Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Un sondage chasse l’autre

Lu dans Présent :

"Il y a huit jours, un sondage IFOP publié par Le Figaro, quotidien sarkozyste s’il en est, nous affirmait que 80 % des Français (voir Présent du 10 août) approuvaient les propositions de fermeté postulées par le chef de l’Etat dans son discours de Grenoble du 30 juillet. Ils approuvaient sa constatation que la délinquance était « la conséquence de cinquante années d’immigration insuffisamment régulée, qui ont abouti à un échec de l’intégration ». Ils approuvaient tout aussi massivement la mesure visant à déchoir de sa nationalité française « une personne d’origine étrangère ayant porté atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme ».

Las ! Cette semaine, sur le même sujet, un sondage CSA publié par Marianne (hebdomadaire de centre gauche notoirement anti-sarkozyste) nous indique au contraire qu’une grosse majorité de Français désapprouvent la diatribe grenobloise du chef de l’Etat.

Alors quoi ? Les sondages seraient à la tête des clients ou plutôt selon la sensibilité politique de ces derniers ? Comme certains mauvais esprits les en soupçonnent du reste depuis longtemps. Pour obtenir les réponses souhaitées il s’agit avant tout de bien orienter les questions posées dans le sens voulu. De proposer les questions adéquates aux réponses souhaitées. En somme, les sondages, sous prétexte de la refléter, contribue surtout à former l’opinion et à l’orienter. […]

Cela étant dit, quand on les regarde de près, ces sondages sont moins contradictoires qu’il n’y paraît à premier abord. Les sondés de l’IOP (Figaro), qu’ils soient de droite ou de gauche, plébiscitaient le discours tenu par Nicolas Sarkozy. Le discours. Pas le bonhomme. Huit jours après les sondés du CSA nous disent, eux, pas tant leur désapprobation que leur scepticisme. Et ils ont de bonnes raisons d’être sceptiques. La politique conduite en France au cours des huit dernières années, jugent-ils, a été « plutôt inefficace ». Que ce soit en matière de violence urbaine, d’atteintes aux biens et aux personnes, voire de délinquance en col blanc, ces sondés trouvent l’action de Nicolas Sarkozy aussi vaine que décevante. Parmi ceux qui établissent ce constat – difficile d’en faire un autre – figure d’ailleurs une majorité d’électeurs de droite.

En gros, si les Français approuvent les mesures annoncées à coups de poing sur la table par Nicolas Sarkozy, ils ne comptent surtout pas sur ce dernier pour les mettre en œuvre."

Partager cet article

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services