Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Eugénisme

Un tendance bien réelle vers l’eugénisme

Le Vatican a inauguré cette semaine un congrès intitulé "les nouvelles frontières de la génétique et le risque de l'eugénisme". Le président de l'Académie pontificale pour la vie a prononcé le discours d'introduction. Extraits commentés par Zenit :

Il n'est pas « de la responsabilité exclusive du scientifique
d'établir les critères qui permettent » de définir le caractère
« licite » des expérimentations qu'il accomplit
, a affirmé Mgr
Fisichella. « Si, d'une part, il est appelé à vérifier les possibilités
techniques qu'il utilise, il ne peut d'autre part rester neutre
vis-à-vis des expérimentations qu'il accomplit ». « Il doit toujours
être conscient que tout ce qui est scientifiquement et techniquement
possible n'est pas également licite ».  

Pour le président de
l'Académie pour la vie, « le scientifique ne peut donc pas être seul à
tracer la frontière entre ce qui est licite
 » ou ce qui ne l'est pas
dans ses expérimentations. « Il a besoin, il doit ressentir le besoin
de se confronter aux autres » disciplines scientifiques pour « vérifier
les limites et l'objectivité de la demande éthique soutenue ». 

« Nous
serons toujours des défenseurs de la science dans son aspiration
légitime à enquêter sur l'immense mystère de la création
 », a poursuivi
le prélat. « Et nous devrons toujours avoir une attention particulière
pour ceux qui mettent leur intelligence au service du progrès et du
développement à travers différentes technologies qui permettent
d'entrer dans les méandres de la création pour aboutir à une solution
qui permet de vivre toujours mieux dans un environnement au service de
l'homme ».  

Il a toutefois précisé que « le risque d'une
dérive de la génétique n'est pas seulement un rappel théorique » mais
« appartient malheureusement à une mentalité qui tend lentement mais
inexorablement à se répandre ». « Comme cela arrive souvent, un subtil
formalisme linguistique, uni à une bonne publicité soutenue par de
grands intérêts économiques, fait perdre de vue les dangers véritables
et tend à créer une mentalité qui n'est plus en mesure de reconnaître
le mal objectif présent dans certaines formes d'expérimentation ni de
réussir à formuler un jugement éthique correspondant
 ». 

Ainsi,
l'eugénisme pourrait « réapparaître dans la pratique en toute bonne
conscience », se cachant « sous le masque du visage consolant de celui
qui voudrait améliorer physiquement l'espèce humaine
 », a mis en garde
Mgr Fisichella. « Dans tous les cas, cette mentalité réductive (…)
tend à considérer qu'il y a des personnes qui ont moins de valeurs que
d'autres
 ». 

« Ce qui compte pour nous, c'est de maintenir
l'attention sur le principe fondamental de l'inviolabilité de la
personne, de l'indisponibilité de son existence parce qu'elle est fruit
d'un don dont elle dépend
 », a-t-il affirmé. « Face à une vision
souvent réductrice de la personne et de sa dignité, face à des formes
anthropologiques qui créent des divisions et des dualismes qui en
minent l'intégrité et en humilie donc la dignité, il est urgent et
important d'entendre la voix de l'Eglise réaffirmer l'enseignement de
toujours
 ».

« L'homme est redevable de sa vie », a-t-il conclu.

Lahire

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services