Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre

Une athlète dénonce l’imposture des “transgenres”

Une athlète dénonce l’imposture des “transgenres”

Madison Kenyon est une athlète de l’université d’État de l’Idaho et elle en a assez qu’elle-même et d’autres femmes perdent des événements sportifs féminins au profit de femmes transgenres (c’est-à-dire des hommes biologiques qui s’identifient comme des femmes). Elle a donc décidé de dénoncer courageusement l’injustice de la situation. Dans un article intitulé “Les femmes peuvent battre les chances, mais nous ne pouvons pas battre la biologie. Gardez les hommes hors des sports féminin”, paru dans Fox News le 11 janvier 2022, Kenyon a déclaré :

“Pour toute femme qui s’oppose à cela [avoir des hommes biologiques qui concourent dans les compétitions sportives féminines], il est clair que de nombreuses figures d’autorité – entraîneurs, administrateurs, responsables sportifs, élus et même le Comité Olympique lui-même – ne se contenteront pas de les harceler mais refuseront de respecter leurs besoins et leur identité. Je sais à quel point c’est frustrant. Je participe à des compétitions depuis trois ans en tant qu’athlète d’athlétisme à l’université d’État de l’Idaho, où j’ai perdu cinq fois des compétitions contre un homme qui avait choisi de s’identifier comme une femme.”

Cette situation est manifestement injuste pour les femmes et annule tous les efforts qu’elles déploient pour concourir. Kenyon écrit :

“Toute athlète féminine peut vous dire à quel point c’est frustrant [perdre face à une femme transgenre]. Être un athlète de compétition, c’est bien plus que de se présenter à la course, ou même de faire toutes les séances d’entraînement et de pratique. Il s’agit de tout ce à quoi vous renoncez pour votre sport – le fait de vous lever tôt tous les jours, les fêtes que vous sautez parce que vous ne pouvez pas rester dehors aussi tard, les événements familiaux et scolaires auxquels vous ne pouvez pas assister parce que vous êtes en compétition ou que vous travaillez avec l’équipe. Tout cela semble piétiné par ce coureur masculin qui vous précède… Pensez à toutes les femmes qui concourent… à leurs années combinées d’entraînement, de sacrifice et d’abnégation – tout cela s’est envolé au moment où l’athlète masculin a franchi le seuil du couloir suivant.”

Tragiquement, les athlètes féminines sont obligées de garder le silence sur cette injustice :

“Mes collègues athlètes féminines et moi-même ne sommes pas censées remarquer que, tout à coup, nous courons contre des personnes qui ne sont pas comme nous – qui sont naturellement plus fortes et plus rapides, qui gagnent soudainement tous les prix pour lesquels nous avons travaillé si dur, et qui ont maintenant accès à toutes les bourses et à la reconnaissance sportive que nous avons légitimement gagnées. Nous sommes censés sourire, applaudir et prétendre que nous sommes tous très heureux de cette situation, que nous n’avons rien contre le fait de voir nos années d’efforts et nos rêves de toute une vie partir en fumée, et que cela ne nous dérange pas de nier la réalité tant que cela plaît à la foule en délire et que notre école est à l’abri d’un procès.”

Kenyon fait alors une excellente remarque. Si l’”identité” l’emporte sur la réalité, pourquoi devrions-nous arrêter un homme de 230 livres, boxeur poids lourd qui s’identifie comme un poids mouche (pesant moins de 112 livres) de concourir dans la division des poids mouche ? Selon la culture woke, il n’y a pas d’argument contre cela :

En tant qu’athlète et étudiant en biologie, je trouve fascinant que les mêmes autorités sportives qui trouveraient fou de mettre un boxeur poids lourd sur le ring avec un poids mouche – juste parce que le premier gars “s’identifie comme un poids mouche” cette semaine – pensent qu’il est parfaitement naturel de mettre un homme sur la piste de course ou le terrain de football à côté d’une femme et de déclarer que c’est “juste””.

Le résultat final de tout cela, écrit Kenyon, est l’élimination des sports féminins :

“Cela réduit la compétition sportive à deux catégories : masculine et mixte. Les femmes n’ont plus aucune chance non seulement de gagner, mais même de participer équitablement à des compétitions sportives.”

Kenyon conclut son article par des mots forts qui relevaient du bon sens il y a encore une minute :

“Nous [les femmes] pouvons vaincre l’épuisement, la frustration, même une équipe difficile. Nous pouvons battre le temps. Nous pouvons vaincre des obstacles plutôt difficiles à surmonter. Mais en fin de compte, nous ne pouvons pas battre la biologie – ou les responsables plus soucieux de plaire à la culture woke que de ‘respecter nos besoins et nos identités’.”

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services