Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Une “année de Gaulle” pour diviser les Français ?

Une “année de Gaulle” pour diviser les Français ?

Inaugurée par Emmanuel Macron dimanche dernier, l’« année de Gaulle » se propose de faire l’unité des français autour de la figure du Général. Le Père Danziec se montre sceptique :

Pour l’exécutif, les planètes étaient alignées. Toutes les cases pouvaient être cochées. Un anniversaire à célébrer. Une figure fédératrice à honorer. Un message pour rassembler. Il n’y avait qu’une occasion à saisir. Avec piété pour le passé hexagonal, et avec courage face aux éventuels récalcitrants futurs. Indubitablement, comme elle aurait été belle cette “Année Jeanne d’Arc” lancée par le Président de la République à Orléans, lors de fêtes johanniques déconfinées et décomplexées !

Au même endroit déjà, en 2016, Emmanuel Macron, alors qu’il n’était que simple ministre de l’économie de François Hollande, n’avait-il pas prononcé un discours significatif, parsemé d’allusions à sa propre trajectoire de dissident en herbe ? « Elle était un rêve fou, elle s’impose comme une évidence. […] Jeanne fend le système ! » expliquait alors le jeune fondateur d’En Marche.

Pourtant, plutôt que de célébrer le centenaire de l’instauration de « la fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme », adoptée à l’unanimité par la Chambre des députés et le Sénat le 10 juillet 1920 (quelques semaines après la canonisation de Jeanne d’Arc par l’Eglise Catholique), Emmanuel Macron a préféré se déplacer dimanche dernier dans l’Aisne. Destination : les inconnues communes de Dizy-le-Gros et La-Ville-aux-Bois-les-Dizy pour célébrer le 80ème anniversaire de la non moins méconnue bataille de Montcornet. Lors de sa prise de parole, le Président de la République n’eut de cesse de vanter cet art d’être Français, « cet esprit français farouchement libre et fier, déterminé et inébranlable, qui jamais ne meurt, même quand le pays est vaincu. L’esprit français qui toujours permet au peuple de France de se redresser et de reprendre la grande marche de son destin ». On ne s’y saurait mieux pris pour résumer l’esprit de la pucelle d’Orléans. Hélas, il ne s’agissait point d’elle. Par cette formule, Emmanuel Macron détailla dans son discours qui il entendait célébrer : les soldats de l’An 2, les grognards de Napoléon, les poilus de Verdun, les exploits des commandos Kieffer. Comme si le catalogue héroïque de la France était resté vierge jusqu’à la prise de la Bastille. Car de Tolbiac, de Bouvines ou de Marignan, il n’y aura point d’évocations. Ces heures de bravoures militaires resteront inconnues du répertoire historique présidentiel. Ennuyeux.

De Gaulle, un chef d’Etat ferment d’unité ?

Mais quel était précisément l’objectif élyséen d’une telle commémoration ? Ni plus ni moins de lancer une “Année de Gaulle” en saluant « l’esprit de résistance et le refus de la résignation » en référence au général qui participa à la bataille de Montcornet. Une “Année de Gaulle” avec comme points d’orgue le 130ème anniversaire de sa naissance, le 80ème anniversaire de l’appel du 18 juin et le 50ème anniversaire de sa disparition. S’il est entendu que le général de Gaulle représente une part non négligeable de l’Histoire récente de la France, il est permis de s’interroger sur l’opportunité d’un tel choix au bénéfice de l’unité des Français. En militaire, il fut résistant. En politique, il fut résilient. En fondateur de la Vème République, il fut audacieux. L’homme avait certes l’envergure du chef d’Etat, et sans aucun doute la médiocrité du personnel politique contemporain participe à le mettre en valeur aujourd’hui. Mais représente-t-il l’image de la cohésion nationale aussi lisse qu’on voudrait nous le faire entendre ? Alors que suite au pacte germano-soviétique, le radical-socialiste Daladier avait déchu de leur mandat les députés du Parti Communiste français en 1939, c’est avec le général de Gaulle qu’ils reviendront au gouvernement après la guerre. Le passage du « je vous ai compris » à l’abandon de l’Algérie, et des harkis en particulier, indigna de nombreux Français et les fractura en profondeur. Et ce ne fut pas la chienlit de mai 1968 qui redora le blason de l’unité nationale. Au-delà de ces volte-face qui purent jeter un discrédit majeur sur la parole politique, les années de Gaulle, il faut le dire aussi, ce fut encore le développement de la technocratie, le plan des “villes nouvelles” avec Delouvrier, le recours aux intrants chimiques, le remembrement des terres, l’avènement de la culture matérialiste. De Gaulle fut à l’évidence un personnage, un personnage hors du commun dans une période de l’Histoire extraordinaire, mais un personnage clivant.

Et Jeanne d’Arc ? N’était-elle pas la mieux à même pour rassembler les périphéries, les classes moyennes, la France des Gilets Jaunes avec un pouvoir aux abois ? Figure héroïque de la résistance, la petite bergère de Domrémy a déjà réussi le miracle d’unir autour d’elle socialistes, républicains, monarchistes, laïcs et catholiques. Elle n’est sûrement pas à un miracle près. Fondamentalement si Anouilh, Michelet ou Péguy ont chanté ses louanges, c’est parce que la figure de Jeanne ne ment pas. Elle ne souffre pas d’ombre au tableau. Point de Machiavel en elle, ni de barbouzes à son service. Ses deux années offertes à son pays ont fait d’elle une martyre. L’Histoire a fait d’elle une icône. Une mystique engagée non dans le cloître, mais dans les événements complexes d’une guerre centenaire. Une jeune femme de 19 ans qui s’assume et qui reprend ses compagnons d’armes lorsqu’ils jurent sans tomber dans le piège du féminisme étriqué. Une humble paysanne ne sachant ni lire ni écrire, mais qui fait face à un parterre de commissaires ecclésiastiques, soumis aux puissances étrangères, avec l’assurance d’un bon sens qui ne trompe pas. Lors de son procès, l’un d’eux lui demande sournoisement : « Dieu aime-t-il les Anglais ? ». « Oui, mais chez eux ! » répondra-t-elle.

Lorsqu’on y réfléchit, une “année Jeanne d’Arc” n’aurait pas été seulement préférable à une “année de Gaulle”. Parce que l’héroïne nationale et la sainte de la patrie nous enseigne, qu’au milieu des réalités les plus dramatiques, l’espérance reste possible, elle aurait été nécessaire. Et merveilleusement profitable.

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services