis quand la «séparation du Politique et du Religieux» est-elle le « corollaire » du «fondement judéo-chrétien de la civilisation européenne» ?! Toute l’histoire de la Chrétienté semble bien plutôt attester le contraire et, s’adressant tout particulièrement au clergé et au peuple français, saint Pie X affirmait : «Qu’il faille séparer l’État de l’Église, c’est une thèse absolument fausse, une très pernicieuse erreur
  3. Le «principe de la liberté religieuse» tel qu’il est présenté ici aboutit au relativisme le plus total et à la légitimation de n’importe quelle secte. Les Pères du dernier Concile oecuménique, dans cette fameuse déclaration que la plupart de ses laudateurs et critiques n’ont jamais lue, avaient bien pris soin de circonscrire l’exercice de la liberté religieuse : «dans de justes limites, […] dès lors que demeure sauf un ordre public juste», «dès lors que l’ordre public juste est sauvegardé», «dès lors […] que les justes exigences de l’ordre public ne sont pas violées», «son usage est […] soumis à certaines règles qui le tempèrent», etc.
  4. «Mettre toutes les religions sur un pied d’égalité», même s’il ne s’agit que du «financement de leurs lieux de culte», c’est encore du relativisme : le financement d’une église dédiée au vrai culte du vrai Dieu n’aurait donc pas plus de légitimité que le financement d’une pagode ou d’une mosquée ? L’Église enseigne pourtant que «traiter de la même manière les différentes religions n’est permis ni aux individus ni aux sociétés»…
  5. «Favoriser l’émergence d’une conception de l’islam compatible avec la laïcité», en admettant que cela soit possible, c’est quand même favoriser l’émergence de l’islam. Curieux projet de société prôné par une catholique ! Et plutôt contradictoire avec le principe de laïcité énoncé plus haut : est-ce une tâche de l’État laïc de favoriser l’émergence de telle ou telle conception religieuse ?!
  6. Quant au «rôle universel» de la France, est-ce vraiment celui de «porteuse des Lumières» révolutionnaires, maçonniques et anticléricales qui ont mis l’Europe chrétienne à feu et à sang, ou celui de «fille aînée de l’Église», propagatrice zélée de l’Évangile du salut ?
  7. Croit-on vraiment pouvoir «intégrer les musulmans vivant en France» en développant «l’intérêt constructif porté à leur religion» ? Ne faudrait-il pas plutôt les délivrer des ténèbres du mahométisme en suscitant leur intérêt pour la seule vraie religion du seul vrai Dieu ?
  8. Enfin, au lieu de «créer une université française de théologie musulmane», même si c’est pour y accueillir des «penseurs critiques de l’islam», ne conviendrait-il pas de commencer par réintroduire des facultés de théologie catholique dans l’université pour y former les étudiants chrétiens ?

[…] Que sert à madame Boutin de défendre la vie si c’est pour faire de la France une terre d’islam ?"

Michel Janva

Partager cet article

7 commentaires

  1. Certains essaient désespérément de faire passer l’expression “judéo-chrétienne” dans le vocabulaire courant, on comprend aisément pourquoi.
    Mais alors à quand les “ronds-carrés” ou les “communistes-intelligents” aussi ?

  2. “S’opposer à ce que la loi religieuse prime sur les lois de la république” :
    ce n’est pas possible car Dieu est à l’origine de l’Homme, qu’on soit d’accord ou pas.
    Cette Dame (chrétienne ?) ignore que dans l’ordre chrétien, le Temporel est soumis au Spirituel, elle devrait étudier la doctrine sociale de l’Eglise.
    Lorsque le temporel est le “bras” du spirituel tout est en ordre !

  3. C’est compensatoire: elle a tellement peur d’être raciste qu’elle est prête à souscrire à toute félonie.
    Or le Pape aux Bernardins nous a demandé d’être sûrs de nos convictions. Et si ce n’était le Pape, j’ajouterais qu’il nous a dit, en gros, de ne pas nous “coucher” devant les représentants des autres religions ou courants de pensée.
    Que Christine Boutin qui a des oreilles entende! 😉

  4. Pas d’accord du tout avec “Regnat”. Seul le mot “séparation” me semble un peu fort, mais justifiable. Il vaut mieux la séparation que la tutelle de l’Eglise par l’Etat (ou la tentative de)
    Il serait bon de donner les références de la citation de saint Pie X.
    Le programme du Forum des républicains sociaux est parfaitement orthodoxe et “Regnat” se fait une fausse idée du règne du Christ.
    [S. PIE X, encyclique Vehementer nos, 11 février 1906.
    Benoît XVI à l’Elysée ne parle pas de séparation, mais de distinction. La nuance a toujours été de taille.
    “Il est en effet fondamental, d’une part, d’insister sur la distinction entre le politique et le religieux, afin de garantir aussi bien la liberté religieuse des citoyens que la responsabilité de l’État envers eux, et d’autre part, de prendre une conscience plus claire de la fonction irremplaçable de la religion pour la formation des consciences et de la contribution qu’elle peut apporter, avec d’autres instances, à la création d’un consensus éthique fondamental dans la société.”
    MJ]

  5. Je concède volontiers que le mot de “séparation” est excessif. “Distinction” est meilleur. Il nous faut cependant interprêter en bien les propos des autres (Exercices de saint Ignace) et leur donner autant que possible un sens orthodoxe. On ne peut juger en mal un texte, par ailleurs excellent, sur un mot.
    L’Etat doit évidemment tenir compte de la religion. La religion catholique prône un consensus qui doit s’établir, pour tous les croyants de quelque confession ou non confession qu’ils soient, sur le droit naturel.
    L’Etat doit protéger et encourager l’Eglise qui forme les consciences.
    Mais ne peut sur ce point se substituer à l’Eglise :
    “Ne faudrait-il pas plutôt les délivrer des ténèbres du mahométisme en suscitant leur intérêt pour la seule vraie religion du seul vrai Dieu ?” Ca, c’est le rôle de l’Eglise, qui est maîtresse de sa politique, l’Etat doit seulement appliquer et faire appliquer les droits et devoirs de l’homme.
    Attention ici “Regnat”, veut substituer l’Etat à l’Eglise, ce qui est un régime pire que celui de la séparation, un régime evidemment contraire à la distinction de l’Eglise, de la religion, et de l’Etat.
    [L’Etat ne peut pas se substituer à l’Eglise, bien entendu. Mais il a quand même un rôle à jouer. Quand on lit les derniers discours de Benoît XVI, on voit qu’il indique clairement que
    – la culture de la France est chrétienne
    – l’Etat doit exister par la culture, promouvoir cette culture et la vivre au quotidien.
    MJ]

  6. De toute façon Boutin n’est pas une catholique en politique : voir sa loi socialiste pour le “logement opposable” (sic). Ensuite il faut l’écouter sur l’émission de Ruquier avec Zemmour (sur dailymotion) : Boutin s’excuse de ce qu’elle est censée incarner. Elle avoue qu’il est impossible de revenir sur la loi Veil et qu’il faut respecter les pédérastes car ils sont respectables…
    Je ne dis pas qu’il faut manquer de respect envers les invertis mais eux respectent-ils la loi naturelle, leur Créateur ? L’homosexualité n’a droit a aucun respect. Pour la loi Veil, l’accepter en dit long sur la volonté de défendre la vie.
    Bref, Boutin comme le FRS, c’est de la farce !

  7. “distinction, sans confusion ni séparation” écrivait le concile de Chalcédoine à propos des deux natures du Christ. C’est une ligne de crête que les catholiques doivent souvent tenir.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services