Un quartier de Bruxelles dirigé par l’Islam radical

"Après s’être infiltrée dans la communauté musulmane du quartier de Molenbeek à Bruxelles (ou plus d’un tiers des habitants est musulman), la journaliste muslmane Hind Fraihi a enquêté pendant 2 mois et écrit le livre « Infiltrée parmi les islamistes radicaux», (cliquer sur le lien pour avoir un résumé), publié par les Editions Luc Pire (…)

Ce
livre sur la montée de l'extrémisme musulman en Belgique ayant fait
beaucoup parler de lui et même choqué, la télévision belge est allée
sur place pour filmer et interviewer Hind Fraihi. Il suffit de cliquer
ci-après pour visualiser la vidéo.

Celle-ci
met en évidence un rejet des valeurs occidentales par les jeunes les
plus radicalisés,
à tel point que pour des jeunes musulmanes radicales l'idéal est d’épouser un guerrier mulman (on appelle les fiancées du Jihad) …

Les
autorités ont conscience d’un potentiel de violence dans le quartier de
Molenbeek, où la situation est très tendue et où les policiers ont bien
peur que l’autorité de l’Etat ne règne plus; les islamistes considérant
désormais Molenbeek uniquement soumis à l'autorité et à la loi islamique (ainsi que commenté dans la vidéo).

Et
dans leur propagande, la religion n’est plus une affaire privée ; toute
la vie devenant islamisée … De plus en plus de jeunes dans de petites
villes où dans des zones rurales sont infestés par  l'idéologie islamiste.

Selon Hind Fraihi, un rôle majeur est joué par les médias arabes, reçus par satellites même dans les zones les plus reculées".

On peut en effet se plaindre du "rejet des valeurs occidentales". Mais quelles sont-elles? Qui en vit visiblement? Qui les maintient? Qui les défend publiquement? Quel homme fort se dresse en protecteur de "l'Occident chrétien" (Benoît XVI, mercredi 10 juin 2009)?

Quant à l'idéal du guerrier musulman, il peut se justifier en réaction de ce que deviennent réellement les jeunes hommes européens. Regardons-les dans la rue chaque jour : on est loin du guerrier franc ou du croisé respecté par les musulmans.

Condamner la montée de l'islam et la combattre, oui. Mille fois oui. Mais pas seulement sur la surface électorale et démagogique, mais en plein jour, quotidiennement et dans la profondeur de notre culture et dans la force de l'affirmation de notre foi catholique et de notre identité française. Mais il faudrait accepter d'en prendre les risques.

10 réflexions au sujet de « Un quartier de Bruxelles dirigé par l’Islam radical »

  1. Jean Theis

    En principe on critique les musulmans pour leur profession de foi, la “Shahada” qu’ils doivent réciter le plus souvent possible et qui est “il n’y a pas d’autre dieu qu’Allah”.
    Quelle est la différence avec le Livre du Deutéronome, lu dimanche dernier, 4,32…40
    ” Le Seigneur est Dieu, là-haut dans le ciel comme ici-bas sur la terre, et il n’y en a pas d’autre”.

  2. Laurent

    @ Carl,
    On ne peut comparer la Shahada avec le Deutéronome, ne serait-ce que par la chronologie
    La Shahada stipule le nom d’Allah qui par définition (et à tort puisqu’existant avant Mahomet dans la région et utilisé par les chrétiens antérieurement) LE Dieu des musulmans par opposition aux autres Dieux connus et nommés dans les textes juifs et chrétiens.
    Pour être plus clair, la Shahada est un texte d’opposition aux autres confessions monothéistes plus qu’une affirmation de l’uniçité d’Allah.
    C’est donc clairement une phrase qui interpelle le musulman en lui disant: “Nous, contrairement aux Juifs et Chrétiens, nous adorons le Vrai Dieu !”
    D’où la nécessité que le musulman répète à l’envi tel un mantra cette “profession de Foi” qui en fait n’est qu’un déni des autres professions de Foi.
    C’est clairement annonciateur du combat qui attend le Vrai Musulman pour imposer la Vraie Foi.
    Enfin, cela démontre que l’Islam n’est pas une Révélation, mais un message d’Opposition qui a vocation à faire régresser le Plan Divin annoncé à travers les deux précédentes Révélations.
    On doit néanmoins reconnaître dans cette Shahada le caractère absolument synthétique et en accord avec les sourates qui prêchent le Vrai (pour les musulmans) et le Faux pour les non initiés (où comment un verset plus récent invalide un ancien verset avec lequel il serait en contradiction pour les connaisseurs)

  3. Phil41

    @Jean Theis
    La différence, c’est que la Shahada débute par une négation, elle est dirigée entre autres (mais surtout) contre la foi chrétienne en un dieu trinitaire qui était connue de Mahomet.
    La citation biblique est d’abord affirmative ; et elle prècède l’islam de plusieurs siècles.

  4. Marie

    c’est faux, ils doivent le dire 99 fois par jour, et non pas autant de fois que possible.
    @ Majeur, ce n’est pas la question. Nous avons à apprendre de cette manière de prier (cf La Prière d’un Pélerin Russe). Ce n’est pas ce genre de mépris qui nous permettra de gagner face à la montée de l’Islam.

  5. louis

    La différence entre Dieu et “Allah” est que ce nom veut dire “le plus grand”, le plus grand des dieux de La Mecque se nommait ainsi car il-y-avait d’autres divinités avant l’islam qui aurait été “inspiré” à Mahomet par des juifs, d’où, dans le Coran, des similitudes et des condamnations du christianisme.Les juifs, toujours de nos jours, condamnent les chrétiens, rejettent le Christ qui ne serait pas mort en croix.Une thèse assez crédible enseigne donc que c’est pour combattre le christianisme que l’islam aurait été inventé et répandu avec violence si rapidement.

  6. Majeur

    @louis
    Ce sont les musulmans qui rejettent le Christ et nient qu’Il soit mort sur la croix.
    L’inspiration de Mahomet procède autant des Chrétiens (Sergius moine nestorien) que des Juifs qui n’en voulurent pas comme “prophète”. Les Juifs furent les “premiers servis” dans les massacres par les premiers musulmans.
    @Marie
    “Ce n’est pas ce genre de mépris qui nous permettra de gagner face à la montée de l’islam”…
    (Ma réponse d’hier n’a pas été publiée.)

  7. Eric

    Laissez les donc se rabougrir sur eux-mêmes, leur haine les dévorera, l’islam n’a jamais engendré que le misérabilisme et l’exploitation d’autrui.
    Sans le pétrole, leurs pays seraient aussi pauvres que le sahel.
    Ou convertissez-les si vous vous en sentez le courage.

Laisser un commentaire