Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Culture de mort : Idéologie du genre / Institutions internationales

Un traité des Nations Unies veut rendre criminel l’enseignement de l’Église

Un traité des Nations Unies veut rendre criminel l’enseignement de l’Église

Selon C-Fam, organisation pro-famille présente à l’ONU :

La semaine dernière, j’ai alerté sur les négociations en cours aux Nations Unies en vue d’un nouveau traité juridiquement contraignant qui transformera des enseignements de l’Église en crimes contre l’humanité.

Certains de ceux qui m’ont écrit étaient incrédules. Comment cela pouvait-il être possible ?

Voici comment.

Les États membres des Nations Unies sont en train de négocier un nouveau traité juridiquement contraignant sur les « crimes contre l’humanité ». Ces derniers sont généralement considérés comme des crimes qui blessent toute l’humanité, comme le génocide des Juifs par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le nouveau traité pourrait bien comprendre les éléments suivants :

« Orientation sexuelle et identité de genre »

Et

« Grossesse forcée »

Sachez que nous sommes contre toute discrimination injuste contre ceux qui sont attirés par les personnes du même sexe. Cependant, nous ne pouvons soutenir l’idée selon laquelle s’opposer à « l’orientation sexuelle et à l’identité de genre » serait un nouveau « crime contre l’humanité ». Cela incriminerait l’enseignement de l’Église.

Nous nous sommes trouvés affrontés à la « grossesse forcée » lors de la création de la Cour Pénale Internationale, il y a vingt ans. Entre les mains de la gauche, « grossesse forcée » est une expression signifiant qu’une femme ne peut avoir recours à l’avortement.

En travaillant avec les États membres des Nations Unies il y a vingt ans, nous l’avions fait définir comme le viol répété d’une femme ayant pour objectif de modifier le profil démographique d’un pays, autrement dit, retenir une femme prisonnière jusqu’à l’accouchement.

Mais la gauche revient à la charge et veut inclure la « grossesse forcée » dans le nouveau traité mais sans définition, de manière qu’elle puisse la définir plus tard contre les enfants à naître.

C’est ainsi que le nouveau traité va rendre criminels les enseignements de l’Église.”

Partager cet article

4 commentaires

  1. La grossesse forcée, ça peut aussi être la GPA : “Grossesse Pour Argent” que les femmes pauvres seront contraintes d’accepter pour se nourrir.

  2. Voilà comment, au bout du bout d’un très long processus, la Révolution, c’est à dire la Synagogue, parvient à ses fins ultimes autrement que par la persécution pure et simple des débuts qui avait alors échoué, puisque l’Eglise en était sortie renforcée.
    Mais deux siècles après, l’Eglise institutionnelle s’étant pour une très large part ralliée aux postulats et différents avatars doctrinaux de ses pires ennemis, on voit mal comment elle pourrait s’opposer à une énième trahison de ce type : la conséquence est qu’une fois encore, elle devra changer la doctrine ou disparaître…

  3. “civilisation judéo-chrétienne” : non, helléno-chrétienne ; le judaïsme est la négation du christianisme puisqu’il ne reconnait pas le Christ : il faut en finir avec cette arnaque qui ne sert qu’à justifier une mise sous tutelle de la part de gens qui ne veulent pas notre bien, loin de là ;
    “donc nous, de notre côté, n’ayons pas peur de prendre les mesures nécessaires pour faire en sorte qu’ils ne puissent plus commettre leurs crimes !” Euh, oui, mais quels instruments de souveraineté, à la fois de nature spirituelle (Eglise) et temporelle (Etat) nous reste-t-il pour parvenir à cet objectif ? Aucun, sauf à tourner en rond comme un écureuil en cage !

  4. blanc, chrétien, voilà les deux tares que les bobos socialistes et mondialistes veulent éradiquer!
    ne l’oubliez pas aux prochaines élections

Publier une réponse